Motion Marc Vuilleumier et consorts - Pour que l’énergie ne devienne pas du désespoir !

Auteur

Marc Vuilleumier

Date du dépôt

06.09.2022

Département pilote

DSAS

Département en appui

-

Identifiant

22_MOT_34

Commission

CTAS

Délais réponse du CE

-

Dernière décision du GC

Renvoyée à commission, 13.09.2022

Texte déposé

L’énergie, tou le monde en parle, mais, surtout, tout le monde la paie indistinctement de ses revenus. Électricité, gaz, pétrole ont pris l’ascenseur et vont continuer à le prendre. Que pour l’électricité, les distributeurs vaudois ont annoncé des hausses massives pour 2023 : 49% pour Romande Énergie, 35% pour le SEVJ, 54% pour le SIE, 44% pour les SI de Belmont, 26% pour les SI de Lausanne, 48% pour les SI de Lutry, 45% pour les SI de Pully par exemple. Qui dit mieux ?!

En francs, pour un ménage moyen, cela représente des hausses entre fr 100.- et plus de fr 350.- par année. Et ce que pour l’électricité, sans compter les hausses liées au gaz et au mazout.

Si l’on considère que les classes moyennes supérieures et aisées pourront absorber ces hausses, il n’en va pas de même pour les contribuables modestes ou faisant partie de la classe moyenne inférieure. Ce d’autant plus que ces hausses s’inscrivent dans une période d’importante augmentation du coût de la vie.

Pour le groupe EP (Ensemble à Gauche - POP), cette perte de pouvoir d’achat ne doit pas toucher les classes modestes de notre société. Ils ne sont en rien responsables, à l’instar des autres citoyens, des guerres, des spéculations sur les matières premières, du retard dans le développement des énergies renouvelables. Mais, surtout, leur revenu ne leur permet pas d’absorber ces hausses sans pénaliser leur qualité de vie.

Par cette motion, notre groupe demande que l’Etat mette en place, temporairement, un système de paiement des augmentations de l’énergie en faveur des contribuables modestes ou faisant partie de la classe moyenne inférieure. Nous laissons le soin au Conseil d’Etat de déterminer plus précisément les contribuables qui auront le plus besoin de cette aide. Un montant de fr 250.- par ménage, pouvant être modulé par le nombre de personnes vivant dans un même ménage, pourrait être une base de réflexion. Nous demandons, aussi, au Conseil d’Etat de décider du mode de versement de ces aides (directement auprès du contribuable, par diminution de la facture d’électricité ou par tout autre moyen approprié). L’Etat a été très réactif dans le soutien aux entreprises lors de la crise COVID, politique que nous avons soutenue, il doit l’être également pour les contribuables concernés par cette motion dans cette crise de l’énergie.

Conclusion

Renvoi à une commission avec au moins 20 signatures

Documents

Lien Titre
  22_MOT_34-Texte déposé Intervention parlementaire

Séances dont l'objet a été à l'ODJ

Date Décision
13.09.2022
06.09.2022

Liste exhaustive des cosignataires

Signataire Parti
Alberto Cherubini SOC
Yolanda Müller Chabloz VER
Vincent Keller EP
Martine Gerber VER
Géraldine Dubuis VER
Didier Lohri VER
Sabine Glauser Krug VER
Céline Misiego EP
Rebecca Joly VER
Théophile Schenker VER
Hadrien Buclin EP
Elodie Lopez EP
Claude Nicole Grin VER
Mathilde Marendaz EP
Nathalie Jaccard VER
Valérie Zonca VER
Carine Carvalho SOC
Oriane Sarrasin SOC
Joëlle Minacci EP
Yannick Maury VER
Yves Paccaud SOC
Felix Stürner VER

Partager la page