Déchets électroniques

Déchets électroniques

Elimination des anciens appareils électriques et électroniques

Les anciens appareils électriques et électroniques contiennent des substances intéressantes à récupérer (de l'or, des métaux exotiques et des substances toxiques). Ils ne doivent donc pas être jetés avec les ordures ménagères, pour être incinérés, mais être restitués aux commerçants, ou déposés dans une déchetterie équipée pour les récupérer. Les commerçant sont légalement tenus de les accepter. Une taxe anticipée (la TAR "taxe anticipée de recyclage") est prélevée au moment de l'achat pour financer une élimination écologique.

                            

Les prescriptions pour l'élimination de ce type de déchet sont définies par l'ordonnance fédérale sur la restitution, la reprise et l'élimination des appareils électriques et électroniques du 14 janvier 1998 (OREA).

Organisation de la récupération

En plus des commerçants, une trentaine de sites de réception publics (entreprises et déchetteries communales) ont été agrées par les deux principaux organismes suisse mandatés par la Confédération pour assurer la bonne application de l'OREA (SWICO et S.EN.S).

Les appareils usagés réceptionnés sont ensuite transportées vers des entreprises spécialisées agréées par le canton, qui démontent les appareils dans le respect de l'environnement. Le canton en compte six actuellement. En 2004 elles ont accepté, démonté et éliminé les quantités suivantes:

entreprisepoids
Goutte récupération SA                392 tonnes
Thévenaz-Leduc SA5394 tonnes
Cablofer SA6834 tonnes
RDS SA998 tonnes
Metabader Sàrl1614 tonnes
PARI32 tonnes
Total15264 tonnes

Efficacité du recyclage

Si en 2001, 5813 tonnes de déchets "OREA" ont été récupérés dans le canton, en 2004, cette quantité est passée à plus de 15'000 tonnes. Le taux de récupération avoisine aujourd'hui les 100%. Ce taux garantit que les substances parfois très nocives et rémanentes, que l'on trouve dans nos ordinateurs, nos téléviseurs ou nos machines à laver, ne se trouvent plus dispersées dans notre environnement.

Partager la page