Via Sicura : conductrice de moto multirécidiviste interpellée

Publié le 23.04.2021

Mardi 20 avril 2021 vers 21h50, une moto a été flashée à 159 km/h, puis à 261 km/h par des radars fixes de l’autoroute A1 entre Genève et Lausanne. Les recherches ont permis d’identifier la conductrice qui avait déjà commis plusieurs délits similaires, l’un d’entre eux ayant entraîné le retrait de son permis de conduire en juillet 2020 , ceci pour une durée de deux ans minimum. Elle circulait donc sans permis de conduire et parfois avec des plaques d’immatriculation volées. Elle a été interpellée et placée en détention.

Mardi 20 avril 2021 à 21h53 une moto a été contrôlée à 159 km/h au lieu des 120km/h autorisés à cet endroit, par un radar fixe situé entre Nyon et Rolle sur l’autoroute A1 Genève - Lausanne. Elle a été contrôlée quelques minutes plus tard à 261 km/h, au lieu de 120 km/h, par un autre radar fixe situé entre Gland et Rolle. Ces contrôles s’effectuant sans poste d’intervention, des recherches ont été effectuées afin d’identifier la personne qui pilotait l’engin.

L’enquête a établi que cette moto avait déjà été contrôlée sur cette même autoroute entre Nyon et Coppet le vendredi 2 avril 2021 à une vitesse de 164 km/h à la place des 120 km/h autorisés. Le véhicule circulait à ce moment avec une plaque d’immatriculation volée. Le 9 avril 2021, ce même deux-roues, portant une autre plaque trouvée ou volée le même jour, ne s’est pas arrêté lors d’un contrôle de circulation à Mies et a pris la fuite. La personne qui pilotait l’engin était une suissesse de 25 ans habitant la région et qui avait déjà fait l’objet d’une procédure Via Sicura en 2020, au cours de laquelle son permis de conduire lui avait été retiré. Elle est également soupçonnée d’être impliquée dans divers délits de dommages à la propriété.

Au vu de ces éléments, la police s’est rendue à son domicile. Devant son refus d’obtempérer, la porte de son appartement a dû être ouverte de force avant que les policiers ne procèdent à son interpellation. Emmenée au poste de Gendarmerie de Morges, elle a reconnu l’entier des faits qui lui ont été reprochés. La procureure en charge de cette affaire a ordonné sa mise en détention et le séquestre de sa moto. Une procédure a été ouverte.

Pour rappel, selon les dispositions de « via sicura » entrées en vigueur le 1er janvier 2013, il y a délit de chauffard lorsque la vitesse maximale autorisée a été dépassée :

· d'au moins 40 km/h sur les tronçons limités à 20 et 30 km/h ;
· d’au moins 50 km/h sur les tronçons limités à 50 km/h ;
· d'au moins 60 km/h sur les tronçons limités à 80 km/h ;
· d'au moins 80 km/h sur les tronçons où la limite est fixée à plus de 80 km/h.

Le délit de chauffard est passible d'une peine privative de liberté d'un à quatre ans, d’un retrait du permis de conduire d’au moins deux ans, sans compter la confiscation du véhicule utilisé qui peut être prononcée par l’autorité de jugement.

Partager la page