Professionnel·le·s

Les professionnel·le·s qui sont en contact avec des personnes confrontées à la violence au sein du couple ont un rôle crucial à jouer pour lutter contre ce fléau. Pour pouvoir offrir un message clair de soutien, informer, orienter ou prendre en charge les victimes et les auteur·e·s, il est indispensable de connaître les outils de détection disponibles, les institutions et les services offrant aide et soutien et les évolutions en la matière.
Dans ce but, cette section vous propose des outils pour détecter les violences dans le couple, un moteur de recherche pour proposer une aide adéquate à la victime et à l'auteur·e, ainsi qu'un agenda des formations et une liste de publications.

Détecter la violence au sein du couple

Les actes de violence au sein du couple se déroulent le plus souvent au sein de la sphère privée, à l’abri des regards. De ce fait, ils ne sont pas 
toujours faciles à repérer
. Bien souvent, la victime dissimule ou minimise la gravité de la situation et ne parle pas spontanément des violences qu’elle subit, que ce soit par peur ou par honte. La détection active par les professionnel·le·s permet à ces personnes de se confier et de trouver de l’aide. Dans la majorité des cas, les services de santé, les services de police et les services sociaux sont les premiers à pouvoir repérer ces situations. Mais ces professionnel·le·s ne sont pas les seul·e·s en contact avec les victimes. Sans être des spécialistes du domaine, d’autres personnes peuvent avoir connaissance d’actes de violence au sein du couple dans le cadre de leurs activités professionnelles.

Protocole d’intervention: Détection-soutien-orientation des personnes victimes -"DOTIP"

Ce protocole a été élaboré pour les professionnel·le·s du canton de Vaud travaillant en relation avec des personnes victimes de violence conjugale. Il peut également être utile à quiconque souhaite venir en aide à une personne de son entourage vivant ce type de violence. Il a connu de nombreuses déclinaisons pour d’autres secteurs professionnels et d’autres cantons.

Vous avez la possibilité de commander le DOTIP via le catalogue de prestations, ou le télécharger sous: 

publications

Méthodologie de détection et d’orientation de toutes les personnes concernées par la violence de couple (victimes, auteur·e·s, enfants) - "DOSAVI"

Cette méthodologie est adaptée à la pratique des intervenant·e·s du champ du social. Cette méthodologie est complémentaire au "DOTIP", et met le focus sur les pratiques et les stratégies à adopter  pour identifier les situations de violence, puis pour accompagner les personnes concernées en vue de faciliter la prise de contact avec un service pour les victimes ou les auteur·e·s. Elle comprend une formation ainsi qu'un guide de référence. Disponible au printemps 2018.

Haut

Orienter les victimes et les auteur·e·s

Une "Carte réseau" ou "moteur de recherche" recense les institutions qui offrent des prestations pour les victimes et les auteur·e·s de violence dans le couple. Ce moteur de recherche permet de sélectionner, en fonction du bénéficiaire et des besoins, l'offre la plus adéquate parmi les partenaires du réseau local.

rechercher une institution

Votre institution offre des prestations et souhaite figurer au sein de la carte réseau: informez le Bureau de l'égalité entre les femmes et les hommes par courriel: info.befh(at)vd.ch

Haut

Formations

Journée annuelle du réseau vaudois de lutte contre la violence domestique

Chaque année, le Bureau de l'égalité entre les hommes et les femmes (BEFH) et la Direction de l'insertion et des solidarités (DIRIS) organisent la journée du réseau vaudois, le dernier jeudi du mois de janvier. Cette journée permet aux professionnel·le·s des institutions de faire connaissance, d'échanger et de mettre à jour leurs connaissances.

Prochaine journée annuelle: 30 janvier 2020

Thématiques des journées précédentes

Par ailleurs, le BEFH, en collaboration avec d'autres services, organise régulièrement des colloques.

Thématiques des colloques précédents

Formations en Suisse romande

Le BEFH recense les formations spécifiques sur la violence dans le couple offertes par les différentes écoles et institutions. N'hésitez pas à informer le BEFH si vous organisez une formation et souhaitez être intégré au sein de l'agenda.

Rechercher une formation

Haut

Prévenir la violence dans le couple

La prévention de la violence dans les relations de couple mérite d'être intégrée le plus tôt possible dans la vie des jeunes dans le but d'éviter que les attitudes et les gestes violents s'ancrent dans les comportements et compromettent les relations amoureuses adultes.

Le Bureau de l'égalité entre les femmes et les hommes promeut dans le canton de Vaud le programme de prévention des violences et de promotion des compétences positives dans les relations amoureuses entre jeunes: "Sortir Ensemble Et Se Respecter-SE&SR".

SE&SR est l’adaptation au contexte suisse romand d’un programme nord-américain « Safe Dates » ayant démontré un impact positif auprès des jeunes. Il a fait l'objet d'une étude pilote d'implantation dans le canton de Vaud, ayant démontré son efficacité auprès des jeunes et sa faisabilité au sein de plusieurs institutions. 

Le BEFH offre un accompagnement aux institutions vaudoises qui souhaitent le mettre en oeuvre, mettant à disposition des outils permettant de promouvoir le programme, d'adapter le programme en fonction des besoins et des réalités du terrain, et d'évaluer les effets auprès des jeunes. 

Connaître le programme/ Demander des outils ou en accompagnement

Une version alémanique du programme SE&SR a été élaborée sous l'appellation de "Herzsprung-Freundschaft, Liebe, Sexualität ohne Gewalt" suite aux expériences pilotes menées par le Bureau de l'égalité de la ville de Zürich.

Information sur la version alémanique

Suite aux expériences pilotes vaudoises et de la Ville de Zürich, la Fondation RADIX coordonne la multiplication du programme "Sortir Ensemble Et Se Respecter" et "Herzsprung" dans les autres cantons

Multiplications SE&SR dans les autres cantons

Mariage forcé

On est en présence d'un mariage forcé lorsque la/le futur·e conjoint·e subit des contraintes de la part de son entourage pour accepter l'union prévue. Le mariage est alors contracté sans la libre volonté d'un des deux conjoints au moins, lequel ne peut manifester son refus sans craindre des effets négatifs. Sous le terme de mariage forcé, on prend en compte également les contraintes et pressions dans les relations amoureuses et le mariage, les contraintes subies pour renoncer à une relation amoureuse de son choix ou les contraintes pour renoncer à demander le divorce ou pour rester marié·e (le mariage peut avoir été conclu volontairement ou non).

Un chapitre "mariages forcés " au sein du manuel "DOTIP-Détection, soutien orientation des personnes victimes de violence dans le couple" est dédié à la problématique des mariages forcés. Il mentionne les définitions, les causes, l'ampleur du phénomène et apporte des outils de détection et de prévention des situations de mariages forcés, ainsi que des outils pour offrir un message de soutien, orienter et protéger la victime.

DOTIP-chapitre Mariages forcés (PDF, 314 Ko)

Le Bureau cantonal pour l'intégration des étrangers et la prévention du racisme (BCI) offre un accompagnement et des consultations gratuites pour les victimes de mariages forcés. Il met à disposition: 

  • un manuel à l'attention des professionnel·le·s développé en collaboration avec le BEFH, contenant des pistes d’intervention auprès des parents, ainsi que des informations pour l'orientation et l'accompagnement des personnes concernées vers les structures appropriées.
  • un dépliant informatif traduit en 11 langues s'adressant aux jeunes, potentiellement victimes de mariages forcés, indépendamment de leur nationalité, langue ou appartenance religieuse.

Prestations du BCI et documentation complémentaire

Une page destinée aux victimes recense les services d'aides spécialisés en la matière:

Victime de mariages forcés

Un moteur de recherche "carte réseau"  permet de sélectionner, en fonction du bénéficiaires et des besoins, l'offre la plus adéquate parmi les partenaires du réseau local.

Rechercher une institution

Traite des êtres humains

La traite des êtres humains désigne le commerce de personnes (recrutement, transport, transfert, hébergement, accueil) à des fins d'exploitation (ce qui implique les notions de profit et de contrôle de la victime) et utilisant des moyens déloyaux (tromperie, abus, violence physique ou psychique, menace ou autres formes de contrainte). Il peut s'agir soit d'une exploitation sexuelle, de la force de travail ou en vue du prélèvement d'organes.

en savoir plus sur la traite des êtres humains et flyer d'information

Si vous identifier une possible victime de traite ou si vous en êtes victime, n'hésitez pas à contacter les services spécialisés suivants:

En cas d'urgence

Police: 117

Urgence vitale: 144

Association de soutien aux victimes de traite et d'exploitation (ASTREE)

Association de soutien aux victimes de traite et d'exploitation (prostitution forcée, exploitation de la force de travail, trafic d'organes, activités illicites forcées) offrant un hébergement et une prise en charge des victimes.

Contact: 021 5442797 ou site web

Centres de consultation pour victimes d'infractions LAVI

Les centres LAVI ont pour objectif d'être des plateformes d'information et d'orientation pour les victimes ou leurs proches, d’apporter à ces personnes une aide sociale, psychologique, matérielle et juridique, ainsi que d'assurer un suivi et un accompagnement de la victime tout au long de la procédure. Les prestations sont gratuites.

Contact:

Lausanne : 021 6310300

Aigle : 021 6310304

Yverdon : 021 6310308

ou  site web

Un moteur de recherche "carte réseau"  permet de sélectionner, en fonction du bénéficiaires et des besoins, l'offre la plus adéquate parmi les partenaires du réseau local.

Recherche une institution

Partager la page