Abus de médicaments chez les jeunes : des outils pour les parents

Publié le 31.08.2021

Une consommation inadéquate de médicaments peut avoir des conséquences dramatiques chez les jeunes, comme en témoignent les décès survenus ces trois dernières années, qui se chiffrent à plusieurs dizaines. Les médicaments pouvant engendrer une dépendance sont facilement accessibles et souvent mélangés avec d’autres substances. En découvrant que leurs enfants en prennent hors du contexte médical, les parents tombent généralement des nues et se sentent désemparés. Pourtant, ils peuvent jouer un rôle important pour prévenir ces pratiques risquées. Avec le soutien financier du Fonds de prévention des problèmes liés à l’alcool et de la Direction générale de la santé du Canton de Vaud, Addiction Suisse met désormais de précieux outils à la disposition des parents.

La consommation de médicaments psychoactifs a souvent lieu dans un contexte festif, en compagnie de jeunes du même âge. Elle échappe généralement au contrôle des parents, qui sont surpris et consternés lorsqu'ils ont connaissance de cette pratique. Les benzodiazépines (tranquillisants), la codéine ou le dextrométhorphane (sirop contre la toux) ainsi que les antidouleurs contenant des opioïdes sont les produits les plus utilisés. Les jeunes se procurent ces médicaments parfois dans la pharmacie familiale. Ils peuvent aussi en obtenir relativement facilement aujourd'hui sur les réseaux sociaux ou auprès de leur cercle d'amis. Certains s'approvisionnent également en pharmacie, sur le marché noir ou sur Internet.

Or les parents sont souvent démunis. Beaucoup ne savent pas comment aborder la question avec leurs enfants, que ce soit dans une optique préventive ou lorsqu'ils ont le sentiment que quelque chose ne va pas. Dans la communication avec les adolescent-e-s, il est essentiel de ne pas formuler de reproches, mais d'exprimer son inquiétude et d'adopter une position claire : se livrer à des expériences avec des médicaments est trop dangereux.

C'est pourquoi le DSAS, par le biais du fond de prévention des problèmes liés à l'alcool de la Direction générale de la santé, a soutenu Addiction Suisse pour mettre de précieux outils à la disposition des parents.

Partager la page