Le glissement de la Frasse

La route Aigle - Le Sépey emportée par le glissement de la Frasse
La route Aigle - Le Sépey emportée par le glissement de la Frasse

Le glissement de la Frasse est situé entre les villages du Sepey et de Leysin. Il s’agit d’un glissement de terrain très actif, constitué d’une énorme masse instable, d'un volume estimé à 40 millions de mètres cubes et qui s’étend sur une longueur de 2000 mètres, entre le lieu-dit "Les Rouvenes" et la Grande Eau. Sa largeur varie de 500 à 1000 mètres. Le glissement de la Frasse est considéré comme l’un des plus importants glissements de toutes les Alpes.

Les causes du glissement

Les matériaux (Flysch décomposé) qui constituent le glissement sont instables. Les terrains composés essentiellement de grès et de limons argileux sont propices aux phénomènes d'instabilité, favorisés par la forte pente du vallon creusé par la Grande Eau, elle même façonnée par les glaciers. Le glissement est encore facilité par la présence d'eau souterraine interstitielle qui règle le déclenchement des phases aigües d'accélération.

L'évolution du glissement

Le quart inférieur (voir carte, zone + et ++) glisse parfois à très grande vitesse. Dans la zone ++ on a enregistré des vitesses pouvant atteindre 1 cm/ jour (soit plus de 3,5 mètres par an) durant l’hiver 93-94. En moyenne, le glissement se déplace de quelques dizaines de centimètres par an. Il suffit de voir les creux qui se créent sur la RC 705 (Aigle – Le Sépey, photo ci-dessus), pour se rendre compte de l'ampleur des mouvements.

Les risques pour la population et les biens

La préocupation principale est bien sur le risque de voir emporter les infrastructures (pdf, 138 Ko et les bâtiments construits sur le glissement. En cas d'accélération brutale et rapide, la RC 705 (4000-7000 véhic. / jour) pourrait être interrompue pour une longue période. En outre le glissement pourrait obstruer la Grande Eau, en formant un barrage (embâcle) de matériaux meubles entassés au fond de la vallée, derrière lequel une poche d'eau pourrait se former. En cas de rupture de cette digue fragile (débâcle), l'eau se mêlerait aux matériaux et pourrait provoquer des inondations jusqu'à Aigle.

La solution retenue

Les spécialistes ont conclu qu’un drainage des eaux souterraines interstitielles ralentirait le glissement de manière satisfaisante. Le projet consiste donc à creuser une galerie horizontale de 725 m, légèrement inclinée, sous le glissement, puis d'atteindre la masse instable par des drainages verticaux, réalisés depuis la galerie, de manière à évacuer gravitairement les eaux souterraines. Un renforcement du lit et des berges de la Grande Eau par des enrochements, pour bloquer l'érosion du pied de glissement en rive droite, viendra compléter ces travaux.

Le projet

Au milieu du 19ème siècle, à l'occasion de la construction de la route menant au Sépey, les constructeurs de l'époque ont mis en évidence pour la première fois l'instabilité du terrain. Depuis plus de 150 ans maintenant, le glissement déteriore les infrastructures routières. Il à fait l'objet d'études depuis près d'un siècle. Au début des années 1990,  le SESA s'est approprié le problème et a engagé plusieurs études en vue de trouver une solution satisfaisante. En 2002, une étude multidisciplinaire s'est concrétisée dans le projet d’assainissement actuel. Les travaux ont débuté en 2007. Ils étaient devisés à 16 millions de francs et se sont achevés courant 2009. Documents et photos aimablement mis à disposition par le groupement NCG (Norbert - de Cérenville) et SD Ingéniérie Dénériaz et Pralong Sion SA