Echanges d’expérience pour améliorer la réponse à l’urgence

Publié le 26.11.2019 - Catégorie: Santé

Le 2e après-midi d’échanges autour de la réponse à l’urgence a réuni l’ensemble des acteurs médico-sociaux des quatre régions du canton, le 14 novembre. Il s’agit là d’une étape importante de coordination et d’échanges entre les partenaires chargés de l’optimisation du processus de réponse à l’urgence.

En préambule, la Cheffe du DSAS Rebecca Ruiz a rappelé le soutien du DSAS à ce projet majeur qui intègre et répond à plusieurs champs d’actions du Rapport sur la politique de santé publique du canton 2018-2022. « Pour répondre à tous ces objectifs, il faut de la volonté et de la créativité et je me réjouis d’entendre les premières mises en œuvre ».


En effet, dans les quatre régions du Canton, créativité, collaboration et énergie étaient les maîtres mots des premiers projets mis en œuvre et présentés durant l’après-midi.


Rappelons que, pour réaliser des avancées concrètes bénéficiant directement aux personnes concernées, le défi était de tenir compte des spécificités de chaque région. C’est pourquoi le DSAS a mandaté quatre acteurs régionaux, à même de collaborer étroitement avec l’ensemble des acteurs médico-sociaux de leur région :
•    la Fondation de La Côte (aide et soins à domicile) - région Ouest,
•    Unisanté - région Centre,
•    le Réseau Santé Nord Broye - région Nord,  
•    l'Hôpital Riviera-Chablais - région Est.

Lors de l’après-midi, chacun d’eux a présenté l’état d’avancement de ses projets. Les projets ont en commun la mise en place d’une interface en amont des urgences hospitalières, notamment par le biais d’équipes pluridisciplinaires mobiles qui interviennent à domicile. Les premiers retours de ces projets tout neufs semblent prometteurs.


« Il est essentiel d’anticiper pour éviter l’urgence », a rappelé la Dre Stéfanie Monod, Directrice générale à la Direction générale de la santé. « Nous travaillons sur des enjeux majeurs au niveau des premières lignes d’intervention pour les adultes comme les enfants. Les dynamiques régionales sont vraiment importantes.  Nous voyons les effets positifs et ce n’est que le début ».

Un regard extracantonal a été apporté par Christine Serdaly, qui a présenté les apports des recherches – actions INTERCARE et INSPIRE menés avec l’Université de Bâle.

Toutes les présentations sur la page Réponse à l’urgence

Partager la page