Qui est touché ?

Personne n’est à l’abri

La violence conjugale touche des gens de tous âges, des riches et des pauvres, des gens de milieu rural et des citadin-e-s qui appartiennent à tous les milieux culturels et ont tous les niveaux d’éducation.

Les victimes sont en grande majorité des femmes. Dans la majorité des cas, la victime est une femme et l’agresseur, son conjoint actuel ou son ex-conjoint. Cependant, il arrive que des hommes soient également victimes de violence conjugale.

Les couples homosexuels ne sont pas épargnés. La violence conjugale se manifeste aussi dans les relations entre partenaires homosexuels, bisexuels et transgenres.

Les enfants souffrent dans tous les cas

Le simple fait d’être témoin de violence conjugale affecte les enfants et fait d’eux des victimes de la violence conjugale.

Dans tous les cas, les enfants vont souffrir et présenter les mêmes atteintes à leur santé et à leur développement que les enfants victimes de maltraitance ou de mauvais traitements. De plus, pour les enfants exposés, la violence a sa place dans la famille. Cela constitue un risque de reproduction en tant que victime ou auteur-e.

L’exposition des enfants à la violence conjugale réfère à plusieurs réalités. Les enfants peuvent être des témoins directs des actes de violence, ils peuvent entendre les incidents violents dans une autre pièce, constater ou subir les conséquences de la violence ou encore percevoir la détresse du parent.