Les mesures prévues par le Plan pour l'égalité

Volet "conciliation travail et famille (work-life balance)"

L’égalité entre les sexes dans le domaine de l’emploi dépend étroitement des conditions de travail mises en place et de l’agencement des horaires. Elle est également liée à une répartition équilibrée des tâches domestiques et éducatives au sein du couple. Des horaires de travail flexibles constituent une mesure largement souhaitée par le personnel, ainsi que cela ressort de différentes enquêtes auprès des collaboratrices et collaborateurs de l'Administration cantonale vaudoise (ACV).

Mesure 1 : promotion de l’aménagement du temps de travail et du modèle d’horaire à l’année

La loi sur le personnel prévoit la possibilité d’introduire des aménagements du temps de travail. L’annualisation du temps de travail est déjà appliquée notamment au Bureau de l'égalité (BEFH), au Service de l'emploi (SDE), au Secrétariat général du Département de l'économie (SG-DEIS) et au Service du personnel (SPEV). Elle permet, avec l’accord de la cheffe ou du chef de service et en tenant compte des besoins de l’entité, d’ajuster les horaires de travail aux besoins de la collaboratrice ou du collaborateur, en travaillant, par exemple, davantage pendant les périodes scolaires, qui correspondent souvent aux périodes où la quantité de travail est la plus importante, et en augmentant la durée des vacances. Elle permet également d’opter pour un modèle dit de «semaine compressée» qui laisse, par exemple, le mercredi après-midi de libre. Conformément aux dispositions du règlement général, un modèle d’aménagement du temps de travail ne peut être appliqué que si trois quarts du personnel y sont favorables.

Mesure 2 : promotion du temps partiel pour les hommes

L’ enquête menée en 1999 auprès du personnel de l'administration a montré que le temps partiel, s’il est un facteur discriminant dans l’évolution de la carrière des femmes, l’est encore plus pour les carrières masculines. Cela explique en partie la rareté du temps partiel masculin dans l’ACV, alors qu’il est fréquent dans d’autres administrations ayant promu ce modèle, comme par exemple l’administration fédérale.

Pour promouvoir le temps partiel pour les hommes et contribuer à un meilleur partage des responsabilités au sein des couples, des actions d’information et de sensibilisation sont menées au sein de l’Administration cantonale. Une directive sur la réduction du taux d'activité a été élaborée en 2006. Elle précise que les demandes de réduction du temps partiel, émanant de collaboratrices ou collaborateurs sont examinées avec bienveillance par l'autorité d'engagement. Tout refus fera l’objet d’une brève argumentation écrite, avec copie à la personne responsable des ressources humaines (RRH). Celle-ci la transmettra pour information au BEFH qui peut alors être amené à jouer les bons offices.

Télécharger la directive sur la réduction du taux d'activité (PDF, 87 Ko)

Volet "augmentation de la proportion de femmes aux postes de cadre"

Depuis 1996, les femmes sont plus nombreuses que les hommes au sein de l’ACV et, en juin 2016, elles représentaient 63% du personnel.  Sous l’angle de la classification, la situation des femmes est moins bonne que celle des hommes : en 2016, elles sont surreprésentées dans les classes 1 à 10, et sous-représentées à partir de la classe 14 (avec moins de 30% des EPT). En 2016, leur proportion dans les classes 16 à 18 s'élève à 20% (des EPT). (source : Annuaire Statistique Vaud 2017).

Mesure 3 : augmentation de la proportion de femmes aux postes de cadre par des mesures sur l’engagement et la promotion et par la création d’un réservoir de relève féminine

Dès l’adoption du plan pour l’égalité, le Conseil d’Etat fixe un objectif à atteindre en termes d’augmentation du pourcentage de femmes cadres dans l’ACV.

Afin de corriger le déséquilibre existant, les personnes chargées du recrutement porteront une attention particulière aux candidatures féminines dans les secteurs et les fonctions où les femmes sont peu nombreuses. Dans la mesure du possible, autant de femmes que d’hommes seront convoqués pour un entretien. Les services seront invités à appliquer le principe selon lequel, à qualifications et compétences égales, la préférence sera donnée à une femme pour les postes où elles sont peu nombreuses.

Mesure 4 : développement des postes partagés (« job sharing »)

Le job-sharing est une forme de travail où deux personnes se partagent un seul cahier des charges. Sachant que les femmes ayant charge de famille renoncent souvent à briguer un poste à responsabilités en raison de la charge de travail que cela suppose, cette mesure doit contribuer à augmenter la proportion de femmes dans les postes à responsabilités.

Volet "communication et sensibilisation"

Il est important que le Plan pour l’égalité soit connu de tout le personnel et fasse l’objet de mesures d’information régulières. Une attention particulière sera portée au langage qui respectera les règles de féminisation.

Mesure 5 : mise à jour, analyse et publication des données statistiques sur la situation des femmes dans l’ACV

L’enquête sur les conditions de travail et l’égalité entre les sexes dans l’Administration cantonale vaudoise, menée par le SCRIS et le BEFH, contient des données précieuses pour l’analyse de la situation des femmes et des hommes dans l’ACV. Il s’agit d’actualiser les données les plus significatives, d’analyser ces résultats et de les publier annuellement, afin de suivre les effets du Plan pour l’égalité, de prendre les éventuelles mesures correctives nécessaires et d’en informer les collaboratrices et collaborateurs.

Mesure 6 : mesures d’information sur la politique d’égalité dans l’ACV

Différentes actions de sensibilisation telles que des articles thématiques sur des questions relatives à l’égalité, la publication régulière des indicateurs pertinents sur la situation des femmes et des hommes dans l’ACV seront assurées. La politique d’égalité ainsi que le rôle du BEFH seront présentés lors de la journée d’accueil des nouvelles collaboratrices et des nouveaux collaborateurs.

Mesure 7 : élaboration d’une directive DRUIDE sur la formulation épicène

La question de la formulation épicène ou non sexiste suscite de nombreuses controverses et les services appliquent des solutions fort diverses. Le BEFH est fréquemment interpellé sur cette question par des citoyen·E·s qui réagissent à un courrier reçu de l’administration cantonale. Cette question a été examinée en collaboration avec la chancellerie. Les travaux ont abouti à l’élaboration d’une directive DRUIDE.

Télécharger la directive (PDF, 82 Ko)

Haut

Partager la page