Questions fréquentes sur la vaccination Covid

Les questions générales sur la vaccination

Pourquoi se faire vacciner ?

Il y a plusieurs raisons de se faire vacciner :

  • Se protéger contre une forme grave du COVID-19, en particulier pour les personnes les plus à risque de développer une forme grave en raison de leur état de santé ou de leur âge
  • Éviter des séquelles durables de la maladie (effets à long terme du COVID-19)
  • Contribuer à protéger les personnes dans votre entourage, en particulier si vous vivez ou côtoyez des personnes présentant davantage de risques de développer une forme grave
  • Aider à décharger les professionnels de la santé
  • Aider à endiguer les répercussions de la pandémie

Vous trouverez des informations détaillées dans la fiche d’information « COVID-19 : il y a de bonnes raisons de se faire vacciner » (PDF, 271 kB, 29.04.2022).

Puis-je me faire vacciner si j’allaite ?
L’allaitement n’est pas une barrière à la vaccination.

Et si j’ai une maladie auto-immune ?
Il n’y a pas de contre-indication pour l’instant.

Et si j’ai de nombreuses allergies ?
Quelques patients ayant des antécédents de chocs anaphylactiques ou d’œdème de Quincke ont eu une forte réaction au vaccin de Pfizer. Pour les personnes qui ont ce passé médical, il est recommandé d’attendre l’arrivée d’un autre vaccin. Pour les autres types d’allergies (fruits à coque, crustacés, pollens, etc), il n’y a pas de contre-indication. En cas de doute, parlez-en avec votre médecin.

Et si j’ai déjà eu le Covid-19 ?
Vous trouverez le nombre de doses nécessaires à la rubrique OFSP « J’ai guéri de la maladie : dois-je me faire vacciner ? ».

Et si je pense l’avoir eu mais que je n’ai pas fait de test ?
Dans ce cas, se faire vacciner est recommandé. Si vous le désirez, vous pouvez néanmoins faire au préalable un dosage des anticorps chez votre médecin traitant pour savoir si vous avez déjà été infecté.

Puis-je choisir mon vaccin ?
En fonction de leur disponibilité dans le canton et pour des raisons logistiques, on ne livre pas toujours les mêmes vaccins aux mêmes endroits. On ne peut donc pas garantir qu’il y aura celui de telle marque tel jour dans tel lieu de vaccination. C’est le vaccin à disposition le jour où vous serez vacciné qui vous sera administré. Les deux vaccins approuvés en Suisse présentent une efficacité et une sécurité très élevées – et très proches. Une seule distinction est faite pour les personnes de moins de 30 ans (voir ci-dessous).

Si vous souhaitez vous faire vacciner avec le Janssen, il faut prendre rendez-vous sur www.coronavax.ch ou par téléphone au 058 715  11 00.

Le vaccin Covid-19 peut-il perturber le cycle menstruel ?
Une étude publiée en janvier 2022 aux Etats-Unis, menée sur près de 4'000 femmes a comparé les cycles avant la vaccination et après, ainsi que ceux de femmes vaccinées et non vaccinées et  apporte une réponse sûre et rassurante : la vaccination contre le Covid ne change pas la durée du cycle ou celle des règles, hormis si les deux doses de vaccin sont administrées au cours du même cycle menstruel. Dans ce cas, il a été observé une prolongation de 2-3 jours du cycle.

Avec la vaccination, qu’en est-il des règles de sécurité en EMS ?  
La vaccination protège la personne vaccinée contre les formes graves du COVID mais n’empêche pas l’infection. Il faut donc toujours garder les gestes barrière recommandés par l’EMS qui sont régulièrement adaptés en fonction de la situation épidémiologique et des recommandations de l’OFSP.

Ma seconde dose devait m’être injectée quatre semaines après la première, mais mon rendez-vous a été repoussé de deux semaines. Est-ce que cet intervalle de six semaines rend le vaccin moins efficace ou dangereux ?
Votre rendez-vous a sans doute été différé en raison d’un retard à la livraison des vaccins. Mais cela n’a pas de conséquence sur l’efficacité du vaccin, ni sa sûreté. Au contraire : l’allongement de l’intervalle entre les deux doses ne peut qu’améliorer la réponse immune. Nous vous rappelons que la protection 14 jours après la première dose déjà est supérieure à 90%. La seconde est surtout utile pour augmenter la durée de la protection (et la faire perdurer sans doute au-delà de six mois, mais à ce jour les scientifiques manquent de recul pour être plus précis).

L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) et l’OFSP recommandent un intervalle de 4 à 6 semaines entre les deux injections, qu’il s’agisse du vaccin de Pfizer comme celui de Moderna. Le Canton de Vaud reste donc aligné sur ces directives.

Avec qui en parler si j’ai des doutes sur la vaccination ou des questions ?
Avec votre médecin. Si vous n’en avez pas ou qu’il n’est pas disponible, vous pouvez appeler la Hotline, au 058 715 11 00. Votre pharmacien peut aussi vous renseigner.

Dose de rappel (premier rappel)

Sur quelles données scientifiques se fonde la recommandation de faire des doses de rappel ?
De manière générale, l’immunité diminue progressivement après une vaccination, comme c’est d’ailleurs le cas lorsqu’il s’agit d’une infection naturelle, quel que soit le virus dont il s’agit. Cette diminution intervient plus vite chez les personnes âgées que dans le reste de la population.

Cette recommandation se base sur les dernières études qui ont analysé l’efficacité, la tolérance et la sécurité d’une vaccination de rappel pour chaque groupe de personnes et chaque vaccin à ARNm. Ces données ont été récoltées dans les pays qui ont commencé la vaccination avant la Suisse.

Le rappel permet de renforcer davantage la protection contre la forme grave du Covid-19 et de diminuer les risques d’une hospitalisation, particulièrement chez les personnes âgées.

A quel moment faut-il faire un rappel ? 
Au plus tôt quatre mois après vaccination complète (2 doses, ou une infection naturelle et 1 dose).

Faut-il faire un rappel pour tous les vaccins Covid (ARNm et J&J) ? 
Pour le moment, on ne recommande le rappel que pour les vaccins à ARNm (Moderna et Pfizer).

Que se passe-t-il si ma première vaccination s’est faite hors de Suisse avec un vaccin non administré en Suisse ?
Vous pouvez faire le rappel avec un autre vaccin autorisé en Suisse.

Le rappel prolonge-t-il le certificat Covid ?
Toutes les informations sur le certificat Covid

Y a-t-il davantage de risques de réactions à l’injection ?
Chaque dose de vaccin injectée peut être à l’origine d’une réaction plus ou moins forte. Il est recommandé aux personnes qui craignent ce type de réaction de s’adresser à leur médecin traitant avant de prendre rendez-vous.

Un Covid avéré (test PCR) après une vaccination complète tient-il lieu de rappel ?
Oui, si l’infection s’est déclarée plus d’un mois après la dernière vaccination.

Nous dirigeons-nous vers une vaccination annuelle, comme pour la grippe ?  
C’est possible, plutôt pour les personnes âgées ou vulnérables, mais on ne peut pas le confirmer pour l’instant.

Si je ne fais pas la dose de rappel, que va-t-il se passer pour moi ?
Vous restez correctement protégé contre le Covid sévère, peut-être un peu moins contre l’infection.

Pourquoi l'efficacité des vaccins diminue-t-elle ?
Comme avec l’infection naturelle, l’immunité diminue progressivement pour toutes les maladies infectieuses suite à une vaccination. C’est également le cas des vaccins contre le Covid.

2ème rappel du vaccin Covid

Pourquoi proposer un 2ème rappel aux plus de 80 ans ?
Le second rappel de la vaccination est proposé en priorité aux personnes les plus à risque, soit les personnes de plus de 80 ans et celles présentant une immunodéficience sévère. En raison de leur âge ou de leur état de santé, ces personnes sont les plus à risque de tomber gravement malades du COVID-19. C’est également parmi les plus de 80 ans que la protection contre les formes graves et les hospitalisations diminue le plus vite après la vaccination.

Pourquoi ne pas attendre l’automne ?
Compte tenu de la propagation du variant Omicron BA.5 et de l’augmentation des nouvelles infections, cette recommandation est étendue dès aujourd’hui aux personnes de plus de 80 ans afin d’accroître leur immunisation contre les formes graves pendant les mois d’été

Ne vaut-il pas mieux attendre un vaccin adapté à Omicron pour faire le rappel ?
L’objectif est de limiter les risques de maladie grave pour les personnes les plus exposées durant le pic auquel nous assistons actuellement. En l’état actuel des connaissances, le renouvellement de la vaccination de rappel chez les personnes à partir de 80 ans n’offre qu’une protection individuelle de courte durée contre les formes graves de maladie et que cette protection diminue avec le temps. Il est donc probable que les personnes de plus de 80 ans qui se font vacciner maintenant auront besoin d’une nouvelle dose de rappel vers la fin de l’année.

Les autres personnes vulnérables ne devraient-elles pas la recevoir aussi ?
Selon l’Office fédéral de la santé publique et la Commission fédérale de vaccination, le renouvellement du rappel vaccinal ou deuxième dose de rappel, n’est actuellement pas recommandé pour les personnes vulnérables. Attendre la campagne de vaccination de cet automne devrait apporter une meilleure protection aux personnes vulnérables.

Y aura-t-il aussi une possibilité de 2ème rappel pour d’autres catégories de personnes ?
Pour toutes les autres personnes ayant déjà reçu une vaccination complète (trois doses, ou deux doses après guérison du COVID-19), l’OFSP et la CFV recommandent d’attendre l’automne pour renouveler la vaccination de rappel. En l’état actuel des connaissances, ces personnes sont encore suffisamment protégées contre une évolution grave de la maladie. Avec les variants circulant actuellement, une dose supplémentaire n’offre qu’une protection limitée contre les infections et les formes bénignes. En outre, il peut valoir la peine d’attendre les vaccins adaptés, qui devraient être disponibles à l’automne 2022.

Qu’est-ce qui est prévu pour l’automne ?
On estime que la situation sera différente à l’automne 2022, car il est vraisemblable que la transmission du virus augmentera alors pour des raisons saisonnières. Le risque individuel d’infection par le COVID-19 et la charge pour le système de santé atteindront ainsi un niveau maximal durant l’hiver. En vue de l’automne 2022, l’OFSP et la CFV ont dressé les grandes lignes d’une recommandation concernant la vaccination de rappel. Selon les estimations actuelles, ils devraient recommander

  • prioritairement aux groupes les plus à risque de développer une forme grave, à savoir les personnes de plus de 65 ans et celles présentant un risque accru pour leur santé, par exemple en raison d’une maladie préexistante spécifique ou d’une grossesse.
  • à toutes les personnes à partir de 16 ans si elles souhaitent réduire leur risque d’infection ou de rare forme grave pour des raisons privées ou professionnelles (p. ex. si elles travaillent dans une organisation ou une entreprise assurant des tâches infrastructurelles essentielles), même si elles sont peu susceptibles de développer une forme grave cet automne.
  • aux professionnels de la santé et aux autres personnes assurant la prise en charge de personnes vulnérables. Il s’agit notamment d’éviter autant que possible les absences pour cause de maladie et les lacunes dans la prise en charge.

Dans la situation actuelle, il n’est pas recommandé aux 5 à 15 ans de recevoir un rappel en automne, car le risque de forme sévère du COVID-19 est très faible chez les enfants vaccinés.

Le calendrier de la vaccination automnale n’est pas encore arrêté.

Une 4ème injection augmente-t-elle les risques de réactions ?
Chaque dose de vaccin injectée peut être à l’origine d’une réaction plus ou moins forte. Il est recommandé aux personnes qui craignent ce type de réaction de s’adresser à leur médecin traitant avant de prendre rendez-vous.

Si je souhaite de faire le rappel en-dehors des recommandations médicales, que se passe-t-il ?

Si vous n’êtes ni sévèrement immunodéprimé ni âgé de plus de 80 ans, le second rappel n’est pas nécessaire et le Canton recommande aux personnes vulnérables, âgées de plus de 65 ans notamment, d’attendre cet automne pour un nouveau rappel. La vaccination n’est pas dangereuse mais peu utile en termes de protection.

La Confédération rappelle que cette vaccination se fait « hors étiquette » - toute prescription de médicament qui ne correspond pas à l’indication reconnue par les autorités d’enregistrement selon l’autorisation de mise sur le marché (AMM) est une prescription off-label ou hors étiquette. Il s’agit ici d’une vaccination non validée par le fabricant ni Swissmedic, que ni l’OFSP ni la CFV ne recommandent.

A noter que, pour les voyages, le coût de la vaccination, de chf 60, est à votre charge.

Est-ce dû aux variants Omicron ? Provoquent-ils des maladies plus graves ?
En l’état actuel des connaissances, rien n’indique que le BA.4 ou le BA.5 provoquent des maladies plus graves que les autres sous-lignées d’Omicron.

Face aux variants actuellement en circulation, l’effet de la vaccination sur la prévention des transmissions est minimal. Il n’y a donc pas lieu de s’attendre à ce que le renouvellement de la vaccination de rappel contribue à réduire le risque de transmission, raison pour laquelle il convient d’envisager avant tout la réintroduction ou le renforcement des plans de protection dans l’environnement de prise en charge privé ou professionnel des personnes à partir de 80 ans. Il est en outre recommandé aux personnes de ce groupe cible de se protéger individuellement, en portant un masque facial ou en respectant les distances, par exemple.

Y aura-t-il assez de vaccins disponibles ?
Oui. La Confédération prévoit que des vaccins adaptés seront disponibles à l’automne 2022, en plus de ceux actuellement utilisés. Cependant, on ignore encore si ce produit bivalent sera utilisé dès le début de la campagne de vaccination. En principe, la Suisse met toujours à disposition la dernière version du vaccin de chaque fabricant, sous réserve de son autorisation par Swissmedic.

Je ne veux faire le rappel que pour voyager, est-ce la seule solution ?
Le vaccin se fait essentiellement pour des raisons médicales, à savoir se protéger soi-même et son entourage des conséquences graves d’une maladie. Il est toutefois possible de le faire en vue d’un voyage. Toutefois, renseignez-vous bien avant le départ, car ce sont les règles de validité de votre pays de destination qui s’appliquent. Ces règles peuvent différer de celles de la Suisse. Par exemple, plusieurs États raccordés au « certificat COVID numérique de l’UE » n’ont pas fixé de date limite de validité pour les certificats obtenus après une vaccination de rappel. Toutes les Informations concernant les voyages de et vers la Suisse.

Questions sur les vaccins à ARN messager Pfizer et Moderna

Qu’y a-t-il dans les vaccins Pfizer et Moderna (dits à ARNm) et comment est-ce qu’ils marchent ?
Ces deux vaccins sont conçus sur le même principe. Ils sont dits « ARNm », parce qu’ils contiennent de l’acide ribonucléique messager. Cette molécule est produite en laboratoire à partir d’un petit bout du coronavirus. L’ARNm porte, comme son nom l’indique, un message : il va dire à nos cellules comment elles doivent fabriquer les petites pointes présentes sur la surface du virus (ces pointes sont en fait des protéines appelées Spike). En présence de cet ARNm, notre corps comprend le message et fabrique lui-même ces pointes. Ces pointes ne rendent pas malade quand elles sont toutes seules (sans le reste du coronavirus). Dans un deuxième temps, l’organisme comprend qu’il doit se protéger contre elles ; il se met alors à fabriquer des anticorps, qui sont comme des soldats prêts à combattre la maladie. Ces soldats fabriqués par notre organisme par le vaccin sont spécialisés dans la lutte contre le Covid-19. Si le virus essaie d’infecter le corps d’une personne vaccinée, parce qu’elle est en contact avec quelqu’un qui a le virus, alors ces soldats vont défendre son corps contre l’attaque et la personne ne tombera pas malade – ou beaucoup moins gravement que si elle n’avait pas été vaccinée.
Ces deux vaccins contiennent de l’ARNm et une enveloppe d’huile dans lequel il voyage. Contrairement à de nombreux autres vaccins, ils ne contiennent pas d’adjuvant ni de stabilisateur, ce qui limite le risque d’effets secondaires à long terme et augmente donc sa sécurité. Vous trouverez une vidéo qui explique le fonctionnement d’un vaccin à ARNm.

Sommes-nous sûrs que ce vaccin est vraiment efficace ?
Oui, les données actuelles montrent que les deux premiers vaccins, à mRNA (Pfizer-BioNTech et Moderna), sont efficaces contre les formes graves.

Suis-je protégé dès la première injection ?
 La protection intervient entre 10 et 15 jours après la première injection – le corps fabrique déjà des anticorps. Mais pour être mieux protégé pour quelques mois, il faut recevoir une seconde injection, dans le cas des vaccins ARNm, environ quatre à six semaines après la première. Si vous avez opté pour le vaccin Janssen, vous ne recevrez qu'une seule dose.

Les vaccins actuellement utilisés en Suisse protègent-ils contre les nouveaux variants du virus ?
La vaccination permet d’atténuer les formes graves de la maladie et diminue fortement le risque d’être hospitalisé. Ceci est valable pour tous les variants actuellement connus.

Les vaccins contre le Covid-19 peuvent-ils être combinés ?
Les deux injections sont en principe réalisées avec le même vaccin mais un changement ne porte pas à conséquence. Si la vaccination a été complétée par erreur ou, par exemple, à l’étranger avec un autre vaccin à ARNm autorisé en Suisse que celui de la première dose, vous êtes également considéré comme étant complètement vacciné. Par ailleurs, les jeunes de moins de 30 ans reçoivent préférablement le vaccin Pfizer en rappel, même si leur vaccination initiale s’est faite avec Moderna.

Exception : pour les personnes ayant reçu à l’étranger une dose du vaccin d’AstraZeneca, il est recommandé de compléter le schéma vaccinal avec une dose d’un vaccin à ARNm de Pfizer/BioNTech ou de Moderna.

Est-il dangereux pour la santé ?
Les études actuelles confirment la bonne sécurité de cette vaccination.

Est-ce qu’il a des effets secondaires ?
Oui, il peut y avoir les effets secondaires habituels légers des vaccins : réactions cutanées locales, douleurs au point d’injection, symptômes grippaux (fatigue, douleurs musculaires, fièvre). Ces symptômes durent de quelques heures à quelques jours.

N’est-ce pas suspect qu’ils aient été fabriqués aussi vite ?
Non. Il est vrai que d’ordinaire le développement d’un vaccin prend beaucoup plus de temps. Mais deux paramètres expliquent cette rapidité. D’abord les ressources allouées : trouver un vaccin contre le Covid-19 a été une priorité pour beaucoup de pays et énormément d’argent public a été versé pour ce faire. En outre, beaucoup de scientifiques se sont mis à chercher un vaccin en même temps. C’est un peu comme pour un déménagement : ça va plus vite à six qu’à deux. Second paramètre, toutes les étapes habituelles, qui se font d’habitude l’une après l’autre, ont été effectuées en parallèle ou presque. Mais aucune étape n’a été sautée.

Est-ce que cette technologie de l’ARNm n’est pas trop récente pour qu’on l’utilise tout d’un coup dans un vaccin ?
Elle semble récente parce qu'on n'en parlait pas publiquement avant qu'il soit question de vaccination contre le Covid. Même si cette technologie n'est pas encore répandue, elle fait l'objet de recherches dans le monde entier depuis déjà 10 ans environ, notamment pour le traitement de certains cancers et en immunothérapie. De plus, d'autres vaccins de ce type ont déjà été testés dans le cadre d'essais.

Pourquoi est-il recommandé aux personnes de moins de 30 ans de se faire vacciner de préférence avec le Pfizer ?
Dans de très rares cas, une inflammation du muscle cardiaque (myocardite) ou du péricarde a été observée peu de temps après la vaccination. La plupart des cas étaient bénins et ont pu être bien traités. Les symptômes typiques sont des douleurs thoraciques, des difficultés respiratoires et d’importantes palpitations.

Ces myocardites ou péricardites chez des personnes de moins de 30 ans se sont manifestées plus souvent après une vaccination avec le vaccin de Moderna qu’avec celui de Pfizer/BioNTech. C’est pourquoi il est recommandé aux personnes de moins de 30 ans de se faire vacciner de préférence avec le vaccin de Pfizer/BioNTech. Cette recommandation vaut aussi pour la vaccination de rappel. Il est également recommandé aux personnes de moins de 30 ans qui ont déjà été vaccinées une fois avec le vaccin de Moderna de compléter leur schéma vaccinal de préférence avec le vaccin de Pfizer/BioNTech.

Les cas de myocardite ou de péricardite sont cependant beaucoup plus fréquents après une infection au coronavirus qu’après la vaccination (que le vaccin utilisé soit celui de Pfizer/BioNTech ou celui de Moderna). Pour ces deux vaccins à ARNm contre le COVID-19, les avantages de la vaccination pour les personnes de moins de 30 ans sont nettement supérieurs aux risques.

Questions sur le vaccin Janssen

Quelle est la technologie de ce vaccin ?
Le vaccin Janssen, produit par Johnson & Johnson, n’est pas un vaccin à ARN messager comme ceux des laboratoires Moderna et Pfizer. Il est basé sur un vecteur, l’adénovirus humain (virus du rhume humain) qui contient le plan de construction de la protéine Spike du coronavirus SARS-CoV-2. Cet adénovirus est le moyen de transport pour fournir à l’organisme les informations nécessaires pour mettre en place une réponse immunitaire protectrice contre un agent pathogène.

Dans le cas de la vaccination contre le coronavirus, il s’agit de l’information génétique de sa protéine Spike (une petite partie seulement du virus). Cette partie du virus est modifiée de telle sorte qu’elle peut pénétrer dans certaines cellules humaines, mais ne peut pas se multiplier, ni donc rendre la personne vaccinée malade.

Après l’administration du vaccin, le vecteur pénètre dans les cellules du corps, qui produisent alors la protéine Spike du coronavirus. Les protéines produites sont reconnues comme étrangères et l’organisme déclenche une réponse immunitaire. Si la personne vaccinée entre ensuite en contact avec le coronavirus, le système immunitaire l’identifie rapidement et le rend inoffensif.

Combien d'injections doit-on recevoir avec ce vaccin ?
Le vaccin est administré une fois (une dose unique).

A partir de quel âge peut-on recevoir le vaccin Janssen ?
Il est autorisé pour les personnes de 18 ans révolus et plus.

Est-ce un vaccin traditionnel ?
Ce vaccin n’est pas traditionnel comme celui de la rougeole ou du tétanos. Mais ce genre de stratégie n'est pas complètement nouveau. Johnson & Johnson a utilisé une méthode similaire pour produire le vaccin Ebola.

Modifie-t-il mon ADN ?
Ce vaccin ne peut pas répliquer dans les cellules humaines, ni provoquer une maladie.

Est-il plus ou moins efficace que Pfizer et Moderna ?
Ce vaccin est un peu moins efficace que les vaccins à ARNm sur une forme de Covid léger ou modéré.

Cette vaccination permet de prévenir (à près de 85 %) les formes graves et critiques du COVID-19. De plus, il a été prouvé qu’il agit bien en présence des mutations dominantes au Brésil et en Afrique du Sud (variants du SARS-CoV-2).

Quels sont ses risques et effets secondaires?
Les effets secondaires les plus fréquemment rapportés lors des études cliniques étaient des maux de tête, une fatigue, des douleurs au point d’injection et des nausées. La plupart des réactions vaccinales sont apparues dans un délai d’un à deux jours après la vaccination et ont été de courte durée (un à deux jours).

De très rares cas de thromboses graves ont été constatés, surtout dans la population de moins de 50 ans (environ 8/1'000'000 dans cette dernière population)

Le conseillez-vous ?
Les vaccins à ARNm autorisés et recommandés en Suisse jusqu’ici sont très efficaces et sans danger. Le vaccin Janssen offre également une bonne protection contre les formes graves de l’infection, donc contre les hospitalisations ; cette protection est toutefois moins élevée que celle des vaccins à ARNm.

Puis-je choisir de me faire vacciner avec ce vaccin plutôt qu’un vaccin ARNm ?
Si vous ne souhaitez pas d’un vaccin ARNm, vous pouvez vous inscrire sur www.coronavax.ch pour prendre rendez-vous spécialement dans les centres qui proposent ce vaccin. Les personnes qui ne se sont pas spécifiquement inscrites pour le Janssen ne pourront être vaccinées le jour même et devront reprendre un rendez-vous spécifique. Le vaccin Janssen n’est administré que sur rendez-vous.

Dans quels centres ou lieux de vaccination puis-je recevoir le Janssen ?
Dans tous les centres de vaccination sauf celui d’Unisanté (Lausanne). 

A qui est-il conseillé / destiné ?
Le vaccin Janssen est recommandé aux personnes dès 18 ans qui ne peuvent pas se faire vacciner avec un vaccin à ARNm pour des raisons médicales (contre-indications médicales) et aux personnes dès 18 ans qui refusent les vaccins à ARNm.

Ce vaccin est-il plus adapté pour les personnes ayant des maladies auto-immunes ?
La vaccination avec un vaccin à ARNm reste recommandée aux personnes immunodéficientes. Il est possible que l’efficacité du vaccin Janssen soit réduite chez ces personnes donc il n’est pas recommandé pour ce groupe, à ce jour. Ce vaccin ne doit donc être envisagé que si le rapport bénéfice/risques individuel (efficacité, tolérance) reste favorable par rapport à une vaccination avec un vaccin à ARNm.

Ce vaccin est-il recommandé pour les enfants de plus de 12 ans ?
Non, le vaccin Janssen est recommandé aux personnes dès 18 ans révolus.

Ce vaccin est-il recommandé aux femmes enceintes ou allaitantes ?
En l’état des connaissances scientifiques, le vaccin Janssen n’est pas recommandé aux femmes enceintes. Ce vaccin peut être proposé à une femme allaitante si elle fait partie d’un groupe auquel la vaccination est recommandée (les agents de santé, par exemple) ; l’interruption de l’allaitement après la vaccination n’est actuellement pas recommandée.

Pour qui le vaccin Janssen n’est-il pas recommandé ?
Le vaccin ne doit pas être administré aux personnes ayant des antécédents d’anaphylaxie (hypersensibilité entraînant une réaction violente) à l’un de ses composants (polysorbate notamment).

Toute personne présentant une température corporelle supérieure à 38,5ºC doit reporter la vaccination jusqu’à ce qu’elle n’ait plus de fièvre.

Le vaccin n’est pas recommandé pour les personnes âgées de moins de 18 ans, ni pour les femmes enceintes, ni pour les personnes immunosupprimées dans l’attente des résultats d’études complémentaires.

Le prix de ce vaccin est-il différent du prix des autres vaccins (Moderna et Pfizer) ?
Le coût de la vaccination est pris en charge par la Confédération et les cantons lorsqu’il est recommandé par la Confédération, à l’exception de la dose supplémentaire injectée en vue d’un voyage

Si une personne a commencé par une première dose ARNm, peut-elle continuer avec le Janssen ?
Non, il n’existe pas de données scientifiques publiées à ce sujet qui garantissent la sécurité et l’efficacité de ce type d’injection.

Les personnes qui ont déjà été infectées par le COVID 19 peuvent-elles recevoir ce vaccin ?
Le vaccin de Johnson & Johnson peut être proposé aux personnes qui ont déjà contracté la COVID-19 par le passé.

Ce vaccin risque-t-il aussi de provoquer une thrombose ?
Depuis que l’autorisation a été délivrée, très peu de cas de thrombose associée à une thrombocytopénie (syndrome de thrombose-thrombocytopénie) sont survenus dans les 3 semaines suivant la vaccination avec le vaccin Janssen. Cette réaction concernait surtout des femmes de moins de 60 ans

En cas d’apparition de symptômes tels que maux de tête intenses ou prolongés, vision trouble, confusion, convulsions, essoufflement, douleurs thoraciques, gonflement des jambes, douleurs dans les jambes, douleurs abdominales persistantes ou saignements cutanés inhabituels et/ou pétéchies (petites taches noires inhabituelles), il est important de consulter rapidement un médecin.

Ce vaccin peut-il avoir des conséquences négatives sur la fertilité ?
Non, la vaccination contre le COVID-19 est sans effet pour la fertilité.

La vaccination permet au corps de développer une réaction de défense contre le coronavirus de manière très spécifique, sans incidence sur la fertilité.

Si je souhaite déclarer un effet indésirable après la vaccination, à qui dois-je m’adresser ?
Si vous ressentez un quelconque effet secondaire, adressez-vous à votre médecin, à votre pharmacien ou au personnel infirmier de votre centre de vaccination.

Ce vaccin donne-t-il accès au pass COVID en Suisse et dans les autres pays ?
Le Janssen donne aussi accès au pass COVID, mais seulement 22 jours après l’injection. Sa durée de validité n’est pas précisée pour l’instant mais pourrait être plus courte que les vaccins à ARNm.

Toutes les informations sur le certificat Covid

Questions sur le vaccin Novavax

Qu’est-ce qui distingue le Novavax des vaccins Pfizer / Moderna, et du Janssen ?
Le vaccin Nuvaxovid® de Novavax est un vaccin non ARNm. C’est un vaccin à base de protéines avec adjuvant. Il s’agit donc d’une 3e technologie à disposition de la population, déjà connue et utilisée communément pour d’autres vaccins. L’efficacité de deux doses de Nuvaxovid® contre les infections symptomatiques se révèle nettement supérieure à celle obtenue après l’administration d’une dose du vaccin Janssen. Contre les formes sévères, l’efficacité du Nuvaxovid® est comparable à celle des vaccins à ARNm.

Faut-il aussi deux doses, ou seulement une ?
La primovaccination avec le Nuvaxovid® comprend l’administration de deux doses, dans un intervalle de quatre semaines, par voie intramusculaire.

Où ?
Le Nuvaxovid® est proposé dans un seul centre de vaccination du canton, Unisanté, à Lausanne.

A partir de quel âge peut-on être vacciné avec Novavax ?
À partir de de 18 ans et plus.

A qui est-il destiné ?
Pour les personnes de 18 ans et plus qui ne peuvent pas se faire vacciner avec un vaccin à ARNm pour des raisons médicales ou qui refusent les vaccins à ARNm.

Le Novavax est-il recommandé pour les femmes enceintes ?
Le Novavax n'est pas autorisé ni recommandé pour les femmes enceintes.

Existe-t-il des contre-indications ?

  • Les personnes qui ont eu une réaction anaphylactique ou une réaction systémique sévère de nature non allergique après l’administration de la 1e dose d’un vaccin à ARNm doivent d’abord consulter un spécialiste en allergologie et immunologie clinique.
  • On recommande aux personnes immuno-supprimées, y compris celles qui reçoivent un traitement immunosuppresseur, de se faire vacciner en priorité avec un vaccin à ARNm.

Si j’ai été positif au Covid, combien de doses de Novavax me faut-il pour être pleinement vacciné et avoir droit à un certificat de vaccination ?
Pour les personnes qui ont eu un Covid-19 confirmé, une dose du vaccin Nuvaxovid® est suffisante pour la primo-vaccination, exactement comme pour la vaccination avec un vaccin à ARNm. Le vaccin peut être administré au plus tôt quatre semaines après l’infection, et dans les trois mois après l’infection.

Comment prendre rendez-vous ?
Par Coronavax ou par la Hotline au 058 715 11 00.

Peut-on se faire injecter ce vaccin si on a fait une réaction allergique après une première injection de Pfizer ou de Moderna ?

En cas de réaction anaphylactique à un vaccin à ARNm, il est possible de se faire administrer un autre vaccin, tel que le Novavax ou le Janssen, après avoir consulté un spécialiste en allergologie et immunologie clinique.

Combien d’injections de Novavax sont nécessaires pour être considéré comme pleinement vacciné après une première injection Pfizer / Moderna ?
Une dose.

Peut-on faire un rappel avec ce vaccin ?
À l’heure actuelle, la vaccination de rappel avec le Nuvaxovid® n’est pas autorisée et n’est, de manière générale, pas recommandée, ni par l’OFSP, ni par la Commission fédérale pour les vaccinations.

Est-on sûr qu’il n’y aura pas la même réaction allergique qu’avec Pfizer / Moderna?
Les adjuvants diffèrent d’un vaccin à l’autre, donc certaines personnes avec une allergie connue aux vaccins ARNm pourront recevoir le Nuvaxovid®.

Si j’ai été vacciné il y a plus d’une année, une seul dose est-elle suffisante ou faut-il tout recommencer ? Pendant combien de temps la première dose compte-t-elle comme première dose ?
Chaque dose de vaccin reçue compte. Si la personne reçoit une dose de vaccin Nuvaxovid® après une première dose administrée même une année avant, celle-ci sera suffisante pour terminer la primovaccination.

Organisation, aspects légaux

N’achetez pas de doses en-dehors du circuit
Swissmedic met en garde contre les offres de vaccins contre le COVID-19 en dehors des circuits officiels d’approvisionnement, qui proviennent d’organisations criminelles qui proposent des vaccins contrefaits ou « détournés ». Toute personne qui se procure des vaccins en dehors des canaux fédéraux d’acquisition risque, dans le meilleur des cas, de payer des  produits qui ne sont jamais livrés, ou, pire, de recevoir des marchandises contrefaites ou inefficaces, ce qui met en danger les personnes qui seraient vaccinées avec. Pour plus d’information Mise en garde de Swissmedic : n’achetez ni vaccins ni d’autres médicaments sur Internet

Est-ce que la vaccination est obligatoire ?
Non, personne n’est forcé à se vacciner. La vaccination est particulièrement recommandée pour les seniors et les personnes vulnérables qui ont le plus de risques de développer des formes graves du Covid-19, voire d’en décéder. Cependant, il est laissé au libre choix de chacun de décider s’il veut se faire vacciner. Le vaccin est gratuit lorsqu’il est recommandé par la Confédération, à l’exception de la dose supplémentaire injectée en vue d’un voyage

Mon conjoint (mon fils, ma mère…) n’a plus sa capacité de discernement – puis-je l’obliger à se faire vacciner ?
Si un représentant thérapeutique a été nommé, c’est à lui de prendre une décision appropriée, en discussion bien sûr avec la famille, les médecins et autant que possible avec la personne concernée. En l’absence de consensus face au projet de vaccination, la justice de paix peut être interpellée ; elle interviendra rapidement pour débloquer la situation.

Quels vaccins permettent l’obtention d’un certificat COVID suisse ?
Toutes les informations sur le certificat Covid

Partager la page