Restauration

Restauration

L’histoire des restaurations commence déjà avant la fin de la construction même de la cathédrale pour pallier la dégradation extérieure de la pierre de molasse. Des cycles de travaux intenses succèdent à des périodes de repos de l'activité de consolidation de l'édifice.

Au cours des deux derniers siècles, trois campagnes de travaux ont été identifiées : 1810-1840, 1870-1930 et 1970 à nos jours. Jamais totalement complétés, ces cycles de restauration ont laissé des pans entiers du monument accumuler les dommages du temps et des retards d’entretien destructeurs. Pour la première fois dans l’histoire séculaire de la cathédrale, un cycle entier de restaurations sera  bouclé par les prochains travaux prévus à la tour inachevée et au chœur. Avant la fin de cette dernière étape, une nouvelle pratique de maintenance continue sera proposée dans le but d’éviter les points de rupture, d’anticiper les états de ruine et d’interrompre la succession dommageable d'inaction et de restauration ponctuelle. 

Le cycle actuel de restauration de la cathédrale

Les étapes de restauration du présent cycle de restauration de la cathédrale ont été ouvertes par Jean-Pierre Dresco, architecte cantonal, dès la fin des années soixante selon la succession suivante :

Le chantier aujourd'hui

Depuis 1898, la Commission technique de la cathédrale nommée par le Conseil d'Etat vaudois assure la continuité des chantiers et la cohérence des interventions sur l’ensemble du monument, ceci sur le long terme. Elle appuie son expertise et ses décisions sur la Charte pour la conservation de la cathédrale de Lausanne édictée en avril 2009

Dès la fin de l'année 2012, une nouvelle étape de travaux est engagée par la reprise complète des toitures des tours nord et sud du transept, par la restauration de la toiture du croisillon nord du transept et par la terminaison de la restauration de la couverture de la grande travée de la nef. Elle sera complétée dès 2014-2015 par la restauration des façades du chevet et par celle de la tour inachevée.

Pendant la conclusion du dernier cycle engagé, et afin d'éviter les dommages observés par le repos de l'activité de restauration qui s'ensuit habituellement, une nouvelle stratégie d'intervention sur la cathédrale s'attachera à  traité de façon permanente des parties du monument, à la fois sur une partie de l'édifice (approche par situation-verticale), et sur ses situations différentes dans le monument (approche par sujet-horizontale). 

Les objets particuliersde l'attention de la Commission 

Haut

Partager la page