Coronavirus : premier cas détecté dans le canton de Vaud

Publié le 27.02.2020

Jeudi 27 février 2020, un premier cas d’infection au coronavirus a été décelé dans le canton de Vaud. Des mesures ont immédiatement été prises pour isoler le malade dont l’état n’inspire pas d’inquiétude. Le personnel soignant était préparé à cette éventualité et n’a pas été mis en danger.

Jeudi en fin de journée, le canton de Vaud comptait un premier cas confirmé de coronavirus coVID-19. Il s’agit d’un homme de 49 ans, testé positif dans le canton de Vaud. Un second cas, dans son entourage immédiat, est fortement suspect, il s’agit de son épouse. Ces frontaliers domiciliés en France voisine travaillent dans le canton de Vaud. S’agissant d’un cas frontalier, les autorités cantonales collaborent activement avec les autorités sanitaires françaises, ainsi que l’OFSP.

Il s’agit pour l’heure du premier cas décelé dans le canton de Vaud. Son cas n’inspire pas d’inquiétude. Cette personne a immédiatement été isolée et le médecin cantonal procède aux  l’enquêtes d’entourage pour identifier les personnes qui ont été en contact avec les deux personnes impliquées tant dans l’environnement professionnels que privé.

Les autorités vaudoises donneront plus d’informations à l’occasion d’un point de presse qui se tiendra vendredi 28 février 2020 à 11h30 à la salle des médias, au Château cantonal.

Information au public

Pour répondre aux nombreuses questions du public et des médias, le Canton a mis en ligne la page www.vd.ch/coronavirus qui rassemble toutes les réponses cantonales et sera mise à jour en fonction de l’évolution de la situation.

 

Rappel des mesures de précaution 

Pour se protéger, il convient d’adopter les précautions d’usage en cas de grippe :

·     bonne hygiène personnelle, se laver régulièrement les mains à l'eau et au savon (pendant 20’’ au moins) ou avec un désinfectant pour les mains,

·     tousser ou éternuer dans le pli du bras,

·     éviter tout contact avec des personnes présentant des symptômes respiratoires (toux, éternuements) revenant de zones à risque.

 

La situation peut évoluer. Des informations à jour peuvent être consultées sur le site Internet de l’Office fédéral de la santé publique

Partager la page