Importantes saisies de cocaïne – 12 personnes interpellées

Publié le 03.12.2015

Entre décembre 2014 et septembre 2015, la Police cantonale vaudoise a procédé à l’interpellation de douze personnes impliquées dans un réseau africain de trafic de cocaïne. Ces diverses investigations ont permis la saisie de 4,6kg de cocaïne, de CHF 33'000.- et de € 9'700 euros. Les prévenus sont toujours en détention à ce jour.

Entre décembre 2014 et septembre 2015, la Brigade des stupéfiants de la Police de sûreté vaudoise a mené plusieurs opérations à l’encontre de diverses filières d’un réseau nigérian de trafiquants de cocaïne. Les investigations ont permis aux inspecteurs d’interpeller 12 personnes dans les villes de Lausanne, Renens, Vevey, Territet, Chavornay ainsi qu’à Delémont et à Bienne, en étroite collaboration avec les Polices cantonales du Jura, de Zurich, de Berne ainsi qu’avec la Police municipale de Lausanne. Différentes enquêtes ont été ouvertes par les Ministères publics vaudois et jurassien.

Les 12 prévenus (11 hommes et 1 femme), âgés de 23 à 43 ans au moment des faits, sont originaires du Nigéria, du Ghana, de Côte d’Ivoire, d’Ethiopie, d’Erythrée et de Pologne. Ces personnes sont toujours en détention à ce jour.

Dans le cadre de ces différentes investigations, quelque 4,6 kilos de cocaïne ont été saisis, représentant une valeur marchande de près de CHF 500'000. Selon les déclarations des prévenus, plusieurs dizaines de kilos de cocaïne auraient été transportés. Une partie de la cocaïne saisie était d’un taux de pureté supérieur à celui habituellement trouvé dans la rue et était destinée à être recoupée, augmentant de fait la quantité et sa valeur à la revente. En outre, il a également été saisi plus de CHF 33'000.- et EUR 9'700.- lors des diverses perquisitions effectuées.


La drogue, provenant des Pays-Bas et d’Espagne, est transportée par sac et par body packer, à savoir des mules qui avalent des fingers (parfois plusieurs dizaines) contenant 10 grammes de cocaïne et les expulsent une fois à destination. Ce procédé, à haut risque, permet de transporter plusieurs centaines de grammes de cocaïne de manière très discrète. La reproduction d'une radiographie illustre ce mode opératoire.

Partager la page