Rapport annuel de gestion 2015

Année charnière au milieu de la législature, 2015 sonne l’heure d’un premier bilan tout en enclenchant le compte à rebours pour la réalisation des engagements pris par le gouvernement dans son programme de législature.

Si le cadre institutionnel du mandat du gouvernement est limité par l’horizon de la législature, il n’en va pas de même de ses préoccupations. Les actions gouvernementales de 2015 sont ainsi fortement marquées par la détermination de façonner l’avenir, à l’échelle des décennies à venir. Les défis sont connus: croissance marquée de la population (le Conseil d’État a retenu le scénario haut de croissance démographique établi par Statistique Vaud pour la période 2015-2040, ces prévisions restant inférieures à celles publiées par la Confédération), contexte de franc fort ou encore incertitude au sujet de la variable de l’immigration.

Cette vision à long terme s’est concrétisée dans de nombreuses politiques en 2015. Dans le domaine du territoire, ressource limitée, les travaux visant le redimensionnement des zones à bâtir ont été engagés. Le tournant énergétique est concrètement entamé grâce à l’engagement, effectif ou en voie de l’être, de près de la moitié du programme «100 millions pour les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique».

Afin de consolider la place industrielle vaudoise, un fonds de soutien a été créé en faveur des PME, visant la création ou le maintien d’emplois industriels dans le canton de Vaud. En complément d’une politique de formation active, soutenue par une loi sur l’aide aux études révisée, ces efforts doivent contribuer à l’insertion professionnelle des différentes catégories de population.

En matière d’infrastructures, où les temps de concrétisation sont longs, d’importantes étapes ont été franchies au niveau cantonal et fédéral pour le plan de développement des trams et métros lausannois, la réalisation des projets d’agglomération, la suppression des goulets d’étranglement sur les routes nationales ou encore la mobilité dans l’est du canton en lien avec le futur hôpital. La carte des réseaux de mobilité de demain prend ainsi corps.

Enfin, un mot sur le volet vaudois de la troisième réforme de l’imposition des entreprises, qui est par excellence le type de projet travaillé et voulu par l’ensemble du collège au nom de la recherche de compromis dynamiques si profitables à l’ensemble du canton: augmentant les chances de maintenir de nombreux emplois sur sol vaudois tout en renforçant le pouvoir d’achat des citoyens sans compromettre la santé des finances publiques, ce projet a été largement soutenu en votation populaire, démontrant que la population apprécie la recherche d’équilibre à long terme promue par les autorités.

On le voit, les constantes mutations de l’environnement poussent à tout entreprendre pour maintenir, assurer et renforcer les atouts actuels du canton. C’est pourquoi l’action collective du Conseil d’État vise, au final, à faire face aux besoins d’une population en croissance, à consolider la place économique vaudoise pourvoyeuse d’emplois et à se montrer raisonnable dans l’utilisation des ressources à disposition. Mises bout à bout, les actions du gouvernement, relayée par l’ensemble des collaborateurs du service public et appuyées par les partenaires externes et la population, concourent à ces objectifs, qui doivent laisser le canton dans une position favorable pour faire face à l’avenir en sécurité et avec confiance.

Pierre-Yves Maillard
Président du Conseil d’État