Plan de gestion du sanglier 2017-2021

Sangliers nageant

Face à la recrudescence des dégâts causés par le sanglier dans les cultures, les prairies et les pâturages, le Département du territoire et de l’environnement (DTE) a actualisé son plan de gestion de l’espèce pour les cinq années à venir. De nouvelles mesures de régulation et une chasse plus longue sont instaurées pour réduire les dommages.

Cette révision, menée en étroite collaboration avec les représentants des milieux agricoles, de la forêt, de la chasse, des organisations de défense de la nature et des cantons limitrophes, se justifie par la forte croissance des effectifs et par l’extension de l’aire de répartition de l’espèce, constatée aussi bien sur le territoire vaudois que dans les cantons riverains. Le sanglier est largement répandu, que ce soit aux abords immédiats des agglomérations ou dans les zones de pâturages du Jura et des Préalpes.

Ce plan de gestion actualisé s’appuie sur trois piliers: la prévention des dégâts (pose de clôtures), la régulation des effectifs (chasse et action complémentaire des surveillants de la faune) et l’indemnisation des dégâts (collaboration avec une dizaine de taxateurs agréés).

La coordination entre les différents acteurs présents dans les zones à risques sera quant à elle optimisée grâce à la création, dès 2018, de nouvelles plateformes de coopération.