Icone d'impression

Anne-Catherine Lyon au Festival de Locarno

Publié le 08.08.12

En vacances à Locarno, la cheffe du DFJC parle du soutien à la production cinématographique vaudoise et romande.

Anne-Catherine Lyon devant différentes affiches de films.
Au Festival, la cheffe du Département de la formation, de la jeunesse et de la culture peut visionner cinq ou six films dans une journée

Deux courts-métrages produits par l’ECAL (L’amour bègue, de Jan Czarlewski, et Radio-actif, de Nathan Hofstetter) font partie de la section «Léopards de demain» de la sélection du Festival de Locarno 2012. La cheffe du Département de la formation, de la jeunesse et de la culture (DFJC) les a visionnés dans la cité tessinoise. Pour marquer son soutien à la production cinématographique vaudoise, mais avant tout pour son plaisir, confie-t-elle.

Des courts-métrages pour apprécier le travail des écoles

Comme son collègue Pascal Broulis, la conseillère d’Etat est une habituée du festival qui peut visionner jusqu’à cinq ou six films dans une journée. Elle ne manque pas le travail des écoles qu’elle apprécie au travers de séries de courts-métrages. Elle dose ses choix entre cinéma suisse et international et profite également de la rétrospective consacrée à Otto Preminger.

Rencontres impromptues

La cheffe du DFJC se réjouit de la possibilité de découvrir des films qu’elle n’aurait « peut-être jamais vus ailleurs ». Elle profite aussi des rencontres impromptues avec d’autres ministres ou des personnalités travaillant pour la culture ou les médias. « Très ouvert, le cadre du Festival de Locarno permet d’avoir des discussions informelles et très agréables ». L’effet positif créé par la nouvelle Fondation romande pour le cinéma y a été évoqué. En à peine deux ans d’existence, cette fondation est déjà identifiée comme un partenaire fort. Elle donne confiance à d’autres partenaires et représente également un acteur important pour la Confédération. »

La Fondation romande pour le cinéma a pris ses marques

L’idée de mettre les forces romandes en commun est venue alors qu’Anne-Catherine Lyon présidait la Conférence romande de l’instruction publique, également en charge de la culture. Avec la création de la Fondation romande pour le cinéma en 2010, la subvention vaudoise à la création cinématographique a quintuplé, passant de 400'000 francs à l’époque de la Fondation vaudoise, à quelque 2 millions de francs aujourd’hui.

Ferme soutien au cinéma

Contrairement aux autres domaines de la culture, le cinéma, de par la Constitution, est placé sous l’égide de la Confédération. Les cantons ne viennent qu’en appui. «Nous avons la chance d’avoir des cinéastes de très grande qualité dans le canton de Vaud. Produire des films coûte cher. Nous en sommes conscients. Nous tenons fermement à soutenir cette production. Sans qu’il soit question d’interférer avec le processus créatif: peu importe les thèmes développés et leur rapport avec notre patrimoine cantonal, nous respectons totalement l’artiste et les choix des experts siégeant dans les commissions d’attribution », déclare la cheffe de département.

Site du Festival du film de Locarno


Calendrier

Août - 2014
L M M J V S D
  01 02 03
04 05 06 07 08 09 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 23 24
25 26 27 28 29 30 31

Les trois dernières nouvelles

  • 19.08.2014
    Rentrée vaudoise 2014: les langues, un passeport pour l'avenir
    Illustration: jn jeune homme, le visage entouré de lettres diverses, flottantes.

    Plus de 123'000 enfants et jeunes entament ou reprennent leur formation...  Suite

  • 08.08.2014
    Emploi en juillet 2014

    En juillet 2014, le taux de chômage du canton de Vaud se maintient à 4.6%...  Suite

  • 08.08.2014
    Journées du patrimoine: demandez le programme !

    La 21e édition des Journées européennes du patrimoine se déroulera en...  Suite

Archives récentes

Archives par année