Le bruit de pages : la promotion de la lecture soutenue par le Conseil d’Etat

Publié le 11.11.2020

Plusieurs indicateurs mettent en évidence que la lecture comme activité de loisir diminue chez les adolescents et certains élèves ne maîtrisent pas suffisamment la lecture pour tirer profit de leur formation. Devant ces constats, et parce que la transition numérique accentue encore le besoin de maîtriser l’écriture et la lecture, le Département de la formation, de la jeunesse et de la culture (DFJC) entend (re)donner le goût de lire et favoriser l’apprentissage par toute une série de mesures concrètes.

Le Conseil d'Etat marque son soutien à l'opération "Le Bruit des pages" qui consiste à promouvoir la lecture et a interrompu sa séance afin d'échanger sur les lectures préférées de ses membres. Photo l ARC J.B-Sieber

Favoriser une lecture quotidienne

L’une d’elle s’appelle le bruit des pages et consiste à organiser une lecture quotidienne de 5 à 15 minutes pratiquée par l’ensemble des élèves, des enseignants et du personnel administratif d’un établissement à une heure donnée et sur une période d’une semaine, d’un mois, d’un semestre ou d’une année. C’est symboliquement ce qui a été mis en œuvre lundi 11 novembre 2020 lorsque les 93 établissements scolaires vaudois et tous leurs occupants ont ouvert un livre pour 10 minutes de lecture à 11h11

Un échange sur la lecture en séance du Conseil d’Etat

A la même heure, pour marquer son soutien à l’opération « Le bruit des pages », le gouvernement a interrompu sa séance habituelle, qu’il tient désormais à la Maison de l’Elysée pour des raisons sanitaires. Les conseillères et conseillers d’Etat ont alors procédé à un bref échange sur la lecture, alimenté par le choix d’un ouvrage amené en séance. Chacune et chacun a ensuite commenté ce que la lecture représentait à tire personnel et les raisons du choix dévoilé aux collègues.

Découvrez les choix et réponses des membres du gouvernement

Partager la page