Votre identité

Mesures d'accompagnement

Mesures d'accompagnement

Différentes mesures d'accompagnement, gratuites ou partiellement subventionnées, vous sont proposées dans le cadre du projet pilote de consensus parental:

Complémentaires à la voie judiciaire, ces démarches peuvent vous aider dans la recherche d'accords communs (par ex. sur des questions de garde ou d'entretien) ou pour résoudre un conflit.

Sur proposition d'un-e juge, ces mesures peuvent être gratuites ou partiellement subventionnées.

© Projet pilote de Consensus parental

La médiation

La médiation familiale est une démarche pragmatique centrée sur l’amélioration de la communication et la résolution des conflits.

La médiatrice ou le médiateur offre un cadre et un espace de discussion neutre et confidentiel, dans le respect de soi et de l’autre. Elle ou il vous accompagne dans la logique du dialogue et vous aide à parvenir à des ententes et accords satisfaisants pour chaque membre de la famille.

Objectifs pratiques d’une médiation:

  • Discuter de la garde, des vacances, des budgets et finances, de l’organisation et la coordination parentale et/ou du partage des biens;
  • Trouver des accords partiels sur des questions spécifiques ou rédiger une convention complète de divorce ou de séparation (l’avocat-e peut vérifier ces accords);
  • Pouvoir faire homologuer les accords trouvés par la-le juge.

Une médiation est possible à tout moment: avant, pendant ou après une procédure judiciaire. Si une procédure judiciaire est en cours, elle est suspendue durant la médiation. La procédure reprendra si nécessaire une fois la médiation terminée.

Dans le cadre du projet pilote de consensus parental, l’orientation vers la médiation se fait par les autorités judiciaires par le biais de la nomination d’une médiatrice ou d'un médiateur, choisi-e en principe pendant l’audience sur une liste d’intervenant-e-s certifié-e-s.

Grâce au soutien de l'État de Vaud, les cinq premières heures de médiation sont gratuites dans le cadre du projet pilote de consensus parental. Si la médiation se poursuit au-delà des cinq premières heures, les personnes ayant droit à l’assistance judiciaire peuvent en bénéficier sur demande.

En partenariat avec:

L'accompagnement à la coparentalité

Cette démarche est conseillée quand la coopération n’est plus acquise ou que vos rôles parentaux sont perturbés par le conflit conjugal. Elle vous sensibilise au vécu réel de votre enfant pendant la séparation et vous aide à distinguer les aspects conjugaux des aspects parentaux ou éducatifs.

Bénéfices principaux de cette démarche:

  • Apaisement du conflit;
  • Compréhension concrète des besoins de l’enfant;
  • Amélioration de la communication parentale pour le bien-être de l’enfant.

Dans le cadre du projet pilote de consensus parental, vous pouvez bénéficier d’un accompagnement à la coparentalité sur orientation de l'autorité judiciaire.

Les autres aides de type thérapeutique

  • Pour vos enfants: une évaluation, un soutien ou une psychothérapie individuelle peuvent être indiqués pour votre enfant durant la période de transition, si vous percevez qu’elle ou il est en souffrance. Des pédopsychologues ou des pédopsychiatres sont des professionnel-le-s qualifié-e-s pour ce type de prise en charge.
  • Pour vous, en tant que parents: des thérapies individuelles pour les adultes peuvent être une ressource en période de crise, en lien par exemple avec le processus de deuil.
  • Pour la famille: une thérapie de famille peut vous permettre de travailler les liens parents-enfant et vous accompagner dans cette période de transition.
  • Guidance parentale: si vous ressentez le besoin, en tant que parent, de discuter de votre enfant, il est également possible de faire appel à un-e thérapeute spécialisé-e, qui se centrera sur les besoins de l’enfant en fonction de son développement. Ce type de soutien s’appelle la guidance parentale.

© Projet pilote de consensus parental dans l'Est vaudois, mis en œuvre conjointement par l'Ordre judiciaire vaudois et la Direction générale de l'enfance et de la jeunesse.

Partager la page