Interpellation Stéphane Montangero et consorts - La réforme EFAS permettra-t-elle d’enlever une partie des réserves excessives des assureurs ou va-t-elle encore les alimenter ?

Auteur

Stéphane Montangero

Date du dépôt

23.06.2021

Département pilote

DSAS

Département en appui

-

Identifiant

21_INT_89

Commission

-

Délais réponse du CE

27.09.2021

Dernière décision du GC

Transmise au CE, 29.06.2021

Texte déposé

Dans le cadre de l’assurance maladie obligatoire, les cantons financent actuellement 55% des prestations stationnaires et ne financent pas les prestations ambulatoires. Or, le Parlement fédéral examine une nouvelle réforme du système de financement du système de santé. Avec cette réforme, nommée « EFAS » (pour « Einheitliche Finanzierung der ambulanten und stationären Bereiche»), les cantons financeraient à l’avenir 25,5% des prestations couvertes par la LAMal. Concernant les prestations couvertes, la question de savoir si les soins de longue durée feront partie ou non de la réforme est encore ouverte, mais le Département fédéral de l’intérieur (DFI) recommande de les intégrer, afin de répondre aussi aux revendications des cantons.

On notera encore que le canton de Vaud, en comparaison intercantonale, a développé de manière conséquente et rapide les soins ambulatoires. Ce développement est à saluer, car il permet de façon globale de répondre aux demandes des patient-e-s et de maintenir les coûts le plus bas possible, puisque l’ambulatoire coûte moins cher que le stationnaire. Il induit néanmoins que les conséquences de l’acceptation d’EFAS seraient importantes pour les finances cantonales.

En effet, selon un rapport publié en novembre 2020 par le DFI[1], le canton de Vaud verrait ses dépenses augmenter de 90.1 millions avec EFAS sans les soins et de 113.6 millions avec EFAS incluant les soins[2].

Si de manière générale on pourrait saluer une augmentation des dépenses publiques dans le système de santé, car elle devrait conduire à une baisse des primes d’assurance-maladie et renforcer la solidarité du système de santé, il est à craindre que le manque de transparence lors de la fixation des primes puisse conduire à des fins contraires. A l’extrême, au lieu d’effacer une partie des réserves des assureurs, cette opération pourrait même les alimenter, alors qu’elles sont déjà plus que très largement excessives. Il s’agit donc d’éviter à tout prix la situation où le canton doive augmenter son financement sans que les primes baissent de manière équivalente.

Au vu de ce qui précède, nous avons l’honneur de poser les questions suivantes au Conseil d’Etat :

  1. Si le canton de Vaud venait à payer 90.1, respectivement 113,6 millions, supplémentaires avec EFAS, le Conseil d’Etat peut-il obtenir la garantie que les primes diminueront des mêmes montants dans notre canton et que l’ensemble des opérations soit fait en totale transparence ?
  2. Quelles sont les éventuels autres inconvénients que cette réforme EFAS peut amener, tant pour notre canton que pour les personnes assurées ?
  3. En ce qui concerne les patientes et patients, le rapport indique que la réforme EFAS conduirait à une augmentation de la participation directe. Or, en Suisse, on estime que 25% des patients renoncent à des prestations médicales nécessaires pour des raisons financières. Le Conseil d’Etat estime-t-il que l’augmentation de la participation directe pourrait avoir des conséquences économiques ou sanitaires négatives pour les patientes et patients ? Si oui, lesquelles ? Si non, pourquoi ?

Nous remercions par avance le Conseil d’Etat de ses réponses.

 

 

 

 

[1] Rapport sur les effets d’un financement uniforme des prestations ambulatoires et stationnaires, Rapport du Département fédéral de l’intérieur du 30 novembre 2020 (cf. www.parlament.ch/centers/documents/fr/bericht-09-528-edi-2020-11-30-f.pdf )

[2].Page 20 du rapport, en annexe au présent texte.

Conclusion

Souhaite développer

Séances dont l'objet a été à l'ODJ

Date Décision
29.06.2021
23.06.2021

Liste exhaustive des cosignataires

Signataire Parti
Isabelle Freymond SOC
Delphine Probst SOC
Julien Eggenberger SOC
Yves Paccaud SOC
Jean Tschopp SOC
Muriel Thalmann SOC
Jean-Louis Radice LIBRE
Valérie Induni SOC
Vincent Jaques SOC
Anne-Sophie Betschart SOC
Cendrine Cachemaille SOC
Blaise Vionnet V'L
Alexandre Démétriadès SOC
Cédric Echenard SOC
Hadrien Buclin EP
Stéphane Balet SOC
Jean-Claude Glardon SOC
Felix Stürner VER
Claire Attinger Doepper SOC

Partager la page