Motion Georges Zünd et consorts au nom Arnaud Bouverat Julien Cuérel - Introduction du taux unique de cotisations pour le financement des allocations familiales et introduction en parallèle d’un mécanisme de compensation

Auteur

Georges Zünd

Date du dépôt

07.06.2022

Département pilote

DSAS

Département en appui

-

Identifiant

22_MOT_21

Commission

-

Délais réponse du CE

21.06.2023

Dernière décision du GC

Prise en considération, 21.06.2022

Texte déposé

En 2012, le Grand Conseil a introduit dans la LVLAFam un mécanisme de surcompensation (subside pour les caisses ayant un taux de référence [rapport charges AF / masse salariale] d’au moins 125% du taux annuel moyen cantonal de référence) dont le but était d’atténuer le rapport des charges entre les différentes caisses d’allocations familiales. Ce taux a été fixé à hauteur de 60 % des écarts de prestations par rapport au taux cantonal moyen. Ce taux n’ayant pas permis de réduire ces écarts de manière équitable, suivant une motion du soussigné déposée en 2018, le parlement a accepté de porter à 100 % le taux de surcompensation, en introduisant un alinéa 1bis en l’art. 7 LVLAFam.

Malgré cela, ce mécanisme péjore certaines caisses, car il ne réalise pas l’égalité de traitement recherchée entre les caisses d’allocations familiales. Cela s’explique par le fait que, comme déjà exposé dans ma motion déposée en 2018, certains secteurs professionnels, notamment celui de la construction, comptent des travailleurs dont le nombre d’enfants est notablement plus élevé que le nombre d’enfants moyen et dont le salaire médian est faible, ce qui implique donc un plus grand nombre de dossiers à traiter et, partant, plus de travail et plus de coûts administratifs. Or, en l’état, malgré les mécanismes introduits dans la loi cantonale, il subsiste de très grands écarts entre caisses d’allocations familiales, car la loi cantonale prévoit un mécanisme arithmétique qui ne tient compte que des masses salariales comme base de calcul, multipliées par le taux de 0.12% (art. 6 al. 2 let. b LVLAFam), ce qui ne tient nullement compte ni des ressources nécessaires, ni de la charge effective de travail, laquelle, dépend, comme mentionné plus haut du nombre de dossiers, donc de personnes mineures ou en formation par caisse.

 

Voici des exemples tirés de l’application de la loi actuelle :

 

Caisse AF                      Masse salariale/an          Taux indemnité             Indemnité en CHF

 

CCAF                                     9,9 mias                            0.12%                          11’880’000

CAFINTER -FPV                    7,1 mias                            0.12%                            8’520’000

CVCI                                       2,3 mias                            0.12%                            2’760’000

ICOLAC                                  1,3 mias                            0.12%                            1'560’000

CAFEV -FVE                          1,2 mias                            0.12%                            1’440’000

…                                                …                                     …                                     …

 

Total cantonal                      31,9 mias                           0.12%                           38’280’000

 

 

A cela s’ajoute que les montants de l’allocation pour enfants et l’allocation de formation professionnelle sont fixes et, partant, ne dépendent pas de variables comme le salaire cotisant.

Pour réaliser une véritable égalité entre les caisses, il faut tenir compte des particularités de chacune liées à la quantité de travail de gestion des allocations et, partant, du nombre de dossiers. Dans ces conditions, il est proposé de supprimer l’indemnité proportionnelle en fonction de la masse salariale et d’opter pour un taux unique d’indemnité fixe, mais en pourcentage du montant des allocations versées ; le coût global de gestion obtenu au taux de 0.12%, soit environ CHF 38'280'000, serait réparti en fonction des ressources nécessaires au traitement des dossiers de prestations, soit comme il suit :

 

Caisse AF    Allocations Taux           Indemnité CHF Indemnité CHF     Ecarts dus       Ecarts

                     payées/an    indemnité  CHF sur            sur masses           à la méthode    en%

                                                              allocations       salariales              de calcul

                                                                                       (ci-dessus)

                                                           

CCAF           240’800’000   5.2%           12’500’000           11’880’000               -  620’000      -  5%

CAFINTER- 155’300’000    5.2%             8’100’000             8’520’000              +  420’000     + 5%

FPV

CVCI              47’100’000   5.2%             2’500’000             2’760’000               + 250’000      + 9%

ICOLAC         21'000’000    5.2%             1'090’000             1'560’000               + 470’000    +30%

CAFEV-         43’200’000    5.2%             2’300’000             1’440’000               -  860’000    - 60%

FVE

…                   …                  …                  …                         …                           …                  

 

Total           738’300’000    5.2%            38’280’000          38’280’000               0                    0%

cantonal

 

On notera que les cantons disposent de la compétence fédérale déléguée en la matière (art. 16 LAFam : « Les cantons règlent le financement des allocations familiales et des frais d’admi­nistration. »).

Pour éviter de nouvelles disparités, il pourrait s’avérer utile d’introduire un mécanisme de compensation des charges et des ressources. En effet, même si, en l’état, les caisses professionnelles peuvent bénéficier de contributions cantonales, ces dernières ne pourront pas compenser les pertes encourues par l’introduction d’un taux unique. Ces contributions n’ont d’ailleurs pas vocation à le faire. Le maintien d’un taux de surcompensation à 100 % ne permet pas non plus de créer un palliatif suffisant, car il ne compense pas intégralement les charges (et d’ailleurs ni les ressources) auxquelles sont confrontées les caisses d’allocations, notamment les caisses professionnelles. Seul un fonds de compensation pourrait parvenir à ce but.

 

Actuellement, un tel fonds existe, mais uniquement pour les caisses d’allocations qui « gèrent le régime des allocations familiales en faveur des personnes exerçant une activité lucrative indépendante » (art. 7a LVLAFam). A la différence de la surcompensation qui ne vise qu’à atténuer des disparités de charges entre caisse, le fonds de compensation a pour de but de compenser totalement les charges entre caisses d’allocations (art. 7a al. 1 LVLAFam).

 

Pour tous ces motifs, les motionnaires ont l’honneur de demander au Conseil d’Etat de modifier la LVLAFam dans le but d’introduire un taux unique de cotisations pour le financement des allocations familiales et de constituer un fonds de compensation d’allocations familiales doté d’un mécanisme couvrant les charges administratives en fonction des montants d’allocations familiales versées.

Conclusion

Prise en considération immédiate et renvoi au CE

Séances dont l'objet a été à l'ODJ

Date Décision
21.06.2022
15.06.2022
14.06.2022
07.06.2022

Liste exhaustive des cosignataires

Signataire Parti
Julien Cuérel UDC
Jean-Daniel Carrard PLR
Maurice Neyroud PLR
Sergei Aschwanden PLR
Cédric Weissert UDC
Patrick Simonin PLR
Anne-Lise Rime PLR
Daniel Develey PLR
Claude Matter PLR
Nicolas Bolay UDC
Claire Attinger Doepper SOC
Salvatore Guarna SOC
Arnaud Bouverat SOC
Nicolas Glauser UDC
Cédric Echenard SOC
Stéphane Montangero SOC
Guy Gaudard PLR
Jean-Bernard Chevalley UDC
David Raedler VER
Sébastien Cala SOC
Cendrine Cachemaille SOC
Philippe Germain PLR
Pierre-Alain Favrod UDC
Stéphane Masson PLR
Yves Paccaud SOC
Alain Bovay PLR
Pierre Dessemontet SOC
Alberto Cherubini SOC
Jean-Luc Bezençon PLR
Muriel Cuendet Schmidt SOC

Partager la page