Un nouveau Musée cantonal d’archéologie et d’histoire

Un nouveau Musée cantonal d’archéologie et d’histoire

Publié le 01.11.2018 - Catégorie: Actualité et Culture

Deux institutions muséales cantonales s’unissent au 1er janvier 2019, pour grandir et se renforcer. Le Musée cantonal d’archéologie et d’histoire (MCAH) et le Musée monétaire cantonal (MMC) ne feront alors plus qu’un. Ce nouveau pôle fort du Palais de Rumine fera rayonner l'institution et le canton au niveau national et international. Une convergence efficiente sur le plan administratif, mais pas seulement. La réunion des collections de monnaies et médailles, avec les autres objets historiques et archéologiques, est une vraie plus-value scientifique et académique.

Les deux musées ont une longue histoire et entre 2011 et 2015 déjà, mutualisations et collaborations se sont intensifiées. C’est ce processus qui mène aujourd’hui à la fusion des deux institutions. Le Service des affaires culturelles (SERAC) a choisi de placer la nouvelle entité sous l’appellation « Musée cantonal d’archéologie et d’histoire » et de conserver le logo actuel du MCAH. Une évolution de la charte graphique est aussi prévue pour mettre en valeur les différents départements du futur musée, dont celui des monnaies et médailles. Une solution agile et rapide qui garantit la visibilité de l’institution, bien identifiée dans le paysage muséal et académique.

Ce rapprochement génèrera une meilleure efficience administrative, notamment pour le laboratoire de restauration-conservation et pour les missions scientifiques propres à la numismatique. L’étude des monnaies et médailles est véritablement mise en valeur avec la nomination d’un conservateur en chef, également directeur adjoint du nouveau Musée. C'est Lionel Pernet, l’actuel directeur du MCAH, qui dirigera l'institution. Les postes, les conditions de travail, mais aussi les financements sont tous maintenus : avec un budget de l'ordre de 2,7 millions, comprenant 13.45 ETP, la nouvelle institution bénéficiera d’une légitimité et d’une aura plus grande à l’échelle nationale et européenne. Elle maintiendra, dans le même temps, un ancrage territorial fort avec les découvertes de terrain dans le Canton. Tous ces aspects marqueront de leur empreinte, la réflexion sur le réaménagement du Palais de Rumine.

Communiqué de presse (PDF, 74 Ko)

Partager la page