Exemples de projets financés

Chaque année, l'Etat de Vaud finance des actions et projets pilotes dans les domaines de la prévention des maladies, promotion de la santé et lutte contre les addictions. Voici quelques exemples de projets financés:

Personnes S/sourdes et Malentendantes: Perspectives en termes de Promotion de la Santé, Prévention et Prise en charge

En Suisse, une personne sur cent (0.9%) présente une limitation importante ou complète de l'ouïe et 13% de la population est affectée par la malentendance.

Suite à un état des lieux des mesures existantes dans le canton de Vaud et afin de diminuer les inégalités sociales de santé, ce projet d’Unisanté s’adresse aux populations sourdes et malentendantes et leurs proches, aux personnels soignants et administratifs des structures de soins vaudoises, aux interprètes en langue signée et étudiant-e-s en santé et en médecine du canton. Les résultats pourraient être utiles pour d'autres types de patients vulnérables : personnes âgées, personnes en situation de handicap, par exemple celles concernées par la cécité ou ayant des besoins particuliers.

Rapport final du projet (PDF, 3,48 Mo)

 

Développement et évaluation d’une formation en ligne pour le Programme Émotions Positives pour la Schizophrénie e-PEPS

L’Institut et Haute Ecole de la Santé La Source (ci-après La Source) a développé ces dernières années un programme thérapeutique PEPS (Programme Emotions Positives pour la Schizophrénie) permettant d’améliorer la motivation et le plaisir des patients schizophrènes, dont l’objectif est de mettre à disposition des professionnels de la santé et du social travaillant dans des structures psychiatriques, une formation en ligne e-PEPS à l’animation du programme PEPS, et d’évaluer son impact sur l’acquisition de compétences professionnelles d’accompagnement des personnes avec des déficits de la motivation.

Conduit par l’équipe de la Source, avec le concours de nombreux partenaires (patients experts, professionnels de la santé et du social actifs dans la filière hébergement du canton de Vaud, des acteurs, des étudiants et des professionnels de la santé en formation continue), le projet e-PEPS a été lancé fin 2019 grâce à un financement par le Fonds Prévention. Son rapport final présente le dispositif e-learning et rend compte des activités menées par l’équipe de projet et d’une évaluation de l’impact de la formation.

 

Rapport  (PDF, 7,47 Mo)

Article publié dans « Frontiers in psychiatry , Social Psychiatry and Psychiatric Rehabilitation » (PDF, 887 Ko)

Présentation du programme PEPS (lien youtube : https://www.youtube.com/watch?v=xPRD1mNTu3E)

 

Etude "Adolescent-e-s, internet et médias numériques : les côtés positifs"

Internet est un outil qui a révolutionné la vie des jeunes en amenant des outils de connectivité inédits, représentant autant des risques que des opportunités. Jusqu’à présent, la littérature étudiant le lien entre les médias numériques et les jeunes s’est surtout centrée sur les effets négatifs. Les aspects positifs d’Internet chez les jeunes (tels que l’amélioration de l'apprentissage ou l'autonomisation, par exemple) sont peu connus. Pourtant, un des objectifs politiques dans le canton de Vaud est de développer davantage l’éducation numérique des jeunes, actuellement déjà présente dans la thématique Médias, Images, Technologies de l’Information et de la Communication (MITIC) du plan d’études romand afin de favoriser la prévention mais également l’accès aux outils numériques et à la culture média. En plus du manque d’études portant sur les éventuels effets positifs de l’utilisation d’Internet et des médias numériques chez les jeunes, de nouvelles pratiques en ligne sont apparues ces dernières années telles que la pratique du sexting ou les jeux d’argent et de hasard en ligne (gambling-gaming).

Dans ce contexte, Unisanté a mené une étude durant l’année scolaire 2019-2020, dont les objectifs sont de:

  1. évaluer le niveau d’utilisation des médias numériques par les jeunes de 10ème année HarmoS (13-14 ans) et leurs possibles effets positifs, tels que perçus par les jeunes et leurs parents ;
  2. déterminer les éventuelles mesures et règles mises en place par les parents par rapport à l'usage des écrans et leurs éventuels effets sur l’usage des médias de leurs enfant ;
  3. comparer l’évolution des pratiques durant ses dernières années en lien avec Internet avec l’étude menée dans le canton de Vaud en 2012 auprès de jeunes âgé-e-s de 14 ans, lors de la première vague.

Finalement, l’étude a démontré que, même si l’accès à Internet en 2020 est beaucoup plus facile qu’en 2012, le taux d’utilisateurs problématiques n’a pas varié. Les jeunes ont intégré Internet dans leur quotidien mais semblent, pour la grande majorité, le gérer sans problème. Il s’agirait également de déterminer si les questions utilisées dans le cadre des outils à disposition pour évaluer un usage excessif sont adaptées aux jeunes et à la société actuelle. En effet, cette étude a démontré un écart entre ces évaluations et la perception des jeunes sur leur propre utilisation signifiant, possiblement, que les jeunes considèrent un usage excessif d’une autre manière ou sur d’autres éléments.

Lien sur le rapport (PDF, 1,82 Mo)

Document Les Essentiels: Adolescent-e-s, Internet et médias numériques: les côtés positifs - le point de vue des parents (PDF, 300 Ko)

Document Les Essentiels: Adolescent-e-s, Internet et médias numériques: les côtés positifs - le point de vue des parents pendant le confinement dû au COVID-19 (PDF, 249 Ko)

Performance de l'outil digital de suivi de consommation alimentaire MyFoodRepo

Bien que l'alimentation soit reconnue comme un facteur important dans l'apparition et l'étiologie des maladies non transmissibles, sa mesure valide et fiable dans les études cliniques et épidémiologiques reste un défi, principalement en raison de sa dépendance à l'égard des informations autodéclarées et du manque d'outils accessibles pour recueillir des informations de bonne qualité. Les appareils de mesure numériques peuvent aider à surmonter les limites des outils d'évaluation diététique conventionnels et constituent un moyen rentable de simplifier et d'accroître la collecte de données nutritionnelles.

Dans ce contexte, une étude a développé une application pour smartphone « MyFoodRepo (MFR) » comme outil de collecte de données sur la nutrition pour des études populationnelles. Cette application, qui permet le suivi de la consommation alimentaire à partir de photos de repas et de boissons ou en scannant les codes-barres de produits alimentaires (site web), ne nécessite aucun marqueur de repère pour la reconnaissance d’images et son algorithme basé sur des milliers d’entrées (mai 2021) utilise l'intelligence artificielle pour l'analyse de leur contenu.

Cette étude a émis différentes recommandations sur les modifications qui pourraient être apportées à l’application. Une amélioration des capacités de MFR à estimer la taille des portions pourrait se révéler bénéfique pour renforcer les performances générales de l'application. Associée à l'interface d'enregistrement conviviale de MFR, cette amélioration permettrait à l'application de se distinguer par rapport aux autres outils numériques d'évaluation de consommation alimentaire actuellement disponibles à des fins de recherche. L’étude recommande également aux développeurs de MFR d’améliorer la reconnaissance du contenu des boissons, afin de faciliter l’identification et la classification générales des composants.

 

Le rapport du projet, en anglais  (PDF, 0,98 Mo)

 

Le résumé du rapport, en français   (PDF, 140 Ko)

 

 

Bilan - Symposium sur les enjeux de la consommation d'alcool chez les séniors

Cette initiative s’insère dans le projet intercantonal Alcool (PIA) sur le thème de la vieillesse coordonné conjointement par le Groupement romand d’études des addictions (GREA) et la Commission de prévention et de promotion de la santé du GRSP (CPPS) qui fait suite à l’arrêt de l’impulsion de l’OFSP pour la Semaine alcool. Afin de garder une dynamique intercantonale et profiter de fonds attribuables, un groupe de travail latin, dans lequel la Fondation vaudoise contre l'alcoolisme (FVA) représente le canton de Vaud, a choisi le thème Alcool et vieillesse pour poursuivre une collaboration. La phase d’avant-projet a permis l’élaboration d’une revue de littérature, la consultation de personnes ressources et l’organisation de focus groupes cantonaux qui avaient pour but de recueillir les besoins des acteurs en lien avec les séniors.

Le 14 octobre 2021, la FVA a organisé et animé un symposium sur Les enjeux de la consommation d’alcool chez les séniors à Lausanne. Cette demi-journée de sensibilisation était destinée aux professionnel∙le∙s concerné∙e∙s par l’accompagnement des séniors au sens large : domaines socio-sanitaires, personnel administratif et hôtelier. Elle entendait renforcer la collaboration interdisciplinaire entre le champ des personnes vieillissantes et celui des addictions.

Cette offre a été diffusée par mail le 13 juillet 2021 dans le réseau des séniors vaudois : établissements médico-sociaux (EMS), centre médico-sociaux (CMS), centre socio-régionaux (CSR), association vaudoise d’aide et de soins à domicile (AVASAD), proches-aidants, consultations gériatriques. Une annonce a également été insérée dans la revue d’information sociale (REISO) en juillet 2021.

Suite au symposium, un bilan du projet (PDF, 833 Ko) a été effectué.

Addiction suisse - Projet : Médicaments : guide pour les parents d'adolsecent-e-s et flyer pour les jeunes

Une consommation inadéquate de médicaments peut avoir des conséquences dramatiques chez les jeunes, comme en témoignent les décès survenus ces trois dernières années, qui se chiffrent à plusieurs dizaines. Les médicaments pouvant engendrer une dépendance sont facilement accessibles et souvent mélangés avec d’autres substances. En découvrant que leurs enfants en prennent hors du contexte médical, les parents tombent généralement des nues et se sentent désemparés. Pourtant, ils peuvent jouer un rôle important pour prévenir ces pratiques risquées, mais beaucoup ne savent pas comment aborder la question avec leurs enfants, que ce soit dans une optique préventive ou lorsqu'ils ont le sentiment que quelque chose ne va pas. Dans la communication avec les adolescent-e-s, il est essentiel de ne pas formuler de reproches, mais d'exprimer son inquiétude et d'adopter une position claire : se livrer à des expériences avec des médicaments est trop dangereux.

C’est pourquoi, Addiction Suisse a élaboré de précieux outils à la disposition des parents, des adolescent-e-s et des professionnel-le-s en contact avec les adolescent-e-s :

Exploration du vécu de la pandémie et du confinement dus à la COVID-19 des adolescent·e·s et des parents

Très peu d’études se sont intéressées aux conséquences des catastrophes sanitaires chez les adolescent·e·s et leurs parents. Une quarantaine peut avoir des effets physiques et psychiques délétères. A cause de ce manque de connaissances, nous ne savons pas comment une telle expérience peut être vécue par les adolescent·e·s et leurs parents et comment il faudra réagir à leurs besoins post-pandémie. C’est pourquoi, entre août 2020 et janvier 2021, Unisanté (Groupe de Recherche sur la Santé des Adolescents – GRSA)  a mené une étude exploratoire qualitative sur le vécu du confinement et de la pandémie chez les adolescent·es âgé·es de 14 à 19 ans et les parents d’adolescent.es., dont les objectifs étaient de :

  1. Comprendre le vécu des adolescent·es et des parents d’adolescent·es durant la pandémie et le confinement ;
  2. Explorer de quelle(s) manière(s) leur vie quotidienne a été affectée et l’impact sur leur bien-être ;
  3. Explorer l’effet que cette situation a potentiellement eu sur la conception de leur futur ;
  4. Explorer les stratégies mises en place pour réorganiser et vivre le quotidien ;
  5. Explorer l’impact sur la relation parents-adolescent·es dans le cadre du confinement (règles, entente, intimité, conflits, solidarité etc).

Les résultats de cette étude vont permettre de mieux cerner les besoins peri et post-pandémie et du confinement des adolescent·e·s et de leurs parents, et de permettre notamment la mise en place de programmes de soutien aux familles qui en ont besoin afin d’éviter des effets néfastes sur leur bien-être et leur santé mentale, afin de favoriser un retour plus rapide à un vécu plus serein et une vie plus harmonieuse.

Le rapport complet de l’étude sur le vécu de la pandémie et du confinement dus à la COVID-19 comprenant l’ensemble des résultats du point de vue des adolescent·es et des parents est disponible à l’adresse ci-dessous : https://www.unisante.ch/fr/formation-recherche/recherche/publications/raisons-sante/raisons-sante-320

Point de vue et les réflexions d’un groupe d’expert·e·s : https://www.unisante.ch/fr/formation-recherche/recherche/publications/raisons-sante-essentiels/raisons-sante-essentiels-33

Comment rester maître de sa santé et remplacer le plaisir au cœur du sport ?

Découvrez nos conseils prévention réalisés par les jeunes pour les jeunes !
Un projet de l'équipe SportAdo du CHUV réalisé dans le cadre des jeux Olympique de la Jeunesse - Lausanne 2020. 

 

Médecine du sport - Projet Safety-Clips pour jeunes athlètes

Vu le nombre d’associations sportives, de manifestations et d’investissements importants favorisant le développement du sport chez les jeunes dans le Canton de Vaud, la jeunesse vaudoise est le reflet qui illustre l’importance qu’elle accorde aux activités physiques. Car bien connus sont ces bienfaits sur la santé mais aussi en tant que formidable outil de développement et d’expression physiques pour les enfants et adolescents, ainsi qu’une grande possibilité d’intégration sociale. Cependant, pour les adolescents, l’activité physique est aussi pourvoyeuse de blessures. 64% des blessures chez les 11-15 ans surviennent durant une activité sportive. Le projet Safety-Clips, réalisé par la Consultation Médecine SportAdo au CHUV, vise à développer et diffuser dix courtes vidéos en ligne véhiculant des messages de bonnes pratiques et de prévention sur la santé et le sport à l’attention des adolescents, quel que soit leur niveau sportif. Ce projet. de l’équipe de la Consultation Médecine du SportAdo du CHUV, a été réalisé par les jeunes pour les jeunes dans le cadre des Jeux Olympiques de la Jeunesse – Lausanne 2020.  

Lien sur les Safety-Clips de la Consultation Médecine du SportAdo au CHUV

Tous Consomm'Acteurs de la santé

La santé ne se consomme pas comme tout autre bien, de même que les prestations de soins. La santé, sa santé, se préserve activement de manière individuelle ou collective. Et lorsqu’ il s'agit de soigner ou de se soigner, la Fédération romande des consommateurs (FRC) et Cochrane Suisse (CS) agissent pour une consommation éclairée et raisonnée des prestations du système de santé. Entre la responsabilité individuelle et la solidarité, la santé et ses coûts concernent tout le monde et c’est pour cela que tous les citoyens sont considérés comme « Tous Consomm'Acteurs de la santé ». La FRC, en collaboration avec CS, proposent de conjuguer leurs compétences et d'encourager la constitution d'une équipe forte et bien informée entre les soignants et les consommateurs (patients, personnes en bonne santé, assurés, citoyens, etc…), afin d'agir plus efficacement dans la manière de « consommer » la santé.

Plus d’informations sous : www.frc.ch/dossiers/tous-consommacteurs-de-la-sante/

Faire face à un exode moderne : étude transversale des besoins spécifiques de familles réfugiées syriennes

Dans le cadre des projets de relocalisation des familles syriennes issues des migrations forcées de la Syrie, la Suisse et l'Europe réalisent des efforts depuis plusieurs mois. La construction d'une consultation de familles à l'Hôpital de l’Enfance du CHUV, en collaboration avec UNISANTE, permet de suivre ces différentes familles dans le cadre d'une étude longitudinale  prévoyant la constitution d’une cohorte des patients syriens, arrivés en Suisse par des moyens divers afin d'étudier leur situation à l'arrivée ainsi que l’évolution avec le temps, notamment en termes de santé mentale et de santé physique. Cette étude permet également  d'évaluer l'impact du programme de réinstallation suisse sur la situation de ces personnes et d'en faire le retour aux autorités concernées. 

Rapport "Faire face à un exode moderne: étude spécifique de familles réfugiées syriennes" (PDF, 1,41 Mo)

Les boissons énergisantes et les jeunes : un point sur leur consommation

De nos jours, la consommation de boissons énergisantes fait partie des préoccupations de santé publique, particulièrement lorsque celle-ci est excessive et/ou mélangée à l’alcool. Les jeunes sont particulièrement vulnérables notamment parce qu’ils sont les cibles principales des campagnes publicitaires. C’est pour cela qu’UNISANTE a mené une recherche pilote qualitative auprès de jeunes âgés entre 14 et 20 ans au sujet de leur consommation de boissons énergisantes, ainsi que de leurs parents. Cette recherche visait à appréhender les différents contextes et modes de consommation chez les jeunes, et notamment les situations de consommation à risque. Des groupes de discussion ont permis de davantage saisir le sens donné à un phénomène social et d’approfondir la compréhension de celui-ci en saisissant les interprétations et perceptions des participants. Les parents peuvent également influencer la consommation chez les jeunes par rapport à leur connaissance, approbation ou désapprobation du produit. De ce fait, leurs opinions ont aussi été récoltées quant à cette problématique.

Lire le rapport: https://serval.unil.ch/resource/serval:BIB_715EE027F0B7.P001/REF

Populations migrantes et prévention cancer

Dans le but d’améliorer l’accès aux informations sur les mesures de prévention et de dépistage des cancers du sein et du côlon, des actions spécifiques auprès de personnes issues de la migration forcée ont été réalisées et testées.

En 2018, durant une phase pilote dans les districts d’Aigle et de Riviera-Pays-d’Enhaut, 35 interventions de proximité, animées par des infirmières spécialisées de la LVC, ont permis de transmettre des informations à l’aide d’outils interculturels réalisés dans un langage simplifié. Les interventions se sont déroulées en collaboration avec des acteurs du réseau de l’intégration dans le cadre d’actions pré-existantes comme des cours de français, des réunions communautaires ou encore des café contact organisés par les communes. Environ 400 personnes ont participé à ces échanges d’information, dont l’utilité a été largement appréciée.

Initié par la Ligue vaudoise contre le cancer (LVC), ce projet est le fruit d’un partenariat interinstitutionnel avec la Fondation vaudoise pour le dépistage du cancer (FVDC), l’association Appartenances, le Département Vulnérabilités et médecine sociale du Centre universitaire de médecine générale et de santé publique, et le Bureau cantonal pour l’intégration des étrangers et contre le racisme. Un déploiement aux autres régions du canton de Vaud est prévu entre 2019 et 2020 suivant le même modèle d’action.

Dépliants info cancers, version femmes et version hommes, traduits en 15 langues

Vidéo programme de dépistage du cancer sein

Vidéo programme de dépistage du cancer du côlon

Résumé du rapport du projet pilote (PDF, 93 Ko)

Approche participative pour favoriser le partage de la décision dans le dépistage de cancers

Mené sur une durée de deux ans par la Policlinique Médical Universitaire de Lausanne (PMU), en collaboration avec Pro Senectute Vaud, la Fédération romande des consommateurs et la Faculté de Biologie et de Médecine de Lausanne, le projet «Approche participative pour favoriser le partage de la décision dans le dépistage de cancers» vise à mettre en place des moyens de communication qui répondront aux besoins ainsi qu’aux préférences des citoyens afin d’encourager leur participation dans la prise de décision pour le dépistage des cancers du côlon, de la prostate et du poumon.

En effet, le citoyen participe de plus en plus activement aux décisions avec les professionnels de santé qu’il consulte. Cette démarche s’appelle partage de la décision et est soutenue par des documents tels ceux mis au point dans ce projet, les aides à la décision. Pour faire des choix en accord avec ses valeurs et ses préférences de santé, le citoyen doit être correctement informé sur les bénéfices et les risques des options de santé dont il dispose. De nos jours, les moyens de communication (sites internet, forums de discussion, etc.) proposent énormément d’information sur la santé, de contenu et de présentation, souvent peu ou pas adaptés aux besoins du citoyen.
Afin que les aides à la décision pour le dépistage des cancers soient adaptées aux besoins des patients, la PMU a créé un groupe de citoyennes et citoyens qui participe activement à l’évaluation de ces documents au cours de leur développement. Plus d'informations

Cancer et reprise du travail: un défi de taille

La brochure «Cancer et travail – Favoriser le maintien et le retour à l'emploi» de la Ligue vaudoise contre le cancer et de la Fondation Joseph et Lina Spicher vise à donner des clés de compréhension pour favoriser le maintien du poste de travail et le retour à l’emploi. Employeurs et employés y trouveront des informations sur la maladie, ses répercussions sur la sphère professionnelles, les prestations des assurances sociales, les réglementations en matière de droit du travail et les ressources disponibles dans le canton de Vaud.

Télécharger la brochure (PDF, 910 Ko)

Prévention des violences de couple chez les jeunes

Gérée par la Fondation Charlotte Olivier et conduite conjointement par le Bureau de l'égalité entre les femmes et les hommes et l'Unité de médecine des violences de l’hôpital universitaire du canton de Vaud, une étude d’évaluation du projet «Sortir ensemble et se respecter» a montré que plus de 300 jeunes ont été touchés et sensibilisés aux relations abusives et la violence en couple.

Deux tiers d’entre eux précisent que ce projet a largement répondu à leurs attentes et à leurs besoins. Trois quart des adolescents sondés estiment être à même désormais d’aider un ami vivant des relations abusives. Suite à leur participation au projet, la plupart des jeunes a démontré une attitude moins favorable à la violence et aux stéréotypes de genre.

Lire le rapport (PDF, 1,43 Mo)

Campagne de prévention alcool «pote bourré = pote en danger»

En 2017, la Ville de Lausanne a lancé la 2ème édition de sa campagne de prévention «pote bourré = pote en danger» s’adressant aux jeunes de 13 à 17 ans. En marge de la Semaine alcool, organisée par l’Office fédéral de la santé publique, la Ville a diffusé un nouveau clip de prévention et a mis en place avec ses partenaires une série d’actions destinées aux jeunes ainsi qu’aux parents et aux professionnel-le-s de l’éducation.

Les adolescents et le sexting

L’objectif principal de ce projet était d’explorer les opinions sur les pratiques liées au sexting chez les adolescents de tous les points de vue possibles (victimes, auteurs, pairs, etc.) afin de comprendre les différents processus pouvant mener à des conséquences négatives, ainsi que les motivations et interprétations des jeunes quant à la pratique du sexting, dont le phénomène est encore relativement nouveau en Suisse.

Lire le rapport de l'IUMSP

 

 

Partager la page