Eaux usées

Toute substance étrangère à l'eau la "pollue" et en fait une eau dite "usée" ou "polluée" au sens de la loi fédérale sur la protection des eaux (LEaux).

Toutefois, si la loi prescrit que "les eaux usées doivent être traitée", (Art. 7, de la LEaux) , c'est avant tout un simple devoir citoyen que de purifier les eaux que nous avons polluées, avant de les restituer à la nature.

Nous produisons tous des eaux usées

Notre mode de vie toujours plus confortable et plus exigeant nous fait consommer entre 160 et 180 litres d'eau potable par jour. Cette eau est essentiellement utilisée pour notre hygiène, notre confort  et pour le nettoyage. Nous y introduisons des substances étrangères indésirables et polluantes: matières fécales, restes de nourriture, détergents, produits à usage domestique, produits chimiques, résidus médicamenteux, etc.

Si ces substances disparaissent de notre vue par le lavabo, les grilles et la chasse des WC, elles restent mélangées aux eaux sales. A cela ajoutons encore les eaux utilisées par l'industrie et l'artisanat.

Les laboratoires d'analyse montrent la présence dans l'eau de nombreux polluants en très faibles quantités (traces). Si leur concentration très faible ne pose aucun problème de santé publique, on les soupçonne de pouvoir exercer des effets nocifs sur les êtres vivants, lorsque ils/nous sommes exposés à très long terme; ce sont les micropolluants organiques.

Plan d'eau eutrophisé, typique des années 70-80.
Plan d'eau eutrophisé tel qu'on les connaissait durant les années 70-80.
Station d'épuration des eaux usées d'Yverdon
Station d'épuration des eaux usées d'Yverdon

L'épuration, indispensable pour protéger durablement nos lacs et cours d'eau

Imaginons nos gestes journaliers multipliés par 700'000 vaudois pour se faire une idée des quantités de substances polluantes évacuées chaque jour dans les eaux usées.

Il y a  trente ans (voir photo à gauche), une catastrophe écologique majeure a pu être évitée avant que nos lacs ne périssent d'excès de pollution. Depuis 1960 plus de 8 milliards de francs ont été consacrés à l'infrastructure d'épuration du canton, qui a permis de sauver nos lacs et nos rivières.

Aujourd'hui le 97 % des eaux usées domestiques que nous produisons est traité dans des stations d'épurations. Ces usines purifient  ainsi 300'000 m3 d'eaux usées vaudoises chaque jour.

Le canton surveille efficacement l'épuration des eaux usées

Ces eaux ainsi purifiées doivent répondre à des normes légales  exigeantes et rigoureuses, avant rejet. Le canton dispose d'un organisme performant de contrôle de la qualité des rejets et  publie les résultats annuellement.

Les "déchets" de l'épuration que sont les "boues d'épuration" ne peuvent plus être épandues en agriculture et doivent être incinérées depuis 2008.