Contrôle et régulation des niveaux des lacs

Un peu d'histoire...

Durant les siècles passés, les inondations des grandes plaines lacustres étaient fréquentes (Plaine du Rhone, de l'Orbe, de la Broye, de l'Aar par exemple). Ces évènements causant régulièrement destructions et ravages, ont incité les hommes de l'époque à vouloir prendre le contrôle du niveau des lacs.

Ainsi le régime hydrologique des 3 lacs (Neuchâtel, Morat et Bienne) a été régulé avec succès une première fois lors de la "1ère correction des eaux du Jura" datant de 1868-1891, puis lors d'une deuxième étape (la deuxième correction des eaux du Jura), de 1957 à 1973. Ces corrections ont exigé la construction d'importants aménagements, des ouvrages de retenue et de régulation, des canaux nouveaux. Le niveau moyen des 3 lacs a ainsi pu être abaissé d'au maximum 2,4 mètres, libérant d'importantes nouvelles surfaces pour l'agriculture (Seeland) et réduisant drastiquement les risques d'inondations incontrôlées.

Le barrage du "Seujet" à l'aval du pont du Mont-Blanc à Genève régule depuis 1884 le niveau des eaux du Léman entre les cotes 371.60 et 372.30 (pdf, 24 Ko). Il a été entièrement refait en 1995.

Ces victoires sur les aléas de la nature permettent aujourd'hui d'avoir une maîtrise quasi absolue du niveau des lacs et nous assurent une sécurité contre les inondations jamais atteinte auparavant. Ainsi lors des inondations de 2005, le lac de Bienne a pu se déverser dans celui de Neuchâtel, ce qui a pu limiter les dégâts en aval, notamment en limitant le débit de l'Aar. 

Vidanges périodiques

Conséquences de ces mesures, le régime hydrologique artificialisé a considérablement tranquillisé le fonctionnement des bassins lacustres, ceux-ci évacuent désormais moins facilement les objets et déchets qui s'y déposent, notamment le long des rives. Aujourd'hui c'est donc l'homme qui doit remplacer le travail de nettoyage anciennement fait par la nature. Il le fait en abaissant périodiquement le niveau des eaux.

Ainsi dans le Léman, toutes les années, une diminution de 50 cm (règlement sur la manoeuvre de l'ouvrage de régulation)  est prévue (dans la mesure du possible entre le 15 mars et le 15 avril). Les années bissextiles l'abaissement est augmenté à -75 cm, améliorant l'accès pour permettre le nettoyage et l'entretien des rives et des berges.


Pour en savoir plus

- Site des 3 lacs 
- Données hydrologiques générales de la Confédération
- Acte intercantonal Léman(pdf, 24 Ko)
- Plaquette d'information(pdf, 24 Mo) sur la régularisation du Léman