Drame familial à Montreux

Publié le 24.03.2022

Jeudi 24 mars, dans la matinée, cinq personnes d’une même famille sont tombées dans le vide depuis leur balcon situé au 7e étage d’un appartement à Montreux dans des circonstances que l’enquête devra établir. Quatre d’entre elles sont décédées, une autre a été hospitalisée dans un état grave.

Jeudi 24 mars 2022, vers 7h00, la Centrale vaudoise de police (CVP) était informée que cinq personnes venaient de chuter depuis le balcon de leur appartement à Montreux situé au 7e étage d’un immeuble à la rue du casino. Un homme, deux femmes et une jeune fille sont décédés et un adolescent a été hospitalisé dans un état grave.

Selon les premières investigations, deux gendarmes se sont rendus dans un appartement de la rue du Casino pour exécuter un mandat d’amener délivré par la préfecture en lien avec la-scolarisation à domicile d’un enfant. Le mandat concernait le père, un Français de 40 ans domicilié dans cet appartement. Les gendarmes ont frappé à la porte et entendu une voix leur demandant qui était là. Après s’être annoncés, les gendarmes n’ont alors plus entendu de bruit dans l’appartement. Ne pouvant entrer en contact avec les éventuels occupants, ils ont quitté les lieux. Dans l’intervalle, un témoin a appelé la police pour signaler que des personnes étaient tombées depuis le balcon d’un appartement.

En l’état actuel des procédés menés par les enquêteurs et sous réserve d’une identification formelle qui est encore en cours, il apparaît que les cinq personnes sont les membres d’une même famille de ressortissants français : le père de 40 ans, son épouse de 41 ans,  la sœur jumelle de celle-ci  et la fille du couple, âgée de 8 ans, sont les quatre personnes décédées. Le fils, âgé de 15 ans, est hospitalisé dans un état grave.

Une enquête a été ouverte par le Procureur de service, qui a confié les investigations aux enquêteurs de la police de sûreté, afin de déterminer les circonstances exactes et les raisons de ce drame. La présence d’une autre personne dans l’appartement au moment de faits a pu être exclue en l’état de l’enquête.

Cet événement a nécessité l’intervention de plusieurs patrouilles de la gendarmerie et de la police ASR, des inspecteurs de la police de sûreté et de la brigade de police scientifique, du personnel du Centre universitaire romande de médecine légale (CURML), de plusieurs ambulances et du SMUR, des sapeurs-pompiers du SDIS Riviera de la REGA ainsi que d’une équipe de soutien d’urgence (ESU).

Partager la page