La consolidation de la LEO

Une large consultation

Annoncée en 2018 et lancée en novembre 2019, six années après l’entrée en vigueur (août 2013) de la loi sur l’enseignement obligatoire (LEO (PDF, 70 Ko)), une large consultation a été conduite, première étape d’une démarche visant à utiliser les marges de manœuvre à disposition pour affiner la mise en œuvre de la loi. Le but poursuivi est de renforcer la cohérence pédagogique de l’enseignement dispensé à l’école obligatoire, dans le respect des principes fixés dans la LEO.

Cette consultation s’adressait d’une part aux professionnel·le·s de l’enseignement via les conférences des maîtres, d’autre part aux principaux partenaires de l’école : services et directions associés, instituts de formation, syndicats et associations professionnelles et de parents, conseils d’établissement. Elle avait pour but de connaître leurs positions sur un certain nombre d’évolutions envisagées par le DFJC, ainsi que de récolter des propositions à ce sujet. Le formulaire de consultation portait de manière centrale sur la refonte du cadre général de l’évaluation (CGE), ainsi que sur la marge de manœuvre des établissements scolaires en matière de programme personnalisé ou de devoirs à domicile.

Le délai initial pour cette consultation avait été fixé à mi-décembre 2019, dans la perspective de pouvoir assurer la mise en œuvre, dès la rentrée scolaire d’août 2020, des retouches que l’analyse des résultats mettrait en évidence. La pertinence de la démarche a été relevée, mais il a été demandé davantage de temps pour s’y consacrer. Le délai de réponse a été repoussé à fin janvier 2020 pour favoriser des réflexions approfondies. À l’occasion d’une conférence plénière des directeurs, la Direction pédagogique a mis les thématiques et questions en contexte et en a signalé les principaux enjeux. Un nouveau calendrier a ensuite été défini pour la mise en œuvre des mesures qui découleraient de cette consultation, tenant également compte de l’avancement d’autres projets et chantiers, notamment celui du Concept 360°.

De novembre 2019 à février 2020, plus de 160 réponses ont été reçues, de la part notamment de 90 établissements scolaires, 34 conseils d’établissement et 12 associations professionnelles. Cette consultation a permis la collecte d’un riche matériau, quantitatif (réponses à des questions fermées) et qualitatif (commentaires). Son analyse, pilotée par la Direction pédagogique et effectuée conjointement avec l’URSP et la cellule de monitorage de la DGEO, a produit les principaux résultats décrits ci-après.

Refonte du cadre général de l’évaluation

La consultation portait sur le nombre d’évaluations sommatives auxquelles sont soumis les élèves, sur les travaux assimilés (TA), sur la distribution des disciplines dans des groupes et l’impossibilité pour les élèves performants dans les disciplines du domaine Arts (musique, arts visuels, activités créatrices et manuelles) de compenser certaines insuffisances dans les autres disciplines, ou encore sur la pertinence d’alléger le cadre général de l’évaluation (PDF, 381 Ko). Un fort consensus s’est dégagé autour de la proposition de diminuer le nombre de travaux significatifs (TS) au degré primaire. De plus, un certain nombre de commentaires ont exprimé un soutien à l’extension de ce principe au degré secondaire. La consultation a encore vu s’exprimer un fort attachement à l’usage des TA. La limitation du nombre de travaux (ETA) composant un TA a été préférée, par une courte majorité des répondant·e·s, au maintien de la situation actuelle – ce nombre étant jusqu’ici illimité. La diminution du nombre de travaux notés est comprise comme un moyen de garantir la fonction de l’évaluation dans le processus d’apprentissage des élèves en priorisant le temps d’enseignement, rappelant que l’évaluation est subordonnée à l’enseignement et aux apprentissages des élèves, ainsi qu’au service de leur parcours scolaire.

Les épreuves cantonales de référence (ECR) ont aussi été questionnées. Un consensus se dessine pour qu’elles soient allégées et que leur fonction d’outil de diagnostic pour repérer des élèves présentant des difficultés scolaires spécifiques soit renforcée. Les ECR de 10e seront supprimées. Associé à cette discussion, le maintien des examens de fin de scolarité dans leur forme actuelle est aussi désormais questionné. Un allègement de l’examen de certificat, tout en lui conférant une fonction de pilotage du système scolaire, est une piste jugée désormais favorablement par une majorité d’acteur·trice·s. Pour ce faire, le DFJC pourrait soumettre à l’avenir à tous les établissements la même épreuve écrite dans certaines disciplines (français, mathématiques, allemand et/ou anglais), ce qui donnerait à ces épreuves une valeur comparative qu’elles n’ont pas aujourd’hui. Ces épreuves écrites seraient complétées par des examens oraux organisés, comme aujourd’hui, par les établissements scolaires. Les autres épreuves (options spécifiques, options de compétences orientées métiers) demeureraient également de la compétence des établissements scolaires.

Sur tous ces points, des décisions seront prises prochainement, notamment en ce qui concerne le calendrier des changements notoires qui seront entrepris. S’orientant sur les retours de la consultation et les discussions qu’ils ont nourries, la cheffe du DFJC édictera encore durant la première moitié de l’année scolaire une Décision amendant et complétant le CGE et qui s’appliquera dès l’année scolaire 2020-2021.

D’autres points requièrent un mûrissement. Les propositions de modification de l’équilibre des groupes de disciplines ont suscité des réponses très diverses et de nombreux commentaires. Si le principe de l’abandon du système actuellement en vigueur a été salué par une majorité, des travaux doivent encore être menés pour aboutir à des propositions qui emporteraient une large adhésion. La deuxième proposition mise en consultation (un bilan reposant d’une part sur l’entier des disciplines, et d’autre part sur un panier comportant français et mathématiques dès la 4e, plus l’allemand en 8e, plus les disciplines à examen dès la 9e) est celle qui semble le meilleur point de départ pour la suite des travaux.

Les commentaires ont aussi fait apparaître des enjeux de disciplines dans les décisions concernant le parcours des élèves, notamment entre disciplines scientifiques, littéraires ou du domaine artistique et manuel, entre disciplines faisant ou non l’objet d’un examen en 11e année, entre les différentes langues étrangères ou encore selon la dotation horaire des disciplines.

Accès aux programmes personnalisés

La consultation a exprimé une attente conjointe d’harmonisation, à l’échelle du canton, de la procédure d’attribution et de mise en œuvre des programmes personnalisés et d’autonomie à l’échelle des établissements. La production par le DFJC d’un document-type pour la mise en place d’un programme personnalisé a été plébiscitée, la majorité des répondant·e·s souhaitant que son utilisation soit obligatoire, mais avec possibilité de modification par les conseils de direction des établissements. Il est également demandé que le nombre de disciplines faisant l’objet d’une adaptation des objectifs ne soit pas limité.

Une très grande majorité des réponses souligne qu’il est souhaitable que les élèves au bénéfice d’une exemption durable d’une ou plusieurs disciplines puissent obtenir un certificat de fin d’études secondaires. En revanche, des travaux complémentaires devront être menés : selon les catégories de répondant·e·s (conférences des maîtres, conseils d’établissement, associations ou partenaires institutionnels), le nombre maximum d’exemptions de disciplines pour qu’un élève puisse être certifié varie (respectivement 1, 2 ou sans limitation).

Devoirs à domicile

Dans le domaine des devoirs à domicile, une majorité nette se dégage en faveur d’un fort degré d’autonomie des établissements scolaires. Cependant, un certain nombre de positions et de commentaires appellent des travaux complémentaires dans ce domaine. La question du temps hebdomadaire indicatif qu’un élève devrait passer à effectuer ses devoirs pour chaque demi-cycle doit notamment être approfondie. L’ensemble des réponses reçues permet d’envisager la base de réflexion suivante : par semaine, compter une heure en 3e et 4e années, deux heures en 5e et 6e années, trois heures en 7e et 8e années et quatre voire cinq heures pour les années de scolarité suivantes.

Une stratégie à long terme et un Plan d'actions

Durant l’année scolaire 2020-2021, les travaux de consolidation de la LEO vont se poursuivre, en particulier s’agissant de la modalité de prise en compte des résultats dans les différentes disciplines, de l’évolution des ECR et de l’examen de fin d’études secondaires ainsi que des devoirs à domicile.

De plus, se référant aux retours recueillis à l’occasion de ses visites des établissements de la scolarité obligatoire ainsi qu’aux échanges avec les associations professionnelles au sein du groupe de travail « LEO – Suivi de la scolarité », la cheffe du Département a adopté, en concertation avec la DGEO, un « Plan d’actions pour la consolidation de la LEO ». Ce document déploiera progressivement ses effets au cours des prochaines années. Il se décline selon quatre axes associés à des objectifs et une douzaine de mesures :

Axe 1 – Enseignements disciplinaires, évaluation et gestion de classe

  • La refonte du cadre général d’évaluation donnera la priorité au temps d’enseignement en diminuant le nombre de tests et elle allégera le poids des examens de fin de certificat. L’évaluation subsiste, mais elle évolue afin d’équilibrer sa double fonction, d’une part au service du parcours des élèves, d’autre part au service du pilotage du système scolaire.
  • Sans toucher à la grille horaire, diverses mesures sont introduites pour renforcer l’enseignement du français et des mathématiques (voir ci-contre) et promouvoir davantage les langues vivantes et anciennes.
  • La mise en place systématique d’un tutorat pour les nouveaux enseignants participe du souci de mieux soutenir le corps enseignant dans l’intérêt de tous les élèves. Une formation ad hoc sera proposée aux référent·e·s par établissement impliqué dans cette mission de tutorat ; un guide des bonnes pratiques centré sur les besoin des nouveaux enseignants sera créé et tenu à jour ; une hotline dédiée aux questions des nouveaux enseignants sera lancée.

 Axe 2 – Soutien aux élèves pour une école à visée inclusive

  • Dans le prolongement du Concept 360°, une attention particulière sera mise sur l’identification précoce des élèves faibles et/ou guettés par le risque de décrochage, notamment suite à la crise sanitaire. L’accès de ces élèves aux programmes personnalisés sera simplifié par un nouveau formulaire standardisé. Leur suivi sera renforcé.
  • Les élèves de la voie générale (VG) qui sont orientés vers le degré élémentaire (niveau 1) dans l’enseignement des trois disciplines à niveaux (français, mathématiques et allemand) doivent bénéficier de mesures d’enseignement personnalisé. Les conditions d’octroi du certificat de fin d’études secondaires pour ces élèves seront harmonisées.
  • Des projets pilotes seront menés pour que le temps consacré aux devoirs soit effectué sur le temps scolaire.

Axe 3 – Renforcement de la VG

  • La transition des élèves de VG vers la formation professionnelle comme choix initial doit être améliorée (lire aussi la Deuxième partie de cette brochure). Plusieurs mesures sont prises: le renforcement de la discipline « Approche du monde professionnel » (AMP) au cycle 3 (9e-11e) ; la désignation de référents AMP dans 62 établissements du secondaire I ; la valorisation des Attestations de formation professionnelle (AFP) comme première étape certifiante ; la valorisation des compétences autres que disciplinaires des élèves de VG (motivation, engagement, autonomie, etc.) ; le soutien à tous les projets personnels visant à diminuer le risque de non-insertion professionnelle du jeune en fin de scolarité (stages, mesure LIFT).
  • Lancée comme un projet-pilote, une 12e année certifiante sera proposée à certains élèves réunissant des conditions précises. Cette année de rattrapage en vue d’obtenir le certificat prévoit notamment de leur dispenser un enseignement à la carte ciblé sur les disciplines phares en lien avec leur projet professionnel.

Axe 4 – Une école à la mesure des défis du XXIe siècle

  • Plusieurs mesures sont prises dans deux directions : faire de l’école un moteur du changement en matière de durabilité, de diversité et d’égalité (Lire aussi la Troisième partie de cette brochure, p. 32-35); développer l’esprit critique dans une société toujours plus numérisée (déploiement de l’enseignement numérique de manière généralisée, à tous les degrés (Lire aussi Deuxième partie de la brochure, p. 18-21).

Six mesures pour améliorer l'enseignement des mathématiques

La crainte souvent ressentie face aux mathématiques détourne nombre d’élèves des formations conduisant aux métiers techniques et scientifiques. En particulier, les filles renoncent trop souvent à ces filières au moment de l’adolescence. Pour renverser cette tendance, une Mission Maths a été conduite en 2018-2019, avec l’objectif de cerner comment l’enseignement des mathématiques pourrait être amélioré dans l’école vaudoise. Des 13 propositions faites dans le rapport déposé en 2019, six ont été retenues comme mesures prioritaires. Leviers pour rénover l’enseignement des mathématiques, elles seront introduites progressivement dès la rentrée 2020, en s’appuyant sur le développement des deux grands chantiers du DFJC que sont l’éducation numérique et le Concept 360°.

Ce programme, qui constitue un des points listés par le Plan d’actions de la DGEO, distingue deux types de mesures, celles destinées aux élèves et les autres dédiées à la formation des enseignant·e·s :

  • Laboratoires de maths en établissement
    La création de laboratoires de mathématiques dans les établissements initiera les élèves à d’autres démarches d’apprentissage détachées de tous les aspects liés à l’évaluation ou à la sélection. Y seront également stimulées des collaborations avec des institutions de médiation scientifique.
  • Création d’un cours facultatif
    L’ouverture d’un cours facultatif, proposé d’abord dans huit établissements pilotes, et destiné aux élèves de 10e et 11e années qui ne suivent pas l’OS-MEP, répond à trois propositions du rapport de la Mission Maths, soit : favoriser une image positive des mathématiques, diversifier les apprentissages et valoriser la réussite des filles. Ce cours, « Découvertes mathématiques », devrait inciter davantage d’élèves, notamment des filles, à s’inscrire en niveau renforcé de mathématiques au gymnase ou à s’orienter vers des métiers techniques.
  • Outils numériques pour le calcul
    La Mission Maths a révélé l’urgent besoin de généraliser des outils et des supports numériques dédiés à l’entraînement au calcul en classe et à la maison. La baisse des performances des élèves en calcul rapide et réfléchi appelle l’usage d’applications tournant sur les nouveaux supports que sont les smartphones et les tablettes. Deux applications existantes ont été repérées et seront testées dès la rentrée dans quelques établissements. Une alternative serait de concrétiser un projet éditorial nouveau qui résulterait d’un travail collaboratif entre la HEP Vaud, une start-up vaudoise, la HEIG-VD et la DGEO, en lien avec des enseignant·e·s de terrain. Une décision sur l’outil retenu sera prise dans le premier semestre de l’année scolaire 2020-2021. Cet outil devrait, à terme, être intégré aux moyens d’enseignement.
  • Diplôme additionnel
    Nombre d’enseignant·e·s du secondaire I donnent les mathématiques sans y avoir été formés. Une formation complémentaire spécifique à l’enseignement pour les années 9e à 11e permettra à ces enseignant·e·s de suivre les modules de didactique afin d’obtenir un diplôme additionnel et de renforcer ainsi leurs compétences.
  • Formation de référent·e·s en mathématiques
    Dans les établissements de l’école obligatoire, des personnes spécialement bien formées en mathématiques et en didactique seront à même de proposer aux directions des projets innovants en vue d’améliorer l’image de la discipline auprès des élèves.
  • Nouveaux moyens d’enseignement pour les 1-2P
    De nouveaux moyens d’enseignement pour la scolarisation des 1-2P seront mis en œuvre à la rentrée 2020, avec l’obligation de les utiliser dès 2021-2022. Une formation est prévue dès janvier 2021 dans chaque établissement et concerne les enseignant·e·s de 850 classes du canton. Cette offre sera un bonus pour bien des enseignant·e·s de l’école primaire qui n’ont jamais suivi de formation continue en mathématiques.

Partager la page