Opérations d’enquête dans un bâtiment industriel au Mont-sur-Lausanne

Publié le 22.10.2018

Lundi depuis 14h00, gendarmes et policiers investissent un squat au Mont-sur-Lausanne sur ordre du Ministère public dans le cadre d’une instruction pénale pour infractions graves à la Loi fédérale sur les stupéfiants.

Lundi 22 octobre 2018, depuis 14h00, un important dispositif policier est déployé afin de permettre aux gendarmes et policiers de pénétrer dans le bâtiment récemment occupé et revendiqué par le Collectif Jean Dutoit dans le quartier du Petit Flon au Mont-sur-Lausanne. La halle industrielle a été investie afin d’interpeller des individus suspectés de s’adonner au trafic de produits stupéfiants et de procéder à une perquisition sous l'autorité du Ministère public (section STRADA). Ce dernier conduit en effet plusieurs instructions pénales pour infractions à la Loi fédérale sur les stupéfiants, en particulier pour trafic de cocaïne. Pour garantir le bon déroulement des opérations, l’accès au secteur est fortement limité et des perturbations de trafic sont possibles.

Depuis plusieurs mois, les investigations menées sous l’autorité du Ministère public par les inspecteurs des brigades des stupéfiants de la Police cantonale vaudoise et de la Police municipale de Lausanne ont permis de démontrer que de nombreux individus s’adonnent au trafic de cocaïne à partir des squats occupés successivement aux Sauges, à Lausanne, puis plus récemment au Petit Flon, au Mont-sur-Lausanne. Depuis le 24 septembre 2018, un total de 1,780 kg de cocaïne a été saisi lors des interpellations successives de 13 prévenus quittant le squat et suspectés de s’adonner au trafic de stupéfiants. Ces personnes sont principalement originaires du Nigéria, de Sierra Léone et de Gambie. Parmi elles se trouvent deux femmes.

Pour mémoire, en début d’année, des investigations avaient permis de déterminer l’activité de 12 trafiquants en lien avec le squat des Sauges. Les enquêteurs avaient saisi plus de 6 kg de cocaïne ainsi que CHF 41'000.-. Une importante opération avait été mise sur pied courant mai 2018, visant principalement un appartement du squat des Sauges. L’auteur principal, un Nigérian de 52 ans  et un autre Nigérian sont encore en détention provisoire.

Le dispositif mis en place et l’opération mise en œuvre de manière coordonnée entre le Ministère public, la Police cantonale vaudoise et la Police municipale de Lausanne doivent permettre d’interpeller plusieurs personnes suspectées de prendre une part importante dans l’organisation de ce trafic, de les identifier, ainsi que de procéder à l’audition des personnes soupçonnées d’infractions.

Ces opérations ne visent pas à évacuer le bâtiment.

Un point de situation sur l’évolution de la situation sera fait au terme des opérations.

Partager la page