Obtenir une expertise en conservation-restauration

Obtenir une expertise en conservation-restauration

La conservation préventive et la restauration s'inscrivent dans une chaîne d'opérations qui va de la collecte au classement, du rangement à la consultation par le public. Tandis que la conservation préventive est appliquée à l’ensemble des documents conservés, la restauration n’est applicable qu’à une toute petite partie des archives en raison de son coût important.

Sur demande, les Archives cantonales vaudoises expertisent l’état de conservation des archives des communes et des services de l’administration cantonale. Conduites conjointement par la responsable de l’atelier de restauration et par l’archiviste responsable des relations avec l’entité concernée, ces expertises se concluent par l’envoi d’un rapport synthétisant les résultats et donnant des conseils adaptés à la situation.

Les points principaux expertisés sont les suivants :

En cas de sinistres dans un local d’archives publiques, le fait doit être signalé dans les plus brefs délais aux ACV. Si les dommages sont importants, par exemple suite à une inondation ou un incendie, l’intervention de l’unité régionale de Protection des biens culturels doit être demandée auprès de l’Organisme régional de protection civile (ORPC).

Illustrations

Moisissures violacées visibles à l’intérieur d’un registre, conséquence d’un ancien dégât d’eau (ce type de moisissures peut également se développer suite à un taux d’humidité élevé).

Conséquence d’un climat très humide : infestation de moisissures blanches sur un registre.

Volume ancien dont la reliure est en très mauvais état : une boîte réalisée sur mesure est une action de sauvegarde absolument nécessaire. Suivant l’importance historique du document et le budget à disposition, une restauration peut être envisagée.

Consortium de sauvetage documentaire en cas de catastrophe

Lancé en 2003 à l’initiative des Archives cantonales vaudoises, le COSADOCA (COnsortium de SAuvetage du patrimoine DOcumentaire en cas de Catastrophe) s’est concrétisé en 2004 par un accord passé entre les archives, la Bibliothèque cantonale et universitaire de Lausanne (BCU) et le Service information scientifique et bibliothèque de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne.

Conscientes des dommages qu’une catastrophe naturelle ou accidentelle pourrait entraîner au niveau du fonctionnement des hautes écoles lausannoises, les trois institutions ont décidé d’unir leurs efforts pour garantir à la communauté universitaire, même en cas de sinistre, l’accès à la documentation et aux archives, outils essentiels aux études et à la recherche scientifique.

 Outre la mutualisation des ressources matérielles et humaines, le COSADOCA assure, avec les services de sécurité de l’EPFL et de l’Université de Lausanne, les services de défense incendie et secours Chamberonne et de Lausanne et la Protection civile de la Région de l’Ouest lausannois (PCiROL), la formation du personnel des trois institutions à l’intervention en cas de sinistre et offre une plate-forme d’information permettant de prévenir et de mieux réagir en cas de sinistre. Il travaille en collaboration étroite avec les organes de la protection civile. 

Principales étapes :

  • 1er exercice en commun, le 29 novembre 2005, à Gollion
  • inauguration officielle du Consortium, 19 mai 2006
  • 26-28 mars 2008 : Sauvetage en cas de catastrophe dans les bibliothèques et les archives : comment le RFID et les entraînements pratiques permettent d'être plus efficace. Conférence de la section et du programme fondamental IFLA PAC International Federation of Library Associations and Institutions)
  • exercices COSADOCA 2006 (Bibliothèque cantonale et universitaire), 2007 (Bibliothèque de l’Ecole polytechnique fédérale suisse), 2008 (Archives cantonales vaudoises), 2009 (Bibliothèque cantonale et universitaire de  Lausanne), 2010 et
    2011(Archives cantonales vaudoises) et 2012(Bibliothèque cantonale et universitaire)
  • formations théorique et pratique, limitées à des phases d’exercice (« tri urgent »), avec les responsables de chaque institution et les cadres et la section de la Protection des biens culturels de la PCiROL.
  • Nombreuses formations données en interne, sur le plan national et sur le plan international.

Pour des compléments, voir le site spécifique du COSADOCA 

Plan de prévention, d'intervention et de réhabilitation (PDF, 1,23 Mo) (1er janvier 2019)

Partager la page