Souvenirs de la cour d’école en fleurs

Par Christophe Gallaz, écrivain, ancien constituant

Dix ans de l’année deux mille trois à l’année deux mille treize, qui n’ont pas effacé l’essentiel.

Reste le souvenir d’avoir rejoint la Constituante à partir de la masse citoyenne extérieure à tout étiquetage partisan, la plus banale, celle qu'on nomme en toute paresse l’opinion publique, mais de s’être assis sur tel banc de l’assemblée constituante aux côtés de tel groupe se réclamant de telle tendance idéologique et programmatique ; et de s’y être senti logiquement situé dans le grand jeu des tendances politiques répertoriées, comme si l’exercice de l’indépendance intellectuelle et politique était presque impossible à maintenir dans la société de lignes et de marges instituée par les humains au jour le jour, une fleur.

Reste aussi le souvenir d’avoir découvert les microcosmes politiciens à l’intérieur du microcosme politique, toutes ces familles à l’intérieur de la famille faîtière dont les protagonistes se tutoieront jusqu’à la fin de leur existence, comme font les soldats et les comédiens, doués chacun de leur caractère et de leur aptitude à se faire valoir ou de leur faiblesse à cet égard ; et les coups joués par les uns et les autres comme au théâtre, l’innervation des mentalités discrètes par les mentalités dominantes, les calculs stratégiques et les alliances conjoncturelles, les concessions dialectiques et les changements de cap, les dramaturgies électriques ou les mornes plaines, un bricolage organique incessant sur la scène, ou dans la cour de l’école.

Reste enfin le souvenir d’avoir perçu le jeu des contradictions personnelles irrépressibles au moment d’édifier le monument constitutionnel grâce à tous ces constituants porteurs de patronymes étrangers disputant fiévreusement du droit de vote et d’éligibilité qu’il faudrait accorder ou dénier aux personnes ne disposant pas du passeport suisse, tandis que leurs voisins de travée proclamaient fermement la séparation de l’Eglise et de l’Etat en exigeant ardemment que Dieu fût nommé dans le Préambule. Je pensais : le ça, le moi plus le surmoi multipliés par cent quatre-vingts pendant trois ans, de quoi produire de l’Histoire.

Echallens, dernière assemblée de la constituante à main levée.

Partager la page