Interpellation Jérôme Christen et consorts - « Hôpital intercantonal Riviera-Chablais Vaud Valais : Vevey et la Riviera ont besoin d’un « bon Samaritain »

Auteur

Jérôme Christen

Date du dépôt

26.01.2021

Département pilote

DSAS

Département en appui

-

Identifiant

21_INT_16

Commission

-

Délais réponse du CE

03.05.2021

Dernière décision du GC

Transmise au CE, 03.02.2021

Texte déposé

Lors du vote par le Grand Conseil en 2012 accordant une garantie à l’Etablissement intercantonal Riviera-Chablais de contacter un emprunt bancaire de 220 millions permettant de financer la construction de l’Hôpital de Rennaz, les engagements de la Fondation de l’Hôpital et du Conseil d’Etat étaient clairs : le projet prévoyait une clinique de gériatrie et de réadaptation comprenant 75 lits B, une antenne médico-chirurgicales et un centre de dialyse. 

 

Pour différentes raisons et suite à un conflit avec le médecin en charge de la dialyse, au grand dam des habitants de la Riviera, l’antenne prévue pour ses traitements a finalement été concentrée à Rennaz.

Plus récemment, on apprenait dans un communiqué de presse que les Conseils d’Etat vaudois et valaisans examinaient la possibilité de concentrer les activités de gériatrie sur le site de Monthey. Notre gouvernement ferait ainsi fi des engagements pris en 2012 qui ont permis à La Riviera d’avaler la pilule amère de la concentration des soins aigus à Rennaz et de l’abandon des hôpitaux de Montreux et Vevey.

 

Pourtant en 2018 encore, l’ancien directeur de l’établissement intercantonal, Pascal Rubin, déclarait «chacun de ces sites (Monthey et Vevey)  abritera, dès 2021, une clinique de gériatrie et réadaptation, ainsi qu’une permanence médicale pour les «petites» urgences et consultations spécialisées».

 

Un papillon édité en 2019 faisait d’ailleurs état de deux sites dédiés aux « petites urgences » et à la gériatrie. L’intention exprimée par le Conseil d’Etat de changer son fusil d’épaule est à ce titre incompréhensible.

 

La clinique de gériatrie et de réadaptation de la Riviera comprend actuellement 88 lits occupés à 87%. Si le Conseil d’Etat confirme ses intentions, ce sont près de 1350 patients dont 70% domiciliés sur la Riviera qui devront suivre leur traitement à Monthey. Les membres du personnel devront prendre le même chemin.

 

Par cette mesure, on démantèlerait non seulement un service de proximité indispensable pour des personnes à mobilité souvent réduite mais aussi un savoir-faire unique développé depuis près de 30 ans par le Centre de Traitement et de Réadaptation de la Riviera, pionnier dans les domaines de prise en charge interdisciplinaire de la gériatrie et de la réadaptation.

Les patients concernés qui sont non-motorisés devront avoir recours à une offre en transports publics extrêmement contraignante et limitée, soit :

- une relation chaque heure durant la journée d’une durée de 45 minutes via St-Maurice-Monthey Ville (train +bus) jusqu’à l’hôpital au prix de fr. 32.40 aller/retour.

- deux relations l’après-midi d’une durée de 52 minutes via Aigle jusqu’à la station de l’Hôpital au prix de fr. 16.60 aller/retour.

 

Cette décision est d’autant plus étonnante que le comité de la Fondation des hôpitaux de la Riviera était prêt à envisager de participer au coût des travaux de transformation du Samaritain.

 

Dans contexte, nous posons les questions suivantes :

 

1.   Comment le Conseil d’Etat peut-il justifier cette nouvelle approche en contradiction totale avec les engagements pris et rappelés il y a peu de temps encore ?

2.   Comment le Conseil d’Etat peut-il justifier l’abandon de l’antenne gériatrique de Vevey face la nécessité de conserver une offre de proximité pour une population fragilisée et dans un contexte de nécessité d’une solidarité intergénérationnelle ?

3.   Pour quelles raisons, le Conseil d’Etat ne s’est-il pas concerté avec les autorités régionales avant de prendre une décision sur une question de la plus haute importance ?

4.   A quelles conditions pourrait-il revenir à des meilleures intentions ?

 

 

 

 

Jérôme Christen, le mardi 19 janvier 2021.

Développement souhaité

Conclusion

Souhaite développer

Séances dont l'objet a été à l'ODJ

Date Décision
02.02.2021
26.01.2021

Liste exhaustive des cosignataires

Signataire Parti
Jean-Marc Nicolet VER
François Cardinaux PLR
Jean-Louis Radice LIBRE
Taraneh Aminian SOC
Alain Bovay PLR
Maurice Neyroud PLR
Yvan Luccarini EP
Werner Riesen UDC
Olivier Epars VER
Serge Melly LIBRE
Cloé Pointet V'L
Nicolas Mattenberger SOC

Partager la page