Economie alpestre

Les alpages représentent une part importante de l’agriculture suisse. L’exploitation de ces surfaces est une tradition importante de notre pays. Dans le canton de Vaud, il y a 651 alpages qui sont principalement répartis dans les Préalpes vaudoises et le Jura.

Les alpages sont aussi bien utilisés pour les vaches laitières, pour les génisses que pour les vaches allaitantes. Certains sont mieux adaptés aux vaches laitières que d’autres. Les pâturages difficiles d’accès sont également exploités avec des moutons.

Les pâturages où montent les vaches sont munis d’un chalet où elles sont traites. Le lait est généralement transformé en fromage sur place en l’Etivaz AOP dans les Préalpes et en Gruyères d’alpage AOP dans le Jura.

L’agriculteur qui met son bétail à la montagne doit également veiller à l’entretien du pâturage. Certaines plantes, comme le chardon, doivent être éliminées. L’avancée de la forêt doit être évitée et la pâture doit être contrôlée afin de conserver une bonne composition botanique. La plupart du temps ces tâches sont attribuées au berger qui reste sur l’alpage afin de s’occuper des animaux.

Gest'Alpe

La démarche Gest'Alpe

Au sein de l’économie alpestre, l'exploitation des alpages est un volet particulier de l’agriculture de montagne qui se distingue des exploitations agricoles de base (SAU) par les points suivants :

  • elle est saisonnière de mai à octobre, et se pratique surtout dans les régions d'estivage et de montagne du cadastre des zones de la production agricole, bien plus rarement en région de plaine,
  • elle se consacre exclusivement à la production animale, avec une orientation d’abord pastorale,
  • sa gestion réunit en général plusieurs acteurs du secteur de la production agricole, mais se partage aussi avec l’économie forestière, la préservation de la nature et du paysage et le tourisme de loisirs,
  • elle fait l’objet de dispositions légales, fédérales et cantonales, spécifiques, notamment avec le critère central de la charge en bétail exprimée en pâquiers normaux (PN) plutôt que la surface,
  • elle bénéficie de contributions financières spécifiques (contributions d’alpage et d’estivage, améliorations structurelles, qualité écologique, qualité du paysage, pâturages boisés, etc.),
  • elle interagit avec la gestion de boisés, de forêts ou de biotopes de grande surface, avec une superposition des législations forestière ou de protection de la nature et une implication fréquente du service forestier ou des instances en charge de la biodiversité et du paysage.

Les différents acteurs sont le propriétaire du fonds (amodiateur) qui est fréquemment une commune, surtout dans l'arc jurassien, l’exploitant d'alpage (amodiataire), le berger, le fromager, les propriétaires des bêtes alpées qui parfois se sont constitués en syndicats d’alpage agissant comme amodiataires.

En vertu de l'art. 34 de la loi sur l'agriculture vaudoise, la promotion de l'économie alpestre et la formation continue de ses acteurs dans la région d'estivage occupent ainsi une place particulière. La démarche « Gest'Alpe », qui vise à les coordonner utilement, privilégie la concertation et la participation active des services et organismes professionnels concernés par cet espace, en tentant de mettre en relation cohérente les politiques publiques avec les intérêts privés ou associatifs qui prennent place dans l'aire alpestre. C'est dans ce contexte d'intégration des besoins des principaux intéressés qu'a été conclue une convention tripartite entre l'État de Vaud, l'association Prométerre et la Société vaudoise d'économie alpestre (SVEA). Cette convention organise la délégation de la plupart des tâches de vulgarisation concernant les alpages, ainsi que le soutien spécifique à la promotion de l'économie alpestre.

Depuis 1998, un groupe de travail pluridisciplinaire « Gest’Alpe », présidé actuellement par M. Jacques Henchoz, chef de la division marchés et améliorations foncières du SAVI, fonctionne comme organe consultatif et d’encadrement des programmes d’activités subventionnées ; il coordonne aussi la formation continue et les pratiques et les processus administratifs liés à l'activité d'estivage du bétail et au pastoralisme dans le Canton. À cet effet, il regroupe les divers services de l'Etat concernés par la gestion des alpages (Préfets, SCAV, DGE, SDT, SPEI, DGAV), ainsi que les organisations ou professionnels directement intéressés (Prométerre, SVEA, Vaud Rando, Pro Natura, PNR, Agroscope, etc.).

Gest'Alpe Info

Vous trouverez la dernière édition du Gestalp'info, ainsi que les numéros précédents sur le site du Salon des alpages.

Groupement suisse pour les régions de montagne (SAB)

Le Groupement suisse pour les régions de montagne est une association ayant pour but de promouvoir et de protéger les intérêts des zones de montagne.

Le service technique du SAB s’occupe de la vulgarisation agricole en zone de montagne. Il propose des conseils pour les constructions, les installations, la mise en valeur de la production et tout autre conseil pour les alpages.

Société suisse d'économie alpestre (SAV)

La société suisse d’économie alpestre a pour but de représenter l’intérêt des alpages auprès du peuple et des milieux politiques. Elle cherche aussi à montrer les prestations et les produits de qualités offert par l’exploitation des alpages. Enfin, la société encourage les initiatives de ses membres et propose des aides à l’apprentissage comme des journées de formation à thème.

Contacts

Société vaudoise d'économie alpestre
M. Olivier Rochat, secrétaire
Ch. du Jura 6
1272 Genolier
079 761 58 67

Groupement suisse pour les régions de montagne (SAB)

Société suisse d'économie alpestre (SAV)

Partager la page