Pollution des sols aux dioxines

Contexte

A partir de l’annonce de la présence d’une pollution aux dioxines/furanes début 2021 en Ville de Lausanne, le Département de l’environnement et de la sécurité (DES) a lancé plusieurs campagnes d’analyses de sols pour évaluer le niveau et l’étendue de cette pollution dans le territoire.

En parallèle, Unisanté (Centre universitaire de médecine générale et santé publique) a été mandaté par le Département de la santé et de l'action sociale (DSAS) pour définir les risques liés à l’exposition due à ces sols, du point de vue de l’ingestion directe, de la consommation des légumes et des produits animaux. Les recommandations nécessaires en fonction du degré de pollution des sols ont ainsi pu être définies.

Lien vers la conférence de presse:

https://www.vd.ch/toutes-les-actualites/communiques-de-presse/detail/communique/le-canton-precise-le-perimetre-de-la-pollution-et-arrete-des-recommandations-sanitaires-1633934212/

 

 

Cartes de recommandations sanitaires

Fondé sur cette évaluation sanitaire et la modélisation des concentrations potentielles de dioxines-furanes dans les sols, les cartes de recommandations sont publiées sur le guichet cartographique cantonal.

Cartes de recommandations sanitaires par classe de pollution potentielle

Ces cartes ont été établies sur la base d’une modélisation à la suite d’analyses de sols sur 126 sites. Elles représentent des potentiels de pollution maximums, sur les sols qui ne sont a priori pas remaniés. Elles ont été élaborées selon une approche sécuritaire visant à garantir que les niveaux de pollution ne soient pas sous-estimés en application du principe de prévention. Ces cartes ne prennent donc pas en compte tous les remaniements de sol qui ont pu survenir après la pollution, et qui ont eu a minima pour effet de diluer les concentrations. Ces remaniements étant aléatoires selon les travaux effectués, ils ne sont ni prédictibles, ni quantifiables.

Détail des recommandations sanitaires

Recommandations générales : indépendamment des concentrations en dioxines/furanes, sur toutes les zones

  • ne pas manger de la terre (porter une attention particulière aux enfants en bas âge, en raison du réflex main-bouche) ;
  • se laver les mains après avoir manipulé de la terre et en rentrant d’une activité à l’extérieur ;
  • laver les fruits et les légumes provenant des jardins ;
  • dans les jardins et parcs, enherber/végétaliser au maximum les surfaces de terre pour éviter de laisser des zones de sol nu accessibles aux enfants.

Dans le périmètre de la classe de dioxine/furane 20 à 50 ng TEQ/kg de sol

  • Appliquer les recommandations générales.

Pour les détenteurs de poules :

  • limiter la consommation des œufs (en moyenne maximum 1 œuf par personne et par semaine) ;
  • ne pas offrir ou vendre les œufs (consommation uniquement privée).
  • ne pas consommer la viande des poules.

Pour les détenteurs de jardins potagers :

  • limiter la consommation des cucurbitacées cultivées sur ces sols (en moyenne maximum 100g de légumes par personne et par semaine) ;
  • les autres légumes et les fruits peuvent être consommés sans restriction.

Dans le périmètre de la classe de dioxine/furane 50 à 100 ng TEQ/kg de sol

  • Appliquer les recommandations générales.

Pour les détenteurs de poules :

  • ne pas consommer, offrir ou vendre les œufs et les poules;
  • ne pas consommer la viande des poules.

Pour les détenteurs de jardins potagers :

  • limiter la consommation des cucurbitacées cultivées sur ces sols (en moyenne maximum 100g de légumes par personne et par semaine) ;
  • laver et peler les légumes racines ;
  • les autres légumes et fruits peuvent être consommés lavés sans restriction.

Dans le périmètre compris dans la classe de dioxine/furane 100 à 200 ng TEQ/kg de sol

  • Appliquer les recommandations générales.

Pour les détenteurs de poules :

  • ne pas consommer, offrir ou vendre les œufs et les poules;
  • ne pas consommer la viande des poules.

Pour les détenteurs de jardins potagers :

  • ne pas consommer les cucurbitacées;
  • laver et peler les légumes racines;
  • les autres légumes et fruits peuvent être consommés lavés sans restriction.

Dans le périmètre de la classe de dioxine/furane supérieure à 200 ng TEQ/kg de sol

  •  Appliquer les recommandations générales.

Pour les détenteurs de poules :

  • ne pas consommer, offrir ou vendre les œufs et les poules;
  • ne pas consommer la viande des poules.

 Pour les détenteurs de jardins potagers :

  • ne pas consommer les cucurbitacées;
  • laver et peler les légumes racines;
  • les autres légumes et fruits peuvent être consommés lavés sans restriction.

Pour les parcs et jardins :

Les expositions sont liées à l’ingestion involontaire de terre, qui se fait en portant les mains à la bouche. Chez les enfants l’exposition survient en jouant à l’extérieur sur des surfaces où la terre est accessible (réflexe main-bouche), chez les adultes lors d’activités en pleine terre (jardinage de loisir, etc.).

  • limiter à 3 fois par semaine la fréquentation des parcs et jardins pouvant entrainer une ingestion directe de terre.

Tableau de synthèse des recommandations sanitaires

Recommandations sanitaires établies par Unisanté (PDF, 279 Ko)

Foire aux questions (FAQ)

la FAQ est développée au fur et à mesure des questions adressées au portail dioxine.

Rechercher dans les questions

Questions

Réponses

Que dois-je faire des cucurbitacées (courges, potimarrons, courgettes, pâtissons, concombres, cornichons, etc.) contenant potentiellement des dioxines ?

Il est recommandé aux usagers de jardins potagers de limiter la consommation de cucurbitacées à 100g par personne et par semaine dans les périmètres présentant une pollution potentielle de 20 à 50 ng TEQ/kg de sol et de 50 à 100 ng TEQ/kg de sol (se référer à la carte diffusée sur le géoportail cantonal). Dans les périmètres présentant des pollutions potentielles plus élevée, il est recommandé aux usagers de jardins potagers de renoncer à la consommation des cucurbitacées. Cette famille de légume présente en effet la caractéristique d’accumuler les dioxines dans leur chair.

Si elles ne peuvent pas être consommées, les cucurbitacées, doivent, pour l'instant, être éliminées dans les sacs-poubelle officiels destinés à la valorisation thermique (sacs blancs taxés). Ils ne doivent pas être valorisés dans les installations de compostage ou de méthanisation, ni dans les composts privés. La FAQ sera mise à jour périodiquement sur ce point en particulier, en fonction de l’évolution de la situation.

Quels sont les risques sur la santé, à court, moyen et long terme ?

À court terme, l’exposition à une dose importante de dioxines par l’ingestion d’œufs ou de viande peut potentiellement provoquer une altération de la fonction hépatique, avec un retour à la normale dès l’arrêt de la consommation. À long terme, on a pu observer à l’échelle populationnelle qu’une exposition à des doses plus élevées que la dose journalière tolérable établie par l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) pourrait avoir des effets sur la fertilité chez les jeunes hommes. Toutefois, une étude suisse montre que la baisse de fertilité touche tous les jeunes hommes du pays. Cette baisse de fertilité chez les hommes n’est donc pas forcément associée aux dioxines. D'autres pathologies ont aussi été associées aux dioxines et furanes, mais à des seuils plus élevés et avec un niveau d'évidence pas toujours clair. L'augmentation relative de certains cancers a par exemple été associée à certains congénères des dioxines/furanes, mais les seuils d'exposition suggérés par la littérature scientifique sont supérieurs à ceux rencontrés dans les scénarios d'exposition lausannois. Les dioxines sont des polluants complexes avec des particularités toxicologiques diverses et aux effets non spécifiques. Au quotidien, nous sommes tous exposés quotidiennement à de faibles doses de dioxines et furanes dans la chaîne alimentaire ainsi qu'à d'autres polluants/facteurs susceptibles de conduire aux mêmes effets, il est donc difficile d’associer une source d’exposition en particulier avec les concentrations dans l’organisme.

J’habite la région lausannoise. Dois-je effectuer des tests médicaux et à qui m’adresser ?

Il n’y a pas lieu d’effectuer de test médical, si vous résidez dans la région lausannoise. La pollution des sols découverte à Lausanne ne représente pas un danger immédiat pour la santé. La principale voie d'exposition aux dioxines est l'ingestion via notre alimentation. Si votre terrain a des concentrations importantes en dioxines mais que vous n’ingérez pas de terre, d’œufs ou de cucurbitacées fréquemment et sur une longue période (voir recommandations selon les usages des terrains en fonction des concentrations en dans le sol), le risque d’effets sur la santé n’est pas plus important que le risque via l’alimentation usuelle. Les scénarios pour lesquels les autorités ont établi des recommandations sanitaires sont liés à une exposition chronique de denrées alimentaires très spécifiques, soit les œufs et les légumes cucurbitacées. La consommation d’œufs est, à Lausanne, le scénario le plus exposant. Les dioxines se concentrent en effet dans les graisses animales. Si vous êtes propriétaire d’un poulailler et consommez très fréquemment les œufs de poules élevées sur des terrains à concentration > 50 ng TEQ/kg, il convient de réduire cette exposition. Les autorités recommandent ainsi d’arrêter de consommer ces œufs. La part de contamination venant des végétaux est plus faible. Il est néanmoins recommandé de ne pas consommer les cucurbitacées cultivées sur des terrains à concentration > 100 ng TEQ/kg, les dioxines se concentrant dans leur chair. Les personnes exposées de façon chronique via la consommation d’œufs seront contactées par les autorités, afin de leur proposer une consultation médicale permettant d’évaluer ces risques et de cibler au mieux la prévention.

Puis-je continuer à boire l'eau du robinet?

Les dioxines peuvent être transportées par voie aérienne et se déposent dans la partie superficielle des sols. Ce sont des polluants organiques persistants, peu solubles dans l’eau, très stables et fixés dans le sol par la matière organique. L’alimentation représente la principale source d’exposition pour l’humain, en particulier à travers la consommation de viande, produits laitiers, œufs et les cucurbitacées (dans une moindre mesure). Elles ne contaminent donc pas les eaux souterraines et les ressources en eau potable.

Puis-je réaliser des analyses de sols dans mon jardin ?

Il est possible de faire réaliser une analyse de sa parcelle. En raison de la complexité de ces analyses, il est nécessaire de s’adresser à un spécialiste. La société suisse de pédologie fournit sur son site internet une liste de spécialistes : https://soil.ch/experts/fr/ (trier dans le champs "Region" pour choisir ceux qui sont actifs dans le Canton de Vaud).

 

La répartition des coûts liés à cette pollution n’est pas encore tranchée et fait l’objet de discussions avec l’Office fédéral de l’environnement. Dès lors, en attendant que ces aspects soient éclaircis, le coût des analyses est à la charge des détenteurs. Il est donc nécessaire de conserver tous les justificatifs et les rapports (méthodes d’échantillonnage et analyses) pour pouvoir les présenter lorsque les questions de répartition des coûts auront pu être réglées.

 

Par ailleurs, selon les art 6 LASP et 46 LPE, la copie des résultats d'analyse doit être transmise au Canton (mail : info.dioxine(at)vd.ch).

 

 

Ligne téléphonique et adresse mail

L’adresse mail info.dioxine(at)vd.ch est à disposition pour adresser des questions sur cette thématique

Une ligne téléphonique est ouverte pour poser vos questions : 021 316 40 30.

Elle est ouverte le lundi de 8h30 à 11h30 et le mercredi de 13h30 à 16h30.

Bases légales

Art. 34 et 35 de la Loi fédérale du 7 octobre 1983 sur la protection de l’environnement (LPE ; RS 814.01) ;

Art. 4, 5, 9 et 10 de l’Ordonnance du 1er juillet 1998 sur les atteintes portées aux sols (OSol ; RS 814.12) ;

Art. 21 et 22 du Règlement d'application du 8 novembre 1989 de la loi fédérale sur la protection de l'environnement (RVLPE ; BLV 814.01.1).

Partager la page