20_INT_18 - Interpellation Marc-Olivier Buffat - Lavaux patrimoine mondial : Le soutien pérenne n'était-il que provisoire ? (Développement).

Séance du Grand Conseil du mardi 6 octobre 2020, point 9 de l'ordre du jour

Texte déposé

En date du 30 septembre 2016, un grand quotidien vaudois titrait : « Le patrimoine de Lavaux obtient le soutien pérenne de l' Etat de Vaud » .

Le ministre responsable de l'économie rappelait à juste titre que : « Nous avons un seul patrimoine inscrit. Cela justifie un traitement spécifique ».

De fait, un montant de CHF 400'000.- sur 5 ans (CHF 801000.- par année) a été accordé à Lavaux patrimoine mondial et ce, conformément aux engagements qui avaient été pris à lpoque lors de llaboration et de la ratification de la charte de l'Unesco .

Qu'en est- il à l'échéance de ces montants?

A en croire un article publié dans le même quotidien mardi 7 septembre derni er, la pérennité dans le soutien ne paraît être que provisoire et Lavaux patrimoine mondial risque de se trouver dans la même situation que précédemment.

Or, Lavaux patrimoine mondial concerne manifestement un patrimoine culturel important qui mérite déjà un soutien à ce titre ; il incorpore également des éléments de sauvegarde du patrimoine bâti, d'ailleurs intégré dans le PAC Lavaux; il impacte également aux infrastructures du territoire concerné de même que les principes de préservations du site (murs de sounement, types de construction et d' exploitation).

A priori donc Lavaux patrimoine mondial nécessite une réponse Transdépartementale, soit une réponse du Conseil d' Etat.

Dès lors, nous souhaitons poser au Conseil d'Etat les questions suivantes :

1. Le Conseil d'Etat peut-il confirmer le soutien pérenne qu'il a annoncé à Lavaux patrimoine mondial en 2016 ?

2. Dans l'affirmative, quelles sont les mesures de soutien et financement que le Conseil d'Etat entend accorder à Lavaux patrimoine mondial pour le financement de divers projets à caractère à la fois culturel, économique et patrimonial ?

3. Afin d'éviter de se retrouver régulièrement dans la situation déjà exposée ci-dessus, ne serait-il pas cohérent de prévoir un système de contribution véritablement pérenne cette fois ?

On remercie le Conseil d' Etat de ses réponses.

Conclusion

Souhaite développer

Retour à l'ordre du jour

Partager la page