Bilan 2018 positif en matière de criminalité sur le sol vaudois

Publié le 25.03.2019 - Catégorie: Sécurité

Les infractions au Code pénal ont diminué de 4% par rapport à 2017, confirmant la tendance amorcée il y a six ans. Les chiffres 2018 sont ainsi les plus bas enregistrés depuis 2009, année de la création de la statistique harmonisée. Les cambriolages augmentent très légèrement de 1.6% (5’917) et les brigandages diminuent de 12% (229).

Jean-Christophe de Mestral, membre du CCS, Olivier Botteron, Commandant de la Police municipale de Lausanne, Pierre-Antoine Hildbrand, Directeur de la sécurité et de l’économie pour la ville de Lausanne, Madame la Conseillère d'Etat Béatrice Métraux, Jacques Antenen, Commandant de la Police cantonale vaudoise, Eric Cottier, Procureur général [ARC Jean-Bernard Sieber]

Lundi 25 mars 2018, à l'occasion d'une conférence de presse tenue au Mont-sur-Lausanne, les autorités vaudoises, réunies autour de la cheffe du Département des institutions et de la sécurité (DIS) Mme Béatrice Métraux, ont présenté un bilan 2018 favorable en matière de criminalité dans le canton de Vaud et à Lausanne : « Ces chiffres réjouissants, qui présentent une diminution de 45% des infractions au Code pénal depuis 2013, démontrent que la politique du Département visant à renforcer la coordination entre tous les partenaires de la chaîne pénale fonctionne. Face à une criminalité qui ne connaît plus de frontières, nous allons poursuivre nos efforts dans ce sens», a souligné la cheffe du DIS.

Vaud : une diminution du nombre d’infractions au Code pénal

Durant l’année 2018, 61’009 infractions au Code pénal ont été recensées, contre 67’299 infractions en 2017, ce qui représente une diminution de 4%. Les infractions à la Loi sur les stupéfiants et à la Loi sur les étrangers sont aussi en baisse par rapport à 2017, avec 8’084 infractions pour la LStup (-32%) et 3’520 infractions pour la LEtr (-14%).

Parmi les infractions au Code pénal, 66% concernent le patrimoine (32’373), 16% la liberté (7’900), 7% la vie et l’intégrité corporelle (3’382) et 1% l’intégrité sexuelle (656). À ces chiffres s’ajoutent 4’181 infractions concernant d’autres titres du CP et 312 infractions contre l’autorité publique dont 256 pour violence ou menace contre les fonctionnaires.

Les cas de brigandage diminuent de 12% (229), tout comme les dommages à la propriété (-5% / 4'267) et les vols (sans vols de véhicule) (-12% / 16'096). En revanche, les cas d’escroquerie augmentent de 38% (1’325).

Le nombre d’infractions en lien avec la violence domestique est en hausse par rapport à 2017 (+ 15%) : 3'337 infractions dans le cadre de 1'549 affaires. Pour comparaison, 2'894 infractions dans le cadre de 1'371 affaires étaient recensées en 2017. En outre, en 2018, un quart des affaires de violence domestique débouchent sur une mesure d’expulsion de l’auteur de son domicile.

Pour le commandant de la Police cantonale vaudoise, Jacques Antenen, la priorité en 2019 est de tout mettre en oeuvre afin de lutter efficacement contre les cyber-escroqueries. La hausse des escroqueries est de 38% (1'325) en 2018, dont 69% sont commises sur le net. Cela représente un préjudice élevé pour les victimes, aussi bien humain que financier. Dès le 1er avril 2019, une nouvelle entité, la division enquête cyber, sera créée à la police de sureté et comportera 8 spécialistes. Leur mission sera d’enquêter sur toutes les infractions cyber et de mettre en place des actions préventives ciblées. Dans le domaine de la sécurisation des transports de fonds, le commandant rappelle que la police soutien l’association des entreprises suisses de sécurité (AESS) dans ses démarches pour obtenir l’autorisation spéciale de circuler la nuit avec des véhicules lourds, dans le but de renforcer la protection de ceux-ci.

A relever que tout au long de l’année, la Police cantonale vaudoise mène, sur les réseaux sociaux et sous forme d’actions sur le terrain, des campagnes de prévention afin de rappeler les messages de prudence et les conseils utiles, notamment en matière de vols, de cambriolages et de fraudes sur internet.

Lausanne: les chiffres enregistrés sont les plus bas depuis 2009

A Lausanne, le nombre total d’infractions a chuté de 15’574 en 2017 à 14'106 en 2018 (-9%). Ce chiffre représente une diminution de près de 50% des infractions observées en 2012 (28'168). Cette évolution positive se poursuit malgré l’arrivée de 1’095 nouveaux habitants en 2018 dans la ville (2017 : 137 810 / 2018 : 138 9051).

La réalité de la sécurité ne se perçoit toutefois pas uniquement en terme de chiffres et, dans la capitale vaudoise, c’est la présence en rue continue et visible des policer·ère·s municipaux qui, depuis l’été 2018, a profondément remodelé les contours de la réalité urbaine. Mis en place pour répondre aux attentes des usager·ère·s de la ville, ce dispositif a participé à une baisse de 33% des infractions à la Loi sur les stupéfiants. Ce chiffre, qui vient confirmer la perception quotidienne de l’ensemble de la population, exprime la valeur dissuasive d’un travail axé sur la visibilité. La Police municipale de Lausanne entend poursuivre cet engagement, comme elle l’a récemment montré en étendant les horaires de patrouilles pédestres dans les points chauds de la ville. Actuellement, cet engagement de proximité dans la lutte contre le deal représente environ 3’500 heures par mois, sans compter les actions plus spécifiquement répressives menées dans ce cadre par diverses unités uniformées ou travaillant en civil.

Partager la page