E. Papetiers et relieurs

1. La papeterie

Inventé en Chine avant l'ère chrétienne, le papier est diffusé dans le bassin méditerranéen par les Arabes. Au 13e siècle, l'Italie renouvelle les techniques de fabrication en introduisant le pilage des chiffons dans des cuves.
Des moulins à papier sont mentionnés avant 1400 aux alentours de Genève sur territoire français et en 1432 à Belfaux près de Fribourg. Un document laisse supposer qu’il pourrait y avoir eu en 1457 déjà une papeterie à Clarens sur le territoire de Vich, appartenant aux moines de Bonmont. La fabrication du papier nécessitait de très grandes quantités de chiffons. Toutefois, la création de moulins à papier était encouragée par les autorités qui voulaient s'assurer ainsi l'acquisition de leur propre papier administratif et commercial. Les anciennes papeteries vaudoises ont été étudiées par le professeur Paul-Louis Pelet (1920-2009) dont les archives sont conservées par les Archives cantonales vaudoises. En dehors de Clarens-sur-Vich, des papetiers ont été actifs à Fiez, La Mothe, Bière, Saint-Sulpice, Monbrélaz, Guévaux, Nyon, La Sarraz, Bex et Grandson.

2. La reliure

Art très ancien, la reliure a permis l’existence du livre sous la forme que nous lui connaissons actuellement. C’est en Egypte, au début de notre ère, que des «codex» reliés commencent à remplacer les traditionnels rouleaux de papyrus. Au Moyen Age, les livres sont généralement réalisés en parchemin car ce matériau se prête particulièrement bien au pliage.

Partager la page