Elections communales générales 2021

 

Préambule

Les élections générales dans les communes ont lieu tous les cinq ans, au printemps.

C'est le Conseil d'État qui en fixe la date par voie d'arrêté.

La municipalité et le syndic sont élus selon le système majoritaire à deux tours. Le peuple élit d'abord les membres de la municipalité; il choisit ensuite le syndic entre ceux-ci.

Le conseil communal est élu en principe selon le système proportionnel; un règlement communal peut toutefois instaurer le système majoritaire à deux tours. 

Le mode d'élection du conseil communal ne peut être changé après le 30 juin de l'année qui précède celle de l'élection générale.

Principales échéances

7 mars 2021

Election à la municipalité (1er et 2e tour CG et 1er tour CC), élection à la syndicature (1er et 2e tour - seulement pour CG), élection au Conseil communal (1er tour CC MAJ et 1 seul tour pour CC RP) et élection au Conseil exécutif (1er tour - pour les fractions de communes)

Dépôt des dossiers de candidature :  du 11 au 18 janvier 2021 au plus tard

28 mars 2021

Election à la municipalité (2e tour CC), élection au Conseil communal (2e tour CC MAJ) et élection au Conseil exécutif (2e tour - pour les fractions de communes)

Dépôt des dossiers de candidature :  mardi 9 mars 2021 au plus tard

25 avril 2021

Election à la syndicature (1er tour CC), élection des Suppléants au Conseil communal (1 seul tour) et élection du Président au Conseil exécutif (1er tour - pour les fractions de communes)

Dépôt des dossiers de candidature :  mardi 6 avril 2021 au plus tard

16 mai 2021

Election à la syndicature (2e tour CC) et élection du Président au Conseil exécutif (2e tour - pour les fractions de communes)

Dépôt des dossiers de candidature :  mardi 27 avril 2021 au plus tard

Conseil communal ou Conseil général ?

Dans notre Canton, les communes dont la population ne dépasse pas 1000 habitants* sont dotées d’un Conseil général tandis que celles qui comptent 1000 habitants* ou plus sont dotées d’un Conseil communal élu selon le système majoritaire ou proportionnel (art. 1a de la loi sur les communes (LC)).

Pour rappel, le Conseil général est constitué de tous les électeurs domiciliés dans la commune, pour autant qu’ils se fassent assermenter avant une assemblée. Au contraire, le conseil Communal est composé d’un nombre limité d’élus chargé de représenter les différents mouvements de citoyens que comporte la commune.

Avant le renouvellement intégral des autorités communales, une commune dont la population n’excède pas 1'000 habitants peut faire le choix de se doter d’un Conseil communal si elle estime que ce mode de représentation correspond davantage aux attentes de sa population ou au fonctionnement de la commune. Pour la prochaine législature, une telle décision devra être prise par le Conseil général avant le 30 juin 2020**. Ce choix sera valable pour l’entier de la législature 2021-2026.

* Population officielle au 31.12.2019

** En raison de la crise sanitaire liée au COVID-19, cette échéance a été prolongée au 30 septembre 2020

Système majoritaire ou système proportionnel ?

Conformément à la Constitution vaudoise, les communes de 3000 habitants* ou plus doivent impérativement utiliser le système proportionnel pour élire leurs conseillers communaux, au même titre que pour l’élection du Grand conseil vaudois ou du Conseil national (art. 144 al. 3 Cst-VD).

Pour les communes de moins de 3’000 habitants*, l’élection selon le système majoritaire peut être décidée sur la base d’un règlement communal. Pareille décision doit être arrêtée par le Conseil communal ou général avant le 30 juin 2020** pour la prochaine législature communale (2021-2026). Les communes concernées par cette décision sont surtout les communes qui ont récemment passé le cap des 1'000 habitants et doivent maintenant se doter d’un conseil communal. À défaut, elles éliront leur conseil communal selon le système proportionnel.

À noter qu’à l’occasion des élections générales du printemps 2021, plusieurs communes qui ont récemment franchi le cap des 3'000 habitants* vont être obligées de passer d’une élection de leur Conseil communal au système majoritaire à une élection selon le système proportionnel. Il s’agit d’une conséquence logique et naturelle de l’importante évolution démographique connue dans notre Canton ces dernières années ainsi qu’à l’aboutissement d’un certain nombre de processus de fusion.

* Population officielle au 31.12.2019

** En raison de la crise sanitaire liée au COVID-19, cette échéance a été prolongée au 30 septembre 2020

Combien d’élus ?

Conseillers municipaux

Selon la loi sur les communes, les municipalités peuvent être constituées de 3, 5, 7 ou 9 membres. Il appartient au Conseil général ou communal de déterminer ce nombre jusqu’au 30 juin 2020.*

Conseillers communaux

S’agissant des conseillers communaux, le conseil a également la compétence pour fixer le nombre de ses membres (art. 17 LC). La loi sur les communes détermine une fourchette qui dépend de la taille de la commune à savoir : 

Population Minimum Maximum
Jusqu'à 1'000 habitants 25 45
1'001 à 5'000 35 70
5'001 à 10'000 50 85
10'001 et plus 70 100

En sus des conseillers communaux, le conseil doit également déterminer le nombre de suppléants, pour les conseils élus selon le système majoritaire. Là encore, la loi fixe un barème mais, cette fois, en fonction de l’importance du Conseil communal :

Nombre de conseillers communaux Minimum
25 à 45 7
46 à 70 9
71 et plus 11

Ces suppléants sont élus par le peuple en un seul tour, à la majorité relative. Toutefois, si à l'issue du premier tour d'élection du conseil communal des candidats non élus ont recueilli la majorité absolue, ils sont réputés suppléants dans l'ordre du nombre des suffrages nominatifs obtenus.

Comme pour l’ensemble des choix susmentionnés, le délai impératif pour une décision par le conseil (susceptible de référendum dans les communes à conseil communal) est le 30 juin 2020.*

Le service des communes et du logement se tient volontiers à disposition des autorités communales pour les accompagner dans leurs choix et les conséquences d’éventuels changements, aussi bien pour les questions liées à leur fonctionnement que pour celles relatives à l’organisation des élections.

* En raison de la crise sanitaire liée au COVID-19, cette échéance a été prolongée au 30 septembre 2020

Partager la page