Réseaux de mesures

Réseaux de mesures

La surveillance de la qualité de l’air dans le canton de Vaud repose sur quatre dispositifs complémentaires de mesure, permettant de documenter les différences régionales du canton de Vaud.

Ces mesures s’effectuent selon deux modes distincts : Des mesures en continu implantées sur des sites représentatifs, et des capteurs passifs pour couvrir un territoire plus large.

Info Air 2017

Un bilan complet (PDF, 16,29 Mo) du réseau et des mesures effectuées ces dix dernières années est disponible en téléchargement.

Le réseau Vaud'air

Le réseau Vaud'Air est le réseau cantonal vaudois de surveillance de la qualité de l'air. Il comporte sept stations, réparties sur des sites représentatifs des niveaux de pollution de l'air observés dans le Canton de Vaud. Il permet la mise à disposition en continu des concentrations de polluants atmosphériques mesurés sur les différents sites suivants :

Les capteurs passifs

Simples et efficaces, d’utilisation plus aisée et moins coûteuse que les stations fixes, les capteurs passifs peuvent  être déployés sur un grand nombre de sites. Cette méthode de mesure est complémentaire aux stations de mesures en continu du réseau Vaud'Air.

En effet, les capteurs passifs de NO2 donnent une information générale du niveau de pollution, ce pollant étant un bon indicateur de la qualité de l'air et un traceur de la pollution liée au trafic motorisé et aux chauffages. Les capteurs passifs sont exploités sur plus de 200 sites du territoire vaudois. Ils sont également utilisés pour des campagnes ciblées ou pour documenter de façon précise une agglomération.

Résultats des mesures

Moyennes annuelles

La station mobile

Un outil souple et complet

Par la mesure en continu d’une palette très large de polluants atmosphériques, la station mobile permet d‘obtenir les mêmes informations qu’une station fixe avec l’avantage de pouvoir être placée en différents endroits en fonction des besoins.

Elle permet ainsi de documenter des situations locales, de suivre des émissions industrielles.

Partager la page