Cellule amiante

Historique

En 2003, la découverte d’amiante dans certaines écoles a incité l’Etat de Vaud à entreprendre des inventaires dans son parc immobilier et à créer une cellule amiante. De ce fait, en 2004, sous l’égide du chef du Département des infrastructures (DINF), les différents services du Canton ont initié une démarche pour élaborer un inventaire de la présence d’amiante dans leurs bâtiments. En collaboration avec l’Institut universitaire romand de santé, l’Etat de Vaud a développé une méthodologie d’analyse des bâtiments.

Une cellule amiante permanente

En parallèle, une cellule amiante permanente a été mise sur pied dans le but de prendre les éventuelles décisions urgentes pour les bâtiments propriétés de l’Etat et de proposer une planification de l’assainissement des bâtiments concernés.

La méthodologie a ensuite été revue en 2008, à la suite de différentes problématiques de mise en œuvre. En 2010, la démarche a été étendue aux communes et aux bâtiments privés.

Conférence amiante

Consécutivement aux nombreuses activités de prévention liées au risque amiante entreprises par le Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), le chef du Département du DSAS a sollicité l’hôpital universitaire afin qu’il réunisse, dans le cadre d’une conférence, les différents partenaires impliqués dans la gestion du risque amiante. Cette conférence a eu lieu le 9 juin 2011.

Par la suite, la cellule amiante du canton de Vaud a été réactivée et s’est réunie une première fois le 25 mars 2013 ; une seconde conférence est organisée le 4 novembre 2014 au CHUV. La cellule se rencontre dorénavant une fois par an et est constituée de membres permanents du Service immeubles, patrimoine et logistique (SIPAL), du CHUV, du Service de la santé publique de l’Etat de Vaud (SSP) et de la SUVA.

 

Edito de Pierre-Yves Maillard

Il est nécessaire d'assister et de prendre en charge les personnes exposées suite...

Bilan

L'objectif initial fixé par la cellule début 2004 a été atteint.

267 bâtiments ont été diagnostiqués, il reste 71 bâtiments de petite dimension à analyser en 2009 au Service immeubles, patrimoine et logistique (SIPAL).