Ecobilan des piles électriques

Impact environnemental total

Ce graphique présente l'impact environnemental total (en points, selon la méthode IMPACT2002+) pour 1 kWh d'énergie selon trois sources: pile alcaline (0.012 points), pile nickel-cadmium rechargeable (0.0010 points) et électricité du réseau (0.00015 points)

Les  piles rechargeables ont un impact environnemental nettement inférieur à celui des piles non rechargeables. L'électricité du réseau reste néanmoins plus respectueuse de l'environnement.


Écobilan des piles

L’écobilan est une méthode d’évaluation de l’impact environnemental d’un produit, d’un service ou d’un système en considérant toutes les étapes de son cycle de vie. La fiche Méthodologie explique en détail les principes de base de la méthode.

Variantes considérées

La comparaison entre les trois variantes d'alimentation électrique présentées ci-dessus est effectuée à partir d'une base commune - l'unité fonctionnelle - qui dans le cas présent est définie comme la quantité d'énergie électrique utile disponible dans chaque scénario.
 
Unité fonctionnelle
Une consommation d'électricité équivalente à 1 Watt pendant 1000h (1kWh).

Inventaire du cycle de vie

L’inventaire du cycle de vie (ICV) consiste à recenser tous les flux sortants et entrants du système étudié : les émissions dans l’air, l’eau et les sols, la consommation des ressources énergétiques et l'utilisation de matières premières.

L'inventaire complet n'est pas présenté ici. Notons que dans le cas présent, la consommation de 1 kWh d'électricité nécessite quelques 234 piles alcalines ou 1.3 pile NiCd (pour une pile NiCd rechargeable mille fois).

Impact environnemental

L’évaluation de l’impact du cycle de vie vise à transformer l’inventaire de flux en une série d'impacts clairement identifiables. Suivant les méthodologies utilisées, les impacts environnementaux sont exprimés en unités spécifiques ou en "points" pour chaque catégorie d’impact. Le graphique ci-dessous illustre ces impacts environnementaux, les résultats sont exprimés en pourcentage par rapport à l'impact de la pile au manganèse alcalin.

Ce graphique à barres compare les impacts des piles alcalines, des piles rechargeables au nickel-cadmium et de l'électrictié du réseau selon 4 critères: Santé humaine, Qualité des écosystèmes, Réchauffement climatique, Ressources non-renouveables. En prenant les piles alcalines comme références (100%), les impacts se situent pour les 4 critères entre 5 et 12% pour les piles rechargeables et à moins de 2.5% pour l'électricité du réseau

Malgré la présence importante de métaux lourds toxiques comme le cadium, les piles rechargeables NiCd ont un bilan environnemental bien plus favorable que les piles alcaline à usage unique. On notera d'ailleurs que les piles NiCd sont actuellement en voie d'être remplacées par les piles au Nickel-Métal-Hydrure (NiMH), encore plus performantes et beaucoup moins toxiques (parce que sans cadmium).

Les résultats de cet écobilan partent de l'hypothèse que les piles usagées sont collectées et traitées de manière appropriée. Comme les piles contiennent des métaux lourds en plus ou moins grandes quantités, une élimination inadéquate (incinération ou mise en décharge) peut avoir des conséquences préjudiciables sur l'environnement et la santé humaine. C'est pourquoi il est impératif de collecter séparément les piles et les accumulateurs.

En conclusion, pour chaque catégorie d'impacts environnementaux, la consommation d'électricité directe du réseau est bien plus profitable que l'utilisation des piles. Cependant, lorsque cette alternative n'est pas envisageable, on utilisera alors de manière préférentielle des piles ou accumulateurs rechargeables plutôt que des piles à usage unique, puisque leur impact est largement diminué grâce à leur réutilisation.


Partager la page