Voies de communication

Par temps sec, les voies de communication voient se déposer à leur surface des polluants émis par la circulation des véhicules (métaux lourds, hydrocarbures, résidus plastiques et caoutchouc), ainsi que par l’utilisation de produits de nettoyage et de traitement des plantes (désherbants, fongicides) pour leur entretien.

Dès les premières pluies, les eaux de ruissellement se chargent de ces polluants, dont la quantité variable définit l’état de pollution.

Les eaux polluées représentent une potentielle menace pour les eaux superficielles et souterraines. Leur déversement dans une eau superficielle (lac et cours d’eau) ou leur infiltration sont soumis à une autorisation cantonale, conformément à la loi sur la protection des eaux (LEaux).

Collaborateurs

Bases légales

Retour à "Evacuation et épuration des eaux"

Partager la page