Réseau écologique cantonal (REC)

Traduction du REN (réseau écologique national) au niveau du canton de Vaud, le réseau écologique cantonal  (REC-VD) s’intègre dans une stratégie globale de préservation de la biodiversité qui, au niveau national, prévoit notamment de mettre en place ces prochaines années une « infrastructure écologique ».

Le réseau écologique doit être vu comme un ensemble d’éléments naturels ou semi-naturels permettant à la biodiversité d’évoluer dans un espace garantissant la survie des populations, notamment au travers d’échanges et de déplacement d’individus.

Son objectif est donc de mettre en évidence, sous forme de cartes, les éléments clés du réseau écologique dans son état actuel mais également les territoires nécessaires pour assurer son bon fonctionnement à l'avenir.

Le REC s’adresse en premier lieu aux acteurs du territoire, aménagistes, forestiers ou gestionnaires d’espace naturel ou semi-naturel en charge de projets à incidence spatiale aux échelles régionale et locale.

Carte des territoires d'intérêt biologique prioritaire et liaisons biologiques d’importance suprarégionale ou régionale
carte du rec

Le REC-VD se traduit ainsi par :

  • Des territoires d’intérêt biologique prioritaire (TIBP, en vert foncé sur la carte ci-dessus), surfaces qui abritent une biodiversité et des milieux naturels particulièrement riches et de valeur et autour desquelles le réseau se structure ;
  • Des territoires d’intérêt biologique supérieur (TIBS), surfaces dont la valeur est supérieure à la moyenne et qui, en fonction de leur taille, peuvent constituer des zones tampon autour des TIBP, des zones relais ou des voies de transit privilégiées. Ces surfaces permettent d’assurer la connectivité entre les maillons principaux du réseau écologique ;
  • Des liaisons biologiques d’importance suprarégionale ou régionale (lignes vertes sur la carte ci-dessus), axes de transit et de dispersion privilégiés entre les territoires d’intérêt biologique prioritaire;
  • Des espèces d’intérêt particulier réparties en trois catégories d’importance dont l’écologie spécifique doit guider la définition des objectifs et mesures de développement du réseau écologique au niveau local, régional ou cantonal.

Le REC-VD est un outil par essence évolutif, de nouvelles données et connaissances étant acquises jour après jour. Chaque projet devra donc prendre en compte les informations plus précises récoltées au cas par cas et les confronter aux bases du REC-VD.

Les mesures de protection, d’affectation ou de gestion devront être définies en tenant compte des éléments et espèces en jeu. Pour garantir un réseau fonctionnel, les outils réglementaires et d’incitations existants doivent être mis en œuvre mais il s’agira également de tirer parti de chaque projet ou opportunité pour lever des obstacles ou perturbations du réseau ou encore améliorer un élément ou l’autre de celui-ci.

Le REC-VD a été analysé et développé en ayant comme cibles la faune et la flore sauvage et les habitats qui leurs sont nécessaires. Il ne peut toutefois pas être correctement appréhendé sans tenir compte de l’Homme, des infrastructures qu’il a construites et des structures paysagères qu’il a façonnées au cours de plusieurs siècles d’exploitation du territoire.

Le REC-VD ne peut et ne doit pas être un espace strictement voué à la nature et pour ainsi dire mis sous cloche. Un certain nombre de surfaces doivent être strictement protégées et continuer à être maintenues à l’abri de toute pression excessive mais dans de nombreux cas, des solutions existent pour qu’une cohabitation harmonieuse soit possible. En l’absence de dynamique naturelle, souvent entravée par des mesures de sécurité, de nombreux milieux de valeur nécessitent une exploitation ou un entretien régulier.

Le défi pour le futur sera donc de préserver un espace naturel suffisant pour conserver les valeurs et les bienfaits de la biodiversité tout en y intégrant les activités humaines qui le sous-tendent et les besoins de la population qui doit pouvoir garder un contact avec la nature. Le réseau écologique est un réseau de vie autant pour la nature que pour l’homme.