Cycles de vie des moyens de transport

Lien vers la page
Ecobilan
Graphique miniaturisé de l'écobilan pour illustrer lien vers la page des fiches Écobilans

Illustration schématique des étapes du cycle de vie d'un véhicule. Il comprend deux branches. La première et plus importante concerne les carburants (Ressources énergétiques - Production de carburant ou d'électricité - Utilisation - Émissions), la deuxième le véhicule-même (Production matière première - Fabrication véhicule - Utilisation - Élimination véhicule

La phase d'utilisation des véhicules est celle qui est la plus gourmande en matière et en énergie, les phases de fabrication, de maintenance et d'élimination sont presque négligeables.


Cycles de vie des moyens de transport

Le cycle de vie des moyens de transports englobe la vie du véhicule de sa fabrication à son évaluation, en prenant compte des besoins en carburant, en maintenance et en infrastructures. 

Cycle de vie d'un vélo

 

Cycle de vie d'une voiture ou d'un bus

Cycle de vie d'un train ou d'un trolleybus

Matière première, fabrication et assemblage

Pour illustrer les différents besoins en  matière première, voici le cas de deux moyens de transport: le vélo et la voiture.

La fabrication des véhicules de transport public (bus, train, tramway) requiert quand à elle plus de matière première. Par contre, en prenant compte du nombre de places passagers, la quantité de matière par personne-kilomètre devient bien inférieure.

Utilisation

La majorité des impacts environnementaux provient de la phase d'utilisation du véhicule. Ces impacts sont directement liés à la consommation de carburant (voitures, bus et motocycles) ou la production d'électricité (trains, tramways et trolleybus). Voici quelques exemples de la consommation type de certains véhicules, en litres équivalents d'essence.

Recyclage et élimination

En Suisse, plus de 200'000 véhicules utilitaires sont retirés de la circulation par an. La moitié de ces véhicules est exportée dans d'autres pays, la seconde partie éliminée en Suisse. Le catalyseur, les vitres, etc. sont enlevés, l'huile usagée est récupérée. Les véhicules passent ensuite dans des installations de broyages. On enregistre environ 50'000 à 60'000 tonnes de résidus de broyages par an, des résidus qui ne proviennent pas uniquement de voitures hors d'usage. Il s'agit de déchets spéciaux problématiques qui contiennent entre autres des métaux lourds et des polluants. Aujourd'hui, ces déchets sont pour la plupart brûlés dans des usines d'incinération.


Partager la page