Aide pour les victimes d’agression sexuelle ou de violence sexuelle

Les violences sont illégales, y compris dans la sphère privée. La violence au sein du couple, les agressions sexuelles dans un lieu public, les tentatives pour obtenir un acte sexuel en utilisant la coercition ainsi que le viol et l'inceste sont interdits par la loi.

Toute victime – femme, homme, adolescente, adolescent, enfant – a droit à une prise en charge médicale immédiate et – si elle le souhaite – à une procédure en justice. L'établissement d'un constat médical détaillé qui décrit précisément les traces et les blessures causées par les violences permet de fonder une plainte pénale. Un tel rapport médico-légal doit être établi au plus vite possible. Ainsi, en cas de violences sexuelles, il est important de consulter sans délai, sans se laver et de conserver les vêtements portés lors de l’agression.

Prise en charge médicale

Femmes et adolescentes victimes
Une victime d’agression sexuelle peut se rendre dans un des hôpitaux vaudois mentionnés ci-dessous pour recevoir les soins médicaux nécessaires et obtenir un constat médico-légal. Un gynécologue et un médecin légiste sont à sa disposition 24 heures sur 24 heures et assurent les soins, les constats des lésions et la rédaction d’un rapport médico-légal qui permet de fonder une plainte pénale si la victime le souhaite. Le contenu de l’entretien et les résultats des tests médicaux sont soumis au secret médical et rien n’est entrepris ni transmis sans le consentement de la victime (exception si la personne est mineure).

Hommes et adolescents victimes
Ils sont pris en charge 24 heures sur 24 heures aux urgences dans tous les hôpitaux vaudois. Au CHUV, la prise en charge se fait à la fois par un médecin urgentiste et un médecin légiste. Ceux-ci assurent les soins, les constats des lésions et la rédaction d’un rapport médico-légal qui permet de fonder une plainte pénale si la victime le souhaite. Le contenu de l’entretien et les résultats des tests médicaux sont soumis au secret médical et rien n’est entrepris ni transmis sans le consentement de la victime (exception si la personne est mineure).

Enfants victimes
Les victimes mineures, notamment les enfants pré-pubères, sont pris en charge 24 heures sur 24 heures aux urgences dans tous les hôpitaux vaudois. Au CHUV, ils sont examinés par un pédiatre et un médecin légiste. Ceux-ci assurent les soins, les constats des lésions et la rédaction d’un rapport médico-légal qui permet de fonder une plainte pénale.

Contacts:

  • Le CHUV à Lausanne: tél. 021 314 11 11
    Contact pour les enfants victimes: Can Team

  • L’hôpital d’Yverdon-les-Bains: tél. 024 424 44 44
    (pour les femmes victimes en journée: appeler directement la Policlinique gynécologique: tél. 024 424 41 15)
  • L’hôpital Riviera-Chablais à Rennaz: tél. 058 773 82 13 et tél. 079 124 68 34
  • L’hôpital de Nyon: tél. 022 994 64 61
  • L’hôpital de Morges: tél. 021 804 22 11
  • L’hôpital intercantonal de la Broye à Payerne: tél. 026 662 80 11

Soutien gratuit, conseils

Le Centre LAVI propose des aides d’urgence gratuites (hébergement d’urgence, intervention de crise par un psychothérapeute, première consultation juridique par un avocat), ainsi que des informations, des conseils et du soutien aux victimes et à ses proches.
Plus d’informations

Déposer plainte

La victime peut déposer plainte si elle le souhaite. Un rapport médico-légal est utile pour fonder la plainte.

Pour plus d'informations concernant les procédures pénales, et les actes poursuivis d'office ou sur plainte: Que dit la loi?

Pour déposer une plainte pénale auprès de la police ou du ministère public: Comment déposer une plainte pénale ?

Partager la page