Géothermie profonde

Geyser

Les investigations conduites entre septembre 2002 et mai 2003 en vue de déterminer le potentiel géothermique sur le territoire du canton de Vaud dans le domaine des géostructures énergétiques (GE), des aquifères profonds (AP) et de la géothermie haute énergie (HE) ont permis de conclure que, sous certaines conditions, chacune de ces trois technologies offre d'intéressantes perspectives de valorisation.

Dans le secteur des géostructures énergétiques, des calculs basés sur les résultats d'une enquête du marché de la construction des géostructures ont permis d'estimer le potentiel de développement dans le canton de Vaud. Il est apparu que dans dix ans, les géostructures énergétiques seraient à même de produire annuellement 6'000'000 de kilowattheures de chaleur et 500'000 kilowattheures de froid.

L'impulsion donnée il y a une quinzaine d'année dans le domaine de la valorisation des aquifères profonds a quelque peu fléchi au cours des dernières années, essentiellement pour des raisons budgétaires, alors que la connaissance du potentiel géothermique du sous-sol reste très lacunaire. Au terme des investigations entreprises dans le cadre de la présente étude pour combler ce vide, il est apparu que de réelles possibilités de capter des circulations d'eau chaude en profondeur existent, notamment dans la région entre le pied du Jura et le Léman, alors que jusqu'à présent le sous-sol du canton était réputé être pauvre en ressources géothermiques.

L'exploitation des aquifères profonds du Malm et du Dogger pourrait représenter des potentiels géothermiques de l'ordre de 4 à 5 MWth par site de production, dans des zones à demande élevée de chaleur. En ce qui concerne la géothermie haute énergie, la technologie des systèmes géothermiques stimulés doit prochainement arriver à un stade pré-industriel avec les premières réalisations, au cours de ces deux à trois prochaines années, de centrales à Soultz-sous-Forêts et en Australie. Actuellement le potentiel de production de géothermie haute énergie en Suisse en général, et dans le canton de Vaud en particulier n'est limité ni par la capacité de la ressource en profondeur, ni par son accessibilité, mais bien par le potentiel de consommation de chaleur. Une telle installation doit être couplée de préférence sur un réseau de chauffage à distance existant.

Actuellement, plusieurs projets d'exploitation des aquifères profonds sont en cours dans le canton de Vaud. On peut citer notamment le projet AGEPP à Lavey, GP La Côte sur les sites de Nyon, Gland et Aubonne-Etoy ainsi que le projet d'Eclepens.