Le déploiement à grande échelle commence

Le Conseil d’État vaudois a fait de l’éducation numérique une priorité politique de son Programme de législature (PDF, 380 Ko) et de sa Stratégie numérique (PDF, 219 Ko). Le déploiement de l’éducation numérique dans les écoles vaudoises arrive à un moment charnière. Après le bilan positif des premières expériences pilotes, le passage à la généralisation se précise. Le déploiement prendra une envergure considérable dès la rentrée d’août 2021. L’éducation numérique concernera alors plus de 20 % des élèves à l’école obligatoire, tous cycles confondus, c’est-à-dire environ 20 000 élèves répartis dans un tiers des établissements (une trentaine). Plusieurs centaines de gymnasiennes et gymnasiens seront à leur tour aussi concernés. Et quelque 2000 enseignantes et enseignants seront les moteurs de cette transition numérique dans leurs classes.

Le chantier vaudois de l’éducation numérique se nourrit directement de la recherche menée dans divers domaines spécialement concernés. La proximité entre chercheurs, formateurs et enseignants de l’EPFL (LEARN), de l’UNIL et de la HEP-Vaud confère au projet un cadre novateur unique. Cela permet de donner des compétences transversales pointues à une équipe de formatrices et formateurs qui grandit et sur laquelle s’appuiera la mise en œuvre de l’éducation numérique à grande échelle.

En parallèle, le cadre romand de l’éducation numérique est maintenant fixé. Le Plan d’étude romand (PER) intègre désormais cette dimension. Cette étape donne un ancrage durable à la mise en œuvre de l’éducation numérique dans les écoles vaudoises tout en assurant une cohérence au sein de l’espace éducatif romand (lire ici).

Des fondations solides

Du côté de l’enseignement obligatoire, le déploiement de l’éducation numérique s’appuie sur le bilan positif de trois années de pilotage intenses et riches au cycle 1 dans douze établissements scolaires. L’étroite collaboration entre les enseignantes et les enseignants, leur direction et les équipes de formatrices et formateurs placées sous l’égide de l’EPFL a créé une solide expérience métier. Les équipes sont prêtes pour démarrer la phase du déploiement à grande échelle.

Cela n’a pas été facile. Les contraintes sanitaires imposées par la pandémie ont nécessité de revoir la planification. Le début du déploiement prévu dès la rentrée 2020 dans les classes du cycle 1 de 17 établissements a été repoussé pour éviter la surcharge dans une période remplie d’incertitudes. L’année scolaire 2020-2021 n’a pas été perdue pour autant. L’accent a été mis sur la montée en compétences des acteurs clés du futur déploiement : les personnes-ressources par établissement dans le cycle 1 ont pu entamer leur formation aux contenus de l’éducation numérique ; et les enseignantes formatrices et enseignants formateurs ont avancé dans leur préparation à leur mission d’initier leurs collègues à l’éducation numérique. Les rôles de ces deux nouveaux groupes d’intervenants en éducation numérique se construisent au fil du projet, ils vont donc encore évoluer. Toutefois, les grandes lignes de leur cahier des charges sont déjà esquissées et les retours du terrain sont encourageants (voir pages suivantes).

Former le corps enseignant

La formation du corps enseignant est au cœur du dispositif. Dans les 17 établissements concernés par le déploiement au cycle 1, la formation continue des enseignantes et enseignants a pu démarrer. Elle a pris la forme d’une demi-journée passée à se familiariser avec des outils de l’éducation numérique. Les participantes et participants ont reçu à cette occasion une tablette personnelle et ont bénéficié d’un accompagnement personnalisé dispensé par les équipes de formatrices et formateurs. Au total, ce sont près de 680 enseignantes et enseignants qui y ont participé.

Les pilotes continuent

Parallèlement aux premiers pas du déploiement, le pilotage s’est poursuivi aux cycles 1 et 2 de la 1P à la 8P. Conformément aux prévisions, un projet avant-pilote a été mené au cycle 3 dans trois établissements. Il s’agissait de préparer la dernière étape de pilotage en 9S, qui commencera à la rentrée d’août 2021. En effet, l’introduction de l’éducation numérique au Secondaire I est plus complexe qu’aux deux cycles primaires. La grille horaire qui fractionne les enseignements par discipline et la spécialisation des personnes habilitées à enseigner à ce niveau expliquent les difficultés supplémentaires. L’avant-pilote a donc servi de premier test à l’ajout d’une 34e période à la grille horaire, période qui sera dédiée à l’éducation numérique et plus spécifiquement à la science informatique. À la demande du DFJC, l’EPFL finalise la mise sur pied d’un CAS qui servira d’habilitation cantonale provisoire pour enseigner la science informatique au Secondaire I. À terme, c’est un diplôme additionnel (DA) de la HEP-Vaud qui devrait aussi donner le titre requis pour enseigner cette discipline. À noter que l’avant-pilote a également permis de tester l’intégration du numérique dans les enseignements d’autres disciplines, comme l’allemand, la géographie ou les arts visuels.

« Les formations continues sont souvent frustrantes : on fait un petit peu durant les semaines qui suivent et assez vite on abandonne tout, on garde très peu. Là, c’est différent. La formation est bien pensée. Dans la mesure où elle dure une année, on a le temps de faire des allers-retours entre les moments de formation, les moments réflexifs et les moments d’application. On essaie, puis on peut revenir sur nos mises en pratique, on réfléchit, on s’améliore. Il y a un vrai processus d’apprentissage de notre nouvelle fonction. En tant que personne-ressources, je me vois plus dans une posture d’accompagnatrice que de formatrice. Dans ce rôle, j’ai été proactive : j’ai demandé à des collègues si je pouvais venir dans leur classe une matinée afin de faire une séquence BlueBot [automate qui se déplace sur le sol]. Et bien, ça les a boostées. En fait, elles n’osaient pas. Et du coup, pour elles, c’est une animation clé en main. Je leur laisse les outils, je leur donne des pistes pour continuer, pour que l’atelier soit pérenne dans la classe. C’était mon objectif et il est atteint. »

Nathalie Cloux
Enseignante 1-2P à Penthalaz-Venoge, désormais personne-ressources pour l’éducation numérique dans son établissement

« Au début, je me demandais si ça serait compliqué et adapté à ce que je savais déjà. Avec les collègues inscrites à cette formation, on a vite remarqué qu’on n’est toutes pas forcément performantes partout et qu’on peut s’entraider. Les deux formateurs et la personne-ressources étaient là pour soutenir et je ne me suis pas dit que j’étais complètement larguée. Je ne sais pas si je vais utiliser en classe tout ce qu’on nous a appris. Mais Book Creator, c’est une application que je vais reprendre avec les élèves. Les échos des collègues confirment que la formation semble adaptée à tous les niveaux. Celles qui étaient en difficulté n’avaient pas un mur devant elles, et celles qui étaient plus à l’aise ont aussi appris de nouvelles choses. J’aborde les prochaines journées de formation avec sérénité maintenant que je sais qu’en 1-2P, on va surtout faire des activités débranchées. Je me réjouis d’apprendre de nouvelles utilisations de ces outils, qui soient pertinentes et directement utiles en classe. »

Catherine Favrat
Enseignante de 1-2P à Penthalaz-Venoge, a entamé sa formation à l’éducation numérique

« Maintenant que je vois comment la formation est conçue, je suis ravie. Elle nous apporte vraiment quelque chose. Pour former nos collègues, notre équipe est désormais assez rodée. Aucun d’entre nous ne s’ennuie : on nous apporte des compétences vraiment pertinentes et riches et c’est passionnant. J’utilise beaucoup la tablette dans mon enseignement et la valise d'iPads que j’ai reçue en tant qu’enseignante formatrice. Cela permet de tester davantage les applications qu’on nous a présentées. En allemand, pour travailler les dialogues et l’oral, la tablette permet aux élèves de se filmer puis de faire des montages. J’ai l’impression que les élèves sont plus volontiers engagés dans la tâche parce qu’ils ont une envie d’arriver à un produit abouti. »

Mélanie Braun
Enseignante 7-8P à Echallens, désormais enseignante formatrice pour l’éducation numérique

« Notre établissement est jeune, il n’a que trois ans, et c’était une belle opportunité de nous lancer dans l’éducation numérique. Les moyens mis à disposition sont considérables, les attentes du corps enseignant sont fortes, l’intérêt réel. La pandémie nous a certes freinés, il a fallu jongler pour réorganiser les plannings des formations, mais l’élan ne s’est pas arrêté. Il y a beaucoup d’émulation pour l’utilisation des lots de tablettes par classe. Cela déclenche des projets nouveaux, des échanges de matériel entre les classes, c’est très dynamique. À l’échelle de notre établissement, le lien entre la technologie numérique et une école à visée inclusive a d’emblée été identifié comme un sujet important. L’équipe numérique était prête à se mobiliser pour un projet qui intègre au mieux ces technologies d’aide pour les enfants à besoins particuliers. Car la tablette est un excellent moyen d’inclure ces enfants. L’élève qui se sert des technologies d’aide depuis la 5P pourra continuer de le faire par la suite puisque le matériel sera le même. J’ai confiance que ce projet va bien fonctionner. »

Julien Bertholet
Directeur de l’EP Villars-le-Terroir – Poliez-Pittet, établissement pilote pour l’éducation numérique au cycle 1
 

Partager la page