Actualisation de l'analyse des dangers et des risques

Publié le 06.02.2018

L'analyse des dangers et des risques réalisées en 2008 a répertorié 31 dangers dans trois domaines différents : dangers naturels, techniques et de société. Notre société, son environnement, ainsi que ses bases d’existence ne cessant d’évoluer, cette analyse doit être actualisée afin de garantir qu’elle couvre l’ensemble des dangers et risques menaçant la société moderne.

Pour répondre à la vulnérabilité croissante et évolutive de notre société, les autorités vaudoises ont décidé de réviser l’analyse des dangers et des risques datant de 2008 afin de garantir un haut niveau de préparation en cas de survenance d’événements dommageables pour le canton.

A titre d'exemple, le thème "21.3 Rupture de systèmes d'information" mérite d'être retravaillé. L'évolution technologique qui a eu lieu entre-temps, ainsi que divers enjeux, telle la numérisation de prestations clés de l'Administration cantonale vaudoise, peuvent servir d'illustration.

Inventaire suivi

Base indispensable à la planification et au développement de moyens en cas de survenance de l’un des dangers identifiés, cet inventaire des grands risques de société, naturels ou technologiques relève à l’échelon vaudois de la responsabilité de l’observatoire cantonal des risques (OCRi) (multipartenaire et trans-départemental) qui est chargé de le tenir à jour.
Plusieurs cantons suisses, romands principalement, se sont inscrits dans cette démarche d’actualisation, en s’inspirant de la marche à suivre proposée par l’Office fédéral de la Protection de la Population (OFPP), d’une certaine manière institution de tutelle.

Analyse conjointe et coordonnée
Pour être efficiente et pertinente, cette révision implique la participation des services spécialisés/spécialistes, élément essentiel pour garantir la faisabilité et la qualité du produit final.
Dans cette logique, plusieurs cantons ont complété leur analyse des dangers et des risques par une analyse des déficits (Defizitanalyse) pour faire faces aux risques et dangers, ce qui leur permet de prioriser les améliorations à entreprendre tout en clarifiant les responsabilités de ces activités. Le canton de Vaud envisage également d’établir un tel bilan de capacités.

Cette actualisation établie aura pour conséquence la prise de mesures rectificatives par les services partenaires afin de minimiser les risques d’occurrence des dangers et dommages identifiés et d’augmenter les capacités d’y faire face. Autrement dit, de renforcer la résilience.

Le Service de la sécurité civile et militaire (SSCM) du canton de Vaud assure, selon les missions et compétences fixées à l’OCRI par le Conseil d’Etat vaudois, l’ensemble du suivi du projet et la coordination de cette révision.

Partager la page