Icone d'impression

Agenda 21 cantonal

Pour l'Etat de Vaud, le principal instrument de développement durable est l'Agenda 21 cantonal qui figure dans le programme de législature

Après la Conférence de l’ONU sur le développement durable Rio+20, le Conseil d’État réitère sa volonté de favoriser un développement durable du canton en poursuivant la démarche Agenda 21 au travers du programme de législature 2012- 2017. Celui-ci en fixe les objectifs et les moyens à disposition.

L’État de Vaud s’engage pour le développement durable

Dans la foulée des engagements pris par la communauté internationale à Rio de Janeiro en 1992, puis de la démarche lancée en Suisse sous l'égide de la Confédération, le gouvernement vaudois mène une réflexion continue sur le thème du développement durable. A son initiative ou en réponse à des interventions parlementaires, un grand nombre de politiques publiques et d'actions sont d'ores et déjà conduites dans cette perspective, par exemple dans les domaines des marchés publics, du développement économique, de la politique forestière ou en matière de concours d'architecture.

En 2007, dans son programme de législature, le Conseil d’État a choisi des objectifs prioritaires pour le développement durable qui concernent l’ensemble de la société vaudoise. Ils sont illustrés par des indicateurs assortis de cibles, à court, moyen et long terme.

Après la Conférence de l’ONU sur le développement durable Rio+20, qui s’est déroulée au Brésil en juin 2012, le Conseil d’État a réitéré sa volonté de favoriser un développement durable du canton. Il poursuit cette démarche au travers du programme de législature 2012 – 2017, qui fixe  les objectifs de l’Agenda 21 et les moyens à disposition.

Leviers de mise en oeuvre

Le Conseil d’État s’engage à tendre vers les cibles choisies par la mise en œuvre des politiques publiques – stratégies, programmes et projets – dont il évalue les effets. Concrètement, cela se traduit notamment à travers des projets aussi divers que la promotion des transports publics, le soutien aux énergies renouvelables, le soutien à l’égalité entre les hommes et les femmes, ou la réinsertion par l’intégration dans le monde du travail.

La concrétisation du développement durable passe  d’une part par le cadre légal et réglementaire et d’autre part par l’organisation de prestations dont l’État a la responsabilité, souvent partagée avec la Confédération et les communes. Cette mise en œuvre passe également par sa promotion auprès des différents acteurs, soit les collectivités, les milieux économiques, les régions territoriales, le monde associatif et, plus largement, le citoyen. Une volonté de tous est nécessaire pour parvenir à atteindre ces objectifs.

Responsabilités

Au sein de l'administration cantonale, les départements et services ont la responsabilité de mettre en œuvre des politiques publiques et actions permettant d'atteindre les objectifs prioritaires du développement durable. L’Unité de développement durable a pour sa part la responsabilité de coordonner la démarche Agenda 21.  L’UDD agit également comme centre de compétences, de ressources et d'appui. Enfin, la supervision de la démarche revient au Conseil d’État, qui est régulièrement informé par le Département des infrastructures et des ressources humaines.