Votre identité

Une école soutenante et plus efficace

Répondre aux besoins de tous les élèves en favorisant l'intégration et la réussite scolaire, dans une vision à 360°. L'efficacité et la cohérence des réponses assurant la scolarité de tous les enfants dans les meilleures conditions sont au cœur des travaux conduits par le Département de la formation, de la jeunesse et de la culture (DFJC).

Crédit photo: J.-B. Sieber

Cette double exigence amène le DFJC à décider la mise en œuvre de la loi sur la pédagogie spécialisée (LPS) pour la rentrée scolaire d'août 2019. Ce volet du soutien aux élèves souffrant de troubles et déficiences sera alors intégré dans un dispositif global. Dans les établissements de la scolarité obligatoire, les prestations de pédagogie spécialisée seront organisées en coordination avec les mesures socio-éducatives et les mesures d'intégration des élèves issus de la migration, ainsi que les mesures de prévention.

Au cours de ses nombreuses visites dans les écoles du canton, la cheffe du DFJC Cesla Amarelle a pu constater la diversité des situations en présence. À l'écoute du terrain, elle a fait dresser un bilan des besoins relatifs aux enjeux complexes d'encadrement et d'intégration d'élèves en difficulté pour des motifs divers – comportements inappropriés, troubles, déficiences, grandes difficultés à mobiliser leurs capacités d'apprentissage.

Dans le même temps, des expériences pilotes menées dans neuf établissements scolaires pour tester la nouvelle manière de délivrer les prestations de pédagogie spécialisée et dans six autres établissements pour tester des mesures socio-éducatives apportent des enseignements utiles sur les besoins de l'école. Des problèmes de comportement apparaissant chez des élèves de plus en plus jeunes sont désormais une préoccupation permanente des directions d'école et des enseignants. Certains élèves affectés par leur parcours migratoire posent encore d'autres questions d'intégration.

La conseillère d'État Cesla Amarelle souhaite répondre globalement aux thématiques conjuguées de la pédagogie spécialisée, de l'encadrement socio-éducatif, de la migration et de la prévention.

Un concept cantonal, reflétant une vision à 360 degrés des besoins de l'école, fixera les grands principes. Dans l'intérêt de tous les élèves, il poursuivra l'objectif prioritaire d'un dialogue direct et simple entre les enseignants et les autres professionnels intervenant en appui. Ces spécialistes – les psychologues, logopédistes, psychomotriciens, éducateurs, travailleurs sociaux ou en santé publique – seront appelés à s'insérer davantage dans la vie quotidienne des écoles. Les établissements gagneront en autonomie pour adopter la démarche la plus pertinente par rapport à leurs besoins respectifs. Ils devront décider plus vite quelle ressource mobiliser pour quel élève en difficulté d'intégration ou en décrochage. L'allocation des ressources permettra que les décisions sur les mesures d'accompagnement des élèves puissent être prises dans tout le canton par les acteurs les plus proches du cadre de vie des élèves concernés et de leur entourage. Une part des ressources pour certaines prestations rares seront par ailleurs mutualisées entre des établissements d'une même région scolaire.

Communiqué de presse du 9 février 2018

Partager la page