Moustique tigre, une espèce envahissante

Prévention contre le moustique tigre

Le moustique tigre fait partie des espèces envahissantes non indigènes susceptibles de s’installer dans le canton en raison du changement climatique.

Il est déjà largement présent dans les pays voisins. En Suisse, il est installé au Tessin et a été récemment identifié en Suisse romande à Monthey et à Genève.   

Pour freiner son installation dans le canton et ainsi limiter les risques en santé publique, la Direction générale de la santé a lancé, à l’été 2020, une campagne de prévention dans les zones urbaines et périurbaines.

Téléchargez le flyer de la campagne (PDF, 2,90 Mo)

10 conseils pour repérer et mieux connaître le moustique tigre

Comment le reconnaître ?

C’est un très petit moustique, à rayures blanches et noires sur les pattes et une ligne blanche qui traverse le thorax. Son vol est lent et silencieux.

Une astuce pour l'identifier : il est agressif

Très agressif, le moustique tigre peut piquer plusieurs fois la même personne, en plein jour. Si vous êtes piqué en plein jour, ayez l’œil.

Quels sont ses gîtes de prédilection ?

Le moustique tigre aime les petites collections d’eau, d’env. 1 cm de profondeur. Attention aux coupelles d’eau, vieux pneux, trous dans les murs et gouttières. Repérez ces espaces avant lui.

Comment se déplace-t-il ?

Avec un très petit périmètre de vol, le moustique tigre profite des transports motorisés pour se déplacer. En voiture, attention aux passagers clandestins.

Ne l’invitons pas, repérons-le, signalons-le

Pour freiner l’installation du moustique et limiter les risques en santé publique : ne l’invitons pas, repérons-le, signalons-le.

Vous en trouvez un ?

Prenez-le en photo et dénoncez-le  sur www.moustiques-suisse.ch . Mieux encore : envoyez un spécimen bien protégé.

Luttons tous ensemble contre cet envahisseur

Espèce envahissante aidée par le réchauffement climatique, il est désagréable et potentiellement porteur de maladies. Apprenons à reconnaître ce petit rayé  et ne le laissons pas s’installer.

Rendez-lui la vie difficile !

Ne laissez pas de petites collections d’eau non couvertes traîner sur votre terrasse ou votre balcon. 

Agissez pour vous, autour de vous

La prévention est efficace dans votre rayon d’action proche. Il vaut la peine d’agir chez vous parce qu’une fois installé, il est tenace.

Retour de voyage : attention à votre santé

En cas de symptômes fiévreux au retour d’un voyage dans un pays où la dengue, le zika ou le chikungunya sont endémiques, consultons !

 

 

Que faire pour prévenir l’essor du moustique tigre ?

Source : www.moustiques-suisse.ch

La population est invitée à participer à trois actions simples et efficaces pour limiter la propagation de cet envahisseur.

1 - Ne l’invitons pas à l’apéro

Pour ne pas inviter cet hôte indésirable, nous pouvons le priver de son gîte en vidant/supprimant les petites collections d’eau (coupelles d’eau, vieux pneus, trous dans les murs, récipients abandonnés non couverts…).

D'excellents conseils pratiques sont donnés par le Prof. Daniel Cherix dans cette vidéo de Monsieur Jardinier

2 - Repérons-le

Le moustique tigre c’est :

  • Le moustique tigre est visuellement différent de nos moustiques endémiques : très petit, à rayures blanches et noires sur les pattes, il a une ligne blanche qui traverse le thorax. Son vol est lent et silencieux.
  • Un petit voyageur : il a un très petit périmètre de vol. Pour se déplacer, il prend les transports en commun et motorisés (camions, voiture). C’est une bonne chose car nos efforts de surveillance et de lutte sont efficaces directement chez nous et chez nos voisins.  
  • Un moustique urbain, amateur de petites collections d’eau : les coupelles d’eau, vieux pneus, trous dans les murs, gouttières sont son gîte. Il se reproduit dans très peu d’eau, env. 1 cm de profondeur (mais pas sur les bords d’étangs), de préférence en milieu urbain et suburbain.

3 - Signalons-le

Un moustique repéré doit aussitôt être signalé aux autorités qui se chargeront de la lutte biologique contre les larves.
Vous pensez l’avoir vu ? Si c’est le cas, vous êtes invité à

  • le notifier sur le site www.moustiques-suisse.ch
  • avec une photo de bonne qualité
  • et si possible d’envoyer par la poste d’un spécimen bien protégé pour éviter l’écrasement. Cela permettra l’identification formelle par les experts.

Merci de contribuer à lui rendre l’installation difficile chez nous.

Haut

Pourquoi le moustique tigre est-il indésirable ?

L’arrivée du moustique tigre présente des désagréments et un risque sanitaire potentiel

  • Désagréments : agressif, diurne et grégaire, le moustique tigre est capable de piquer plusieurs fois de suite la même personne. Il se déplace peu, pique de jour et peut se regrouper en nuées très gênantes lors de repas ou de réunions en plein air.
  • Risque potentiel : une fois que le moustique est devenu endémique, le risque existe qu’il serve de vecteur à des maladies tropicales comme la dengue, la maladie à virus zika et le chikungunya. En Suisse, chaque année, quelques voyageurs ramènent certaines de ces maladies. Lorsque le moustique tigre est présent  et pour éviter qu’une personne infectée ne devienne un foyer actif,  les environs immédiats font l’objet d’un traitement.

C’est pourquoi, bien que le risque sanitaire soit encore minime dans le canton, il est essentiel de signaler toute apparition du moustique mais aussi toute fièvre ou symptôme suspect au retour d’un pays à risque.

Haut

Pourquoi agir à l’échelle vaudoise ?

La prévention est efficace à l’échelle locale et peut permettre de retarder et/ou limiter l’installation du moustique tigre.
En revanche, une fois qu’il est installé, le moustique tigre est tenace. Ses œufs peuvent subsister longtemps (plus d’un an au sec et au froid) en attendant que les conditions soient optimales pour éclore.

 

Consulter le communiqué de presse

Haut

Partager la page