Question orale Carine Carvalho - WelQome le sashimi, mais pas la fondue fribourgeoise

Auteur

Carine Carvalho

Date du dépôt

12.01.2021

Département pilote

DEIS

Département en appui

-

Identifiant

21_HQU_7

Commission

-

Délais réponse du CE

-

Dernière décision du GC

Terminée, 20.01.2021

Texte déposé

Dans la liste des activités acceptées sur la plateforme WelQome, une distinction est faite entre les épiceries, qui doivent offrir des produits du terroir vaudois, et autres commerces (par exemple restaurants, bars, boulangeries, tea rooms, boucheries et traiteurs, poissonniers, maraîchers et fromagers) pour lesquels une offre locale minimale est admise. Sur les pages d’aide de la plateforme, il est mentionné:

 

« WelQome souhaite mettre les expériences gastronomiques en avant. C’est donc de cette façon que ton offre doit être proposée. Voilà quelques exceptions que nous pouvons accepter :

 - Les bars qui ont une offre de restauration : Sors-nous une belle planchette avec de jolis produits de la région et c’est parti !

 - Les épiceries qui ont une offre mettant en avant principalement des produits du terroir vaudois».

 

Nous pouvons ainsi trouver parmi les offres pour des plateaux de saumon ou de thon, ou autres produits venant de loin, mais une épicerie offrant des produits de proximité, mais venant autant d’autres régions ou cantons, seraient exclues de la plateforme.  Une situation qui parait aller à rencontre de légalité de traitement et à l’objectif de soutenir les produits de proximité. 

 

J'ai l'honneur de poser la question suivante: 
 

Pourquoi des restaurants et d'autres commerces bénéficient d’une aide pour des produits venant de loin et pas des épiceries privilégiant les terroirs du pays ?

Séances dont l'objet a été à l'ODJ

Date Décision
19.01.2021
12.01.2021

Partager la page